Doveritas: sur le statut des validations de M2 dans ce carnet

Au printemps dernier, je me suis enfin résolue à ouvrir un carnet sur Hypotheses.org. «Enfin», car, depuis 2014 déjà, je tiens régulièrement des formations au blogging scientifique, et je discute donc souvent du sujet, en mettant en avant les grands avantages de cette pratique dans le cadre d’une recherche académique, y compris doctorale. Concernant les avantages, je cite dans mes formations des chercheurs-bloggeurs et des doctorants-bloggeurs qui l’ont dit avant moi, et mieux, comme par exemple Arthur Charpentier (Chercher, et bloguer, 2013) ou Benoît Kermoal (Seulement la partie visible de l’iceberg, 2011). Dans les réflexions de ces carnetiers, comme on les appelle sur Hypotheses.org, on retrouve des raisons comme la mise à l’épreuve de ses hypothèses, la mise en place d’une certaine discipline d’écriture et son exercice régulier, le décloisonnement de ses réflexions pour les ouvrir à un contexte plus ample que celui de ses collègues directs (Sur ce dernier point, lire Jacob Halford, No Academic is an Island, 2012).

Et puis, je dis que je m’y suis «résolue», parce que, même quand on est convaincue des bienfaits de la démarche, la décision de passer à l’acte n’est pas si simple lorsqu’on porte la casquette de doctorante depuis six ans, et que, par ailleurs, on porte aussi celle d’ingénieur d’études contractuelle dans un milieu, celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche, où le positionnement statutaire est un élément constitutif des échanges et des prises de parole, et des droits et règles qui y sont associés.
J’ajoute que j’ai réintégré le parcours universitaire en 2010, après une parenthèse de quatre ans dans l’univers professionnel du journalisme, ce qui avait considérablement et indéniablement rouillé mes compétences et connaissances de l’état de l’art de ma discipline, la philosophie, et des codes du milieu où je mettais les pieds. Et tout cela dans un pays différent de mon pays d’origine. Bref, à chaque faux débutant sa part de peine.
Mais le statut ne dit pas tout, la difficulté est relative aussi aux attentes qu’on a face à soi-même (arriverai-je vraiment à écrire? Vais-je écrire des choses «intéressantes»?), qui finissent par déboucher sur ce qu’on appelle un writer’s block, dont les composantes ne tiennent pas exclusivement à un perfectionnisme qui nous appartiendrait (et qu’il faut, quoi qu’il arrive, surmonter, comme le dit bien Geneviève Belleville, autrice de Assieds-toi et écris ta thèse).

Au printemps dernier, disais-je, je me suis donc résolue – pour passer ce cap et par là tenter une sortie de mon propre writer’s block – à intégrer dans ce blog aussi les validations que j’avais rédigées lors de mon Master 2 en sociologie à l’Ehess, en antidatant la date des billets à celle du dépôt de ces travaux.
Les publier, c’est regarder en face l’autre difficulté: accepter de mettre en ligne, à l’épreuve de lecteurs plus ou moins “inattendus”1, des textes dont le niveau n’est sans doute pas celui des travaux de celle qui était alors une aspirante au parcours doctoral, et qui serait déjà sûre et certaine de la direction qu’elle prend, consciente de son questionnement et de la méthode qu’elle va mettre en oeuvre, et qui s’exprimerait dans une langue dont elle maîtrise depuis son plus jeune âge les règles linguistiques et sociales.
Ces textes ont certes reçu des notes parfois bonnes, parfois moins, mais ils restent des travaux d’étudiant, et c’est dans le contexte de leur production qu’ils doivent être compris, si jamais il vous arrive de les lire. Ces validations de M2, tout comme les autres communications antérieures à l’ouverture du carnet que j’ai ici publié, sont pour moi, et pour mon travail de rédaction actuel, les témoignages d’une recherche qui se cherche, et ils me servent à moi, aujourd’hui, pour objectiver ce parcours de réflexion et en tirer les fils qui m’intéressent.

