Les journalistes entre statut et classe

Le statut du journaliste, en France, est juridiquement délinéé par l’article L7111-3 du Code du Travail1 :

Est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources.

Le correspondant, qu’il travaille sur le territoire français ou à l’étranger, est un journaliste professionnel s’il perçoit des rémunérations fixes et remplit les conditions prévues au premier alinéa.

Cette délimitation par le droit est indiqué dans le Petit Robert comme un des usages du mot « statut » : le statut indiquerait les textes qui règlent la situation d’un groupe et la situation même; le statut est ce qui a été statué. Le statut indiquerait donc une position permanente et circonscrite, dérivée de son appartenance linguistique à la famille latine de statio, qui indique le fait de s’arrêter. Ce caractère stable qui est attribué au mot fait souvent oublier que pour s’arrêter quelque part il faut bien avoir parcouru un chemin : ce sont en fait des négociations continues qui, au fil des années, ont essayé de changer les limites entre lesquelles quelqu’un peut se définir journaliste, comme le montrent les mots employés dans le site du Syndicat national des journaliste (SNJ) par François Boissarie, secrétaire général du syndicat entre 1984 et 2005 :

La législation des journalistes repose sur trois piliers. Le premier d’entre eux, et le plus connu, est la loi du 29 mars 1935, base du statut de la profession. Elle est parfois appelée “loi Brachard”, du nom du député – et journaliste – porteur de ce projet au Parlement. Le deuxième pilier date de 1974. Il est connu sous le nom de “loi Cressard”, autre député défenseur du projet. Il reconnaît aux journalistes rémunérés à la pige la présomption simple de contrat de travail. Le troisième pilier date de 1982 et reconnaît aux journalistes exerçant dans une ou plusieurs entreprises de communication au public par voie électronique la même qualité que leurs confrères de la presse écrite. […]

La présente page a été actualisée à l’occasion de la mise en œuvre du nouveau Code du travail. Il est entré en vigueur le 1er mai 2008. La récodification a amené notre syndicat – avec d’autres – à se mobiliser. Le premier projet issu de la Mission récodification, mise en place par le Ministère du travail, comportait des “simplifications” et des déclassements dangereux pour notre statut »2.

Ainsi, est-il signalé dans le site du SNJ, au premier alinéa du nouveau Code les termes “publications quotidiennes et périodiques” et “agences de presse” avaient été omis et réintroduits par la suite sous pression syndicale.

Ces éléments de discussion mis en ligne pas le SNJ montrent comme les frontières de la profession sont susceptibles de bouger : les limites du droits peuvent être remis en cause et le statut est finalement une position d’arrêt encrée dans un moment précis de l’histoire. Ces négociations entre groupes sociaux nous indiquent aussi leur être à l’intérieur d’une logique de pouvoir dans le sens weberien du terme, comme la possibilité d’un individu ou d’un groupe d’individus de réaliser leur volonté lors d’une action sociale, et cela même en dépit de la résistance d’autres individu participants à la même action3. Le pouvoir, pour Max Weber, est la structure environnante qui englobe les classes, les groupes de statut et les partis4.

La formulation tautologique du statut (« Est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession »), met en évidence la volonté de donner une réglementation à l’existant tout en gardant au droit son caractère général, qui permette une interprétation à chaque fois particulière. Ce « statut juridique » ne serait donc que la régularisation d’une socialisation des membres de la profession qui lui est antérieure, comme le dit Denis Ruellan : « La loi de 1935, en créant le statut de journaliste, a voulu répondre à la question de la spécificité du professionnel »5.

Dans son rapport daté du 22 janvier 1935, fait au nom de la commission du travail chargée d’examiner la proposition de loi de Henri Guernut relative au statut professionnel des journalistes, le député Émile Brachard écrivit :

« Si le statut professionnel dont nous demandons l’adoption est destiné à apporter, à une profession livrée au bon plaisir, des garanties qui, de jour en jour, apparaissent plus nécessaires, il est évident qu’il n’est, ni en France ni aux colonies ni sur aucune terre soumise à la loi française, un seul journaliste authentique qu’il soit permis de priver de ces garanties. Comment distinguer ce journaliste authentique ? A ceci, qu’il se déclare tel et qu’il écrit dans un journal, dans plusieurs journaux ? Non. Une seule justification, nécessaire et suffisante, sera exigée de lui : la carte professionnelle d’identité, délivrée dans les conditions que nous avons indiquées plus haut »

Aujourd’hui encore c’est la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels qui atteste chaque année à un individu qui en fasse demande la reconnaissance professionnelle du statut de journaliste. Appartenir à ce « groupe de statut », pour rester dans le langage weberien, implique certains privilèges, eux aussi négociés : les conditions d’embauche et de licenciement, les congés, les barèmes de salaires, par exemple, sont l’objet depuis 1937 de la convention collective signée entre patronat de la presse et syndicats de journalistes.6 L’ensemble des biens ou opportunités idéals ou matériels constituent ce que Max Weber appelle « honneur »7.

