Socialiser la démocratie. Une piste proposée par Robert Park en 1918

Lecture de Robert Ezra Park, Methods of forming public opinion applicable to social welfare publicity, in «Proceedings of the national conference of Social Work», Kansas City, 15-22 mai 1918, Rogers & Hall Co. Printers, Chicago, 1919, pp.615-622

La National Conference of Social Work de 1918, anciennement National Conference of Charities and Correction, à sa 45ème édition, intervient après la première guerre mondiale, élément de contexte dont il est fait part dans la préface. La guerre, on y lit, a produit une «émergence de l’opinion publique» et une «concentration des forces nationales», et cela est dit particulièrement significatif pour les membres de la Conférence, qui sont «concernés avec des questions de réforme et de méthodes d’”amélioration des hommes” (human improvement)». L’usage du terme «forces» interpelle en ce qu’il reprend une terminologie militaire pour l’étendre et désigner d’autres organisations sociales capables de produire un changement culturel ou d’influencer les personnes. Park intervient dans une section de la conférence dont le titre est, justement, «Organization of Social Forces», où l’on parle de services gouvernementaux, dont les services dédiés aux questions sociales. La communication qui clôt cette section, tenue par R.E. Miles, alors directeur du Ohio Institute for Public Efficiency, et titré «Organization of Social Forces of the State», pointe, avec le changement de nom de la conférence, la volonté de reconnaitre que l’intérêt des travailleurs dans le domaine du social ne se concentre plus seulement dans les «charities and correction», mais aussi dans les questions de santé publique, d’«hygiène mentale» (sic), dans les questions économiques et industrielles (cf. Proceedings of the National Conference of Social Works, mai 1918, pp.626-629).
Un autre changement est pointé dans la préface pour cette conférence, par rapport aux précédentes: moins de considérations générales et plus d’intérêt «systématique» pour les «techniques» du social work, ce travail fourni par les services dédiés aux questions sociales.  Continue reading Socialiser la démocratie. Une piste proposée par Robert Park en 1918

Doveritas: sur le statut des validations de M2 dans ce carnet

Au printemps dernier, je me suis enfin résolue à ouvrir un carnet sur Hypotheses.org. «Enfin», car, depuis 2014 déjà, je tiens régulièrement des formations au blogging scientifique, et je discute donc souvent du sujet, en mettant en avant les grands avantages de cette pratique dans le cadre d’une recherche académique, y compris doctorale. Concernant les avantages, je cite dans mes formations des chercheurs-bloggeurs et des doctorants-bloggeurs qui l’ont dit avant moi, et mieux, comme par exemple Arthur Charpentier (Chercher, et bloguer, 2013) ou Benoît Kermoal (Seulement la partie visible de l’iceberg, 2011). Dans les réflexions de ces carnetiers, comme on les appelle sur Hypotheses.org, on retrouve des raisons comme la mise à l’épreuve de ses hypothèses, la mise en place d’une certaine discipline d’écriture et son exercice régulier, le décloisonnement de ses réflexions pour les ouvrir à un contexte plus ample que celui de ses collègues directs (Sur ce dernier point, lire Jacob Halford, No Academic is an Island, 2012). Continue reading Doveritas: sur le statut des validations de M2 dans ce carnet

La questione della “teoria dei media” – Spunti dall’introduzione di F. Denunzio a “Sul giornalismo” di Gramsci

Secondo Fabrizio Denunzio1,  una teoria dei media è la definizione, “attraverso il funzionamento specifico del giornalismo, [del]l’organizzazione generale di una società nella quale la conquista del potere politico si lega a quella di un consenso popolare ottenuto attraverso la costruzione di immagini e di interpretazioni del mondo sociale a cui partecipano attivamente gli apparati dell’informazione” (p.9). Da questa definizione dell’ambito di studio di una “ teoria dei media”, Denunzio fa derivare una “conseguenza fondamentale”: l’esistenza di un “nesso imprescindibile” tra partiti e media (corsivo di Denunzio) che “determina l’inedita collocazione dell’informazione all’interno degli scenari conflittuali delle lotte per il potere”. Continue reading La questione della “teoria dei media” – Spunti dall’introduzione di F. Denunzio a “Sul giornalismo” di Gramsci

  1. Introduzione a Antonio Gramsci, “Sul giornalismo“, Orthotes, 2016, raccolta di estratti dai Quaderni del carcere []

Atelier de lectures sur l’inconscient social – Bilan 2015-2016

Avec Antoine Bocquet et Vincent Mussat, en prenant l’initiative d’un atelier de lectures sur l’inconscient social, nous entendions au départ explorer dans quelle mesure la notion d’inconscient, investie par la philosophie des sciences sociales et par les sciences sociales elles-mêmes, peut être opératoire pour penser la société. Le choix des textes a été gouverné par l’idée de ne pas dissocier la constitution de la notion d’inconscient des pratiques qui l’ont rendue possible. En conséquence, si nous avons choisi de lire d’abord Psychologie des foules et analyse du moi de Freud, c’est parce que, dans ce texte, la psychanalyse s’est avancée vers les objets des sciences sociales, via notamment la question de la foule.