La récente lecture de l’impressionnante enquête de Helen Sword, Air & Light & Time & Space. How successful academics write, m’a conforté dans ce choix: démystifier le travail d’écriture, signifie pour elle rendre visible le processus, parfois très pénible, long, demandant une certaine capacité à encaisser des coups de tous ordres, qui mène à ces produits finis qui sont les articles de recherche, les monographies, les thèses… Si on y arrive et quand on y arrive. Cela est vrai pour tout le monde, à tous niveaux de la hiérarchie de la recherche, et dans tous les coins de la terre.
Nombreux sont et seront les écrivains et chercheurs qui regrettent un jour d’avoir publié un texte où ils ne se reconnaissent pas ou plus. J’en fait déjà partie, alors que je ne suis ni l’un ni l’autre. Mais l’invitation que je tire de son livre, est que chacun contribue à ouvrir cette boîte noire, à son propre niveau. En rendant ainsi plus confiants les aspirants chercheurs, il y a des fortes chances qu’on ait non seulement des recherches mieux menées, mais également des résultats qui soient, effectivement, écrits.

  1. Sur cette notion de “lecteur inattendu” (unexpected reader) voir le récit du “cas Meredith” rapporté par Pierre Mounier sur Blogo-numericus, ainsi que Kevin Smith, J.D, The unexpected reader, 2011 []

La questione della “teoria dei media” – Spunti dall’introduzione di F. Denunzio a “Sul giornalismo” di Gramsci

Secondo Fabrizio Denunzio1,  una teoria dei media è la definizione, “attraverso il funzionamento specifico del giornalismo, [del]l’organizzazione generale di una società nella quale la conquista del potere politico si lega a quella di un consenso popolare ottenuto attraverso la costruzione di immagini e di interpretazioni del mondo sociale a cui partecipano attivamente gli apparati dell’informazione” (p.9). Da questa definizione dell’ambito di studio di una “ teoria dei media”, Denunzio fa derivare una “conseguenza fondamentale”: l’esistenza di un “nesso imprescindibile” tra partiti e media (corsivo di Denunzio) che “determina l’inedita collocazione dell’informazione all’interno degli scenari conflittuali delle lotte per il potere”. Continue reading La questione della “teoria dei media” – Spunti dall’introduzione di F. Denunzio a “Sul giornalismo” di Gramsci

  1. Introduzione a Antonio Gramsci, “Sul giornalismo“, Orthotes, 2016, raccolta di estratti dai Quaderni del carcere []

Atelier de lectures sur l’inconscient social – Bilan 2015-2016

Avec Antoine Bocquet et Vincent Mussat, en prenant l’initiative d’un atelier de lectures sur l’inconscient social, nous entendions au départ explorer dans quelle mesure la notion d’inconscient, investie par la philosophie des sciences sociales et par les sciences sociales elles-mêmes, peut être opératoire pour penser la société. Le choix des textes a été gouverné par l’idée de ne pas dissocier la constitution de la notion d’inconscient des pratiques qui l’ont rendue possible. En conséquence, si nous avons choisi de lire d’abord Psychologie des foules et analyse du moi de Freud, c’est parce que, dans ce texte, la psychanalyse s’est avancée vers les objets des sciences sociales, via notamment la question de la foule.

Nous nous sommes demandé pourquoi, alors qu’elle semble se saisir de ce qu’est l’objet même de la science sociale, la psychanalyse peut-elle se passer du point de vue sociologique (si on entend Freud, la sociologie ne pourrait être qu’une psychologie appliquée). Est-ce que la psychanalyse réagit-elle autrement que la science sociale à une même réalité qui la travaille également ? Continue reading Atelier de lectures sur l’inconscient social – Bilan 2015-2016

Demi-journée des philosophes du LIER – Introduction

Texte élaboré avec Stefania Ferrando pour introduire la demi-journée des philosophes du Lier, qui s’est tenue le 7 juillet 2016

Pour commencer, nous voudrions revenir sur l’introduction à D’une philosophie à l’autre. Notamment, il est important pour nous de poser la question qui nous semble traverser et orienter cette introduction : est-ce que la philosophie a (encore) une nécessité, un sens, dans nos sociétés – dans l’organisation des savoirs et dans les expériences politiques qui les caractérisent ? Est-il possible de déterminer cette nécessité, ce sens ? Continue reading Demi-journée des philosophes du LIER – Introduction