Le statut de journaliste, en France, s’est donc construit et se construit par négociation entre différents acteurs sociaux, et en est de même ailleurs : à propos des journalistes États-uniens, Florence Le Cam dit que les frontières de ce groupe professionnel sont malléables : « Cette identité professionnelle, simultanément prescrite et acquise, est issue d’une trajectoire historique et politique spécifique qui se construit au travers des interactions continuelles que le groupe peut avoir avec l’ensemble de ses pairs, du public, des sources et des institutions publiques. Elle se manifeste principalement par une production discursive particulière qui fonde le caractère spécifique de l’identité d’un groupe professionnel »8. Cette identité, aux États-Unis, s’est fondée « principalement sur un processus d’auto-réflexion des journalistes, un processus largement influencé sur le long terme – dit-elle – par les propriétaires des entreprises médiatiques »9.

A travers son article, Le Cam montre comme un groupe externe (« les auteurs de weblogs ») brise malgré-lui les frontières du statut de journaliste, en se voyant accorder des droits autrement réservés aux journalistes professionnels : ce sont par exemple des instances politiques à lui avoir fourni des « accréditations », c’est-à-dire le droit d’accéder à certains événement comme la convention des démocrates en 2004 ou d’accéder à certains lieux comme la Maison Blanche, et une instance juridique à lui avoir accordé le droit à ne pas dévoiler ses sources lors du procès intenté par Apple contre des animateurs de weblogs accusés d’avoir diffusé des informations confidentielles de l’entreprise.10 « Les définitions des statuts et des territoires professionnels peuvent être pris en charge par des acteurs extérieurs au groupe »11, dit Le Cam, et il s’agit là des biens et opportunités matérielles que, accordés par des instances externes à la profession, ont permis d’englober dans le groupe de statut des acteurs nouveaux. Cette extension, qui n’est pas propre au territoire américain, a été ainsi exprimé dans l’article L7111-5 du Code de travail français :

Les journalistes exerçant leur profession dans une ou plusieurs entreprises de communication au public par voie électronique ont la qualité de journaliste professionnel.

Ralph Linton, dans son texte The Cultural Background of Personality (1945), parlant des groupes de spécialité, disait que « les individus se voient encore assigner des modèles culturels originaux »12, de même qu’il arrive pour les catégories qu’il appelle élémentaires, comme la catégorie age-sexe : « Dans presque toutes les sociétés, les activités et les occupations sont prescrites en général à des personnes qui appartiennent à une où à quelques catégories d’age et de sexe, et interdites aux autres catégories »13. Dans d’autre termes, Linton dira que à chaque statut la société attribue des rôles, et cela de façon de plus en plus stricte pour autant qu’on monte vers les « positions de prestige », où il faut assumer les formes de comportement qui sont expressément prescrites pour cette position14. D’ailleurs, selon Linton, « le comportement d’un homme ou d’une femme n’est pas compréhensible si l’on ignore ce que leur société attend d’eux »15, et encore : à un individu il est suffisant de « reconnaître la catégorie à laquelle l’autre appartient pour qu’il sache comment se comporter envers lui et quelle sorte de comportement il est en droit d’attendre en retour »16. Pour retourner à un langage weberien, un individu qui voulait appartenir à un certain cercle en devrait adopter le « style de vie », c’est la façon de mettre en évidence l’« honneur » associé au statut en question.17 C’est aussi ce que Dominique Schnapper et Michel Villac désignent comme la définition de statut dans le sens « sociologique » du terme : « C’est-à-dire un ensemble plus ou moins systématique et relativement fixe de comportements qu’on peut attendre, d’une part, d’un individu placé dans une situation donnée, d’autre part, de la société à l’égard de cet individu, et qui sont reconnus comme légitimes par l’individu et la société »18.

Si les limites du groupe statutaire sont fixés par le droit à travers des négociations entre pouvoirs, si les comportements de la société envers le groupe sont fixés en bonne partie par la convention collective, quel serait le « style de vie » associé au statut de journaliste professionnel?