Nous nous sommes demandé pourquoi, alors qu’elle semble se saisir de ce qu’est l’objet même de la science sociale, la psychanalyse peut-elle se passer du point de vue sociologique (si on entend Freud, la sociologie ne pourrait être qu’une psychologie appliquée). Est-ce que la psychanalyse réagit-elle autrement que la science sociale à une même réalité qui la travaille également ? Continue reading Atelier de lectures sur l’inconscient social – Bilan 2015-2016

Demi-journée des philosophes du LIER – Introduction

Texte élaboré avec Stefania Ferrando pour introduire la demi-journée des philosophes du Lier, qui s’est tenue le 7 juillet 2016

Pour commencer, nous voudrions revenir sur l’introduction à D’une philosophie à l’autre. Notamment, il est important pour nous de poser la question qui nous semble traverser et orienter cette introduction : est-ce que la philosophie a (encore) une nécessité, un sens, dans nos sociétés – dans l’organisation des savoirs et dans les expériences politiques qui les caractérisent ? Est-il possible de déterminer cette nécessité, ce sens ? Continue reading Demi-journée des philosophes du LIER – Introduction

Journalisme et vérité chez Walter Lippman : une analyse à partir de son ouvrage Public Opinion (1922)

La question générale qui oriente mon travail de thèse porte sur le rapport entre vérité et discours journalistique au sein des sociétés modernes. La question ainsi posée demeure insaisissable si, la prenant, pour ainsi dire, d’en haut, on prétend l’englober dans sa totalité.
Plusieurs options de travail se sont présentées depuis le début de ma recherche : l’approche épistémologique, l’approche sociologique et enfin les approches de la philosophie politique et de la philosophie des sciences sociales.
L’approche épistémologique a été écartée d’emblée et on lui a préféré le chemin de la sociologie, qui a permis de préciser l’objet ainsi que de poser la question sous un angle différent, celui des pratiques : ainsi, l’attention à cette pratique sociale qu’est le journalisme invite à centrer l’intérêt sur les processus de vérification que les journalistes mettent en œuvre.
Pour ce qui est des approches de la philosophie politique et de la philosophie des sciences sociales, il me semble possible de dire aujourd’hui que, si la philosophie politique demeure l’horizon d’intérêt pour ce qui est des conséquences des réponses possibles à mon questionnement, c’est à partir de la philosophie des sciences sociales que j’aborde ce dernier en premier lieu.
Or, pour explorer mon questionnement de ce point de vue spécifique, à savoir ce point de vue qui s’intéresse au discours social sur la pratique du journalisme, il a fallu repérer un corpus de départ : c’est en réfléchissant à la meilleure entrée en matière, d’un point de vue qui ne soit pas celui de la pratique directe du journalisme ou de sa description sociologique, ni celle d’une épistémologie, que l’œuvre de Walter Lippmann, journaliste américain ayant vécu de 1889 à 1974 – et qui a donc traversé les événements principaux du premier vingtième siècle – est apparue comme l’une des plus pertinentes pour le sujet.1 Continue reading Journalisme et vérité chez Walter Lippman : une analyse à partir de son ouvrage Public Opinion (1922)

La participation, est-ce politique? – Séminaire du Lier, Roscoff 2014

Notre question de départ, que nous souhaitons travailler lors de cette atelier*, est la suivante: peut-on qualifier de «politique» la participation par des associations, mais aussi par des professionnels, au débat publique et à la délibération ? Continue reading La participation, est-ce politique? – Séminaire du Lier, Roscoff 2014

DH EHESS – Les transformations numériques du rapport aux savoirs (2013-2014)

Pendant cette année 2013-2014, première année au Cléo/OpenEdition, j’ai été initiée au domaine des Digital humanities grâce au séminaire organisé à l’Ehess par Aurélien Berra et Pierre Mounier. J’ai pu également m’exercer aux comptes-rendu de séance, qu’Aurélien Berra a accepté de publier sur son carnet, Philologie à venir.