La participation, est-ce politique? – Séminaire du Lier, Roscoff 2014

Notre question de départ, que nous souhaitons travailler lors de cette atelier*, est la suivante: peut-on qualifier de «politique» la participation par des associations, mais aussi par des professionnels, au débat publique et à la délibération ? Continue reading La participation, est-ce politique? – Séminaire du Lier, Roscoff 2014

DH EHESS – Les transformations numériques du rapport aux savoirs (2013-2014)

Pendant cette année 2013-2014, première année au Cléo/OpenEdition, j’ai été initiée au domaine des Digital humanities grâce au séminaire organisé à l’Ehess par Aurélien Berra et Pierre Mounier. J’ai pu également m’exercer aux comptes-rendu de séance, qu’Aurélien Berra a accepté de publier sur son carnet, Philologie à venir.

En voici la liste:
Séance du 8 octobre 2013, Aux sources de l’utopie numérique
Séance du 4 décembre 2013, Mutualiser les corpus numériques?
Séance du 8 janvier 2014, Digital Past
Séance du 5 février 2014, Kinsources, généalogie et recherche collaborative

“Traîtres à la nation”: l’ouvrage de Stéphane Beaud au miroir du travail d’un correspondant de presse sportive

Une enquête réalisée à chaud, un travail « quelque peu contraint pas le temps », comme il est dit en exergue de l’ouvrage, qui aura fait un large usage de données secondaires faute de pouvoir réaliser une enquête ethnographique approfondie par observation ou entretien. Le travail de Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ?1, semble se situer à la frontière entre un travail journalistique et un travail de sciences sociales, mais est finalement classé dans la deuxième catégorie : seulement parce que l’auteur est professeur de sociologie à l’École Normale Supérieure ? Continue reading “Traîtres à la nation”: l’ouvrage de Stéphane Beaud au miroir du travail d’un correspondant de presse sportive

Les vérités du journalisme – Séminaire Politiques de la vérité 2012

Texte communiqué à l’atelier Politiques de la vérité, séance du 10 mai 2012 (Ehess, GSPM/IMM)

Avant de commencer, je tiens à remercier Francesco Callegaro, Stefania Ferrando, Diego Vernazza, Christophe Litwin et Jérémie Duhamel, de m’avoir donné l’occasion de vous soumettre ce texte, même si je viens à peine de commencer mon parcours de recherche. Je le souligne, non pour capturer votre bienveillance, mais plutôt pour que le statut de ce que je vais vous dire soit plus clair : il s’agit moins d’une leçon qui clôturerait un parcours de recherche, que d’un projet qui commence à prendre forme, c’est pour cela qu’il m’arrivera parfois d’ouvrir différentes pistes sans forcement les prendre. Et je poserai sûrement plus de questions que je ne donnerai des amorces de réponse.

Maintenant que vous êtes avisé : pourquoi donc je vais vous parler de vérité et de journalisme, surtout que d’habitude, quand je lance ce binôme, journalisme et vérité, en postulant qu’il puisse y avoir un rapport entre les deux, ceux qui m’entourent rient, avec plus ou moins de discrétion ? Continue reading Les vérités du journalisme – Séminaire Politiques de la vérité 2012

De la critique, l’émancipation à l’épreuve – Fiche de lecture

L’ouvrage de Luc Boltanski, paru en 2009 pour les presses de Gallimard1, se présente comme la sociologie d’une émancipation qui s’opère à travers la pratique de la critique. Il est un texte riche de trente ans de recherches menées par l’auteur, d’abord avec Pierre Bourdieu et en suite au sein du Groupe de Sociologie politique et morale (GSPM) qu’il a fondé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris. Continue reading De la critique, l’émancipation à l’épreuve – Fiche de lecture