Pour Florence Le Cam « L’argument central des animateurs de weblogs souhaitant la reconnaissance d’une fonction et d’un statut de type journalistique repose sur la fonction de contre-pouvoir que les sites auraient gagné au fil du temps » : un rôle, celui de contre-pouvoir, traditionnellement attribué aux journalistes professionnels.

Selon Max Weber l’honneur social, ou prestige, peut être aussi la base pour le pouvoir économique19, un cercle bouclé au début du XXème siècle par une figure comme celle de Joseph Pulitzer : émigré hongrois en Amérique, entré dans le monde des quotidiens par hasard, carrière fulgurante qui a consolidé sa réputation, achat d’un journal en banqueroute qu’il sauve, devenant un des concurrents du magnat de la presse William Randolph Hearst.

Loin de ces figures mythique du journalisme, par la suite encrés dans la mémoire collective grâce à représentations diverses et esthétisantes, cinématographiques ou littéraires, le monde de la presse du XXème siècle à évolué vers une industrialisation de plus en plus marqué : le rôle mythifié de contre-pouvoir doit maintenant faire face au contraintes des entreprises de presse, desquelles même les auteurs des weblogs veulent se tenir à distance20. A l’intérieur des ces entreprises, le journaliste professionnel est casé dans un cadre rigide défini par un certain nombre de contraintes « très variables selon les médias, les types de presse, les spécialités journalistiques, les rédactions, les postes occupés, les statuts professionnels »21.

Le changement du modèle des entreprises de presse, semble un reflet de la nouvelle segmentation sociale dont Margaret Maruani parle à la fin de ce siècle qui a vu la naissance des premiers groupes des journalistes organisés, un monde que comme décrit dans le rapport Brachard semblait unifié, et qui le semble encore dans la formulation de l’article L7111-4 du Code du travail :

Sont assimilés aux journalistes professionnels les collaborateurs directs de la rédaction, rédacteurs-traducteurs, sténographes-rédacteurs, rédacteurs-réviseurs, reporters-dessinateurs, reporters-photographes, à l’exclusion des agents de publicité et de tous ceux qui n’apportent, à un titre quelconque, qu’une collaboration occasionnelle.

Pour autant que ces figures soient assimilées aux journalistes comme groupes statutaire, cela ne signifie pas qu’ils appartiendront tous à la même classe dans le sens weberien du terme : pour Max Weber c’est la différence de salaire qui détermine la classe d’appartenance dans l’ordre économique. Avoir un statut d’honneur et appartenir en même temps à une classe défavorisée ne serait pas contradictoire dans la vision weberienne du monde social22 : statut, classe et parti s’entrecroisent, les trois constituent des phénomènes distincts de la distribution du pouvoir dans une communauté23.

Avec des termes plus contemporains, Margareth Maruani parle du rapport entre salaire et position : le statut de l’emploi structure le statut au travail et contribue ainsi à la définition du statut social, de la stratification et des classes sociales. Il ne s’agit donc pas simplement d’une différence d’ordre linguistique : si pour Weber statut et classe s’entrecroisent sous différentes combinaisons, pour Maruani leur rapport est fonctionnel. Selon Maruani il faut penser la répartition et le partage de l’emploi comme une segmentation sociale : « Le mode d’emploi, c’est-à-dire le type de contrat de travail, les modalités d’accès au marché du travail et les conditions d’emploi, constitue aujourd’hui une des lignes de partage fondamentales entre différentes catégories de salarié »24. Donc le statut de l’emploi précéde le salaire et l’implique, avoir accès au marché du travail est déjà une stratification sociale : avoir ou pas cet accès, être stable ou précaire, marque socialement les individus.

Pour Maruani les formes de la crise que la société traversait déjà en 1989, ont rendu visible ce qu’elle appelle la « dissociation du couple emploi/travail », où le deuxième est l’activité de production de bien et des services et l’emploi les modalités d’accès au marché du travail et la traduction de l’activité laborieuse en termes de statuts sociaux25. « De fait, avoir un emploi, c’est avoir un travail et un salaire, mais aussi un statut social. Le droit à l’emploi et les modes d’emploi contribuent ainsi à moduler et à modeler les statuts sociaux. Ceci est probablement encore plus vrai aujourd’hui, en période de crise de l’emploi, c’est-à-dire en un temps où l’emploi est un bien rare, un bien « rationné », un temps où, plus