En voici la liste:
Séance du 8 octobre 2013, Aux sources de l’utopie numérique
Séance du 4 décembre 2013, Mutualiser les corpus numériques?
Séance du 8 janvier 2014, Digital Past
Séance du 5 février 2014, Kinsources, généalogie et recherche collaborative

“Traîtres à la nation”: l’ouvrage de Stéphane Beaud au miroir du travail d’un correspondant de presse sportive

Une enquête réalisée à chaud, un travail « quelque peu contraint pas le temps », comme il est dit en exergue de l’ouvrage, qui aura fait un large usage de données secondaires faute de pouvoir réaliser une enquête ethnographique approfondie par observation ou entretien. Le travail de Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ?1, semble se situer à la frontière entre un travail journalistique et un travail de sciences sociales, mais est finalement classé dans la deuxième catégorie : seulement parce que l’auteur est professeur de sociologie à l’École Normale Supérieure ? Continue reading “Traîtres à la nation”: l’ouvrage de Stéphane Beaud au miroir du travail d’un correspondant de presse sportive

Les vérités du journalisme – Séminaire Politiques de la vérité 2012

Texte communiqué à l’atelier Politiques de la vérité, séance du 10 mai 2012 (Ehess, GSPM/IMM)

Avant de commencer, je tiens à remercier Francesco Callegaro, Stefania Ferrando, Diego Vernazza, Christophe Litwin et Jérémie Duhamel, de m’avoir donné l’occasion de vous soumettre ce texte, même si je viens à peine de commencer mon parcours de recherche. Je le souligne, non pour capturer votre bienveillance, mais plutôt pour que le statut de ce que je vais vous dire soit plus clair : il s’agit moins d’une leçon qui clôturerait un parcours de recherche, que d’un projet qui commence à prendre forme, c’est pour cela qu’il m’arrivera parfois d’ouvrir différentes pistes sans forcement les prendre. Et je poserai sûrement plus de questions que je ne donnerai des amorces de réponse.

Maintenant que vous êtes avisé : pourquoi donc je vais vous parler de vérité et de journalisme, surtout que d’habitude, quand je lance ce binôme, journalisme et vérité, en postulant qu’il puisse y avoir un rapport entre les deux, ceux qui m’entourent rient, avec plus ou moins de discrétion ? Continue reading Les vérités du journalisme – Séminaire Politiques de la vérité 2012

De la critique, l’émancipation à l’épreuve – Fiche de lecture

L’ouvrage de Luc Boltanski, paru en 2009 pour les presses de Gallimard1, se présente comme la sociologie d’une émancipation qui s’opère à travers la pratique de la critique. Il est un texte riche de trente ans de recherches menées par l’auteur, d’abord avec Pierre Bourdieu et en suite au sein du Groupe de Sociologie politique et morale (GSPM) qu’il a fondé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris. Continue reading De la critique, l’émancipation à l’épreuve – Fiche de lecture

Compte-rendu d’entretien préliminaire

Le sujet choisi pour l’entretien1 est strictement liée à mon projet de recherche, portant sur le rapport entre les journalistes et la vérité. Comme il s’agit du premier entretien effectué à ce propos, je l’ai qualifié et je l’ai traité en tant qu’entretien exploratoire : il m’a donné l’occasion de tester ma grille d’entretien, me convainquant de la changer par la suite, et de moduler mes tendances à l’entretien journalistique – déformation professionnelle due à ma pratique du métier – avec les exigences méthodologiques requises pour un entretient utile à la recherche sociologique. Continue reading Compte-rendu d’entretien préliminaire

Jurgen Habermas, Le discours philosophique de la modernité – Fiche de lecture

Dans Les discours philosophiques de la modernité1, Jürgen Habermas essaie d’expliciter la vision du monde qui sous-tend la Théorie de l’agir communicationnel qu’il avait écrit quatre ans auparavant : il le fait retraçant le cheminement de sa pensée et en étalant méthodiquement les critiques qu’il adresse aux dépréciateurs du projet éclairé de la modernité, un projet qu’ils prétendent récuser alors qu’ils y seraient entièrement plongés. Continue reading Jurgen Habermas, Le discours philosophique de la modernité – Fiche de lecture

L’inondation goutte à goutte. Les villes rurales de Casalserugo et Bovolenta (Italie) au Tg1 Rai de 20 heures suite à l’inondation du 2 novembre 2010

Entre le 31 octobre 2010 et le 2 novembre 2010, des importantes précipitations s’abattent sur l’Italie, causant alarmes dans toute la péninsule, des inondations conséquentes dans cinq régions (Ligurie, Toscane, Frioul-Vénétie julienne, Calabre et Vénétie), quelques morts tragiques et plusieurs dizaines de milliers d’évacués dans l’ensemble des territoires concernés. Continue reading L’inondation goutte à goutte. Les villes rurales de Casalserugo et Bovolenta (Italie) au Tg1 Rai de 20 heures suite à l’inondation du 2 novembre 2010

Notes and research on journalism and knowledge flow