Compte-rendu d’entretien préliminaire

Le sujet choisi pour l’entretien1 est strictement liée à mon projet de recherche, portant sur le rapport entre les journalistes et la vérité. Comme il s’agit du premier entretien effectué à ce propos, je l’ai qualifié et je l’ai traité en tant qu’entretien exploratoire : il m’a donné l’occasion de tester ma grille d’entretien, me convainquant de la changer par la suite, et de moduler mes tendances à l’entretien journalistique – déformation professionnelle due à ma pratique du métier – avec les exigences méthodologiques requises pour un entretient utile à la recherche sociologique. Continue reading Compte-rendu d’entretien préliminaire

Jurgen Habermas, Le discours philosophique de la modernité – Fiche de lecture

Dans Les discours philosophiques de la modernité1, Jürgen Habermas essaie d’expliciter la vision du monde qui sous-tend la Théorie de l’agir communicationnel qu’il avait écrit quatre ans auparavant : il le fait retraçant le cheminement de sa pensée et en étalant méthodiquement les critiques qu’il adresse aux dépréciateurs du projet éclairé de la modernité, un projet qu’ils prétendent récuser alors qu’ils y seraient entièrement plongés. Continue reading Jurgen Habermas, Le discours philosophique de la modernité – Fiche de lecture

L’inondation goutte à goutte. Les villes rurales de Casalserugo et Bovolenta (Italie) au Tg1 Rai de 20 heures suite à l’inondation du 2 novembre 2010

Entre le 31 octobre 2010 et le 2 novembre 2010, des importantes précipitations s’abattent sur l’Italie, causant alarmes dans toute la péninsule, des inondations conséquentes dans cinq régions (Ligurie, Toscane, Frioul-Vénétie julienne, Calabre et Vénétie), quelques morts tragiques et plusieurs dizaines de milliers d’évacués dans l’ensemble des territoires concernés. Continue reading L’inondation goutte à goutte. Les villes rurales de Casalserugo et Bovolenta (Italie) au Tg1 Rai de 20 heures suite à l’inondation du 2 novembre 2010

Sonal, le logiciel de retranscription d’entretiens qu’il vous faut

Pendant notre master, nous avons eu l’occasion de nous confronter à l’un des problème les plus fréquents, dès lors qu’on s’aventure dans une enquête sociologique qualitative: la retrascription des entretiens. C’est ainsi que nous avons fait l’heureuse connaissance du logiciel Sonal, developpé par Alex Alber, maître de conférences à l’université de Tours, membre du C.I.T.E.R.E.S. (équipe COST) et chercheur associé au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Pour en savoir plus, avec Cyprien Tasset, nous avons demandé à Alex Albert de nous montrer de plus prêt en quoi Sonal est exactement ce qu’il vous faut si vous vous lancez dans une enquête par entretien. Vous pouvez lire le billet dans le carnet des étudiants du Master Sociologie de l’Ehess: Un mur (couleur) d’entretiens: Alex Alber présente son logiciel Sonal.

Sonal a aussi son carnet sur Hypotheses.org: sonal.hypotheses.org

Les journalistes entre statut et classe

Le statut du journaliste, en France, est juridiquement délinéé par l’article L7111-3 du Code du Travail1 :

Est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources.

Le correspondant, qu’il travaille sur le territoire français ou à l’étranger, est un journaliste professionnel s’il perçoit des rémunérations fixes et remplit les conditions prévues au premier alinéa.

Cette délimitation par le droit est indiqué dans le Petit Robert comme un des usages du mot « statut » : le statut indiquerait les textes qui règlent la situation d’un groupe et la situation même; le statut est ce qui a été statué. Le statut indiquerait donc une position permanente et circonscrite, dérivée de son appartenance linguistique à la famille latine de statio, qui indique le fait de s’arrêter. Ce caractère stable qui est attribué au mot fait souvent oublier que pour s’arrêter quelque part il faut bien avoir parcouru un chemin : ce sont en fait des négociations continues qui, au fil des années, ont essayé de changer les limites entre lesquelles quelqu’un peut se définir journaliste, comme le montrent les mots employés dans le site du Syndicat national des journaliste (SNJ) par François Boissarie, secrétaire général du syndicat entre 1984 et 2005 : Continue reading Les journalistes entre statut et classe

Notes and research on journalism and knowledge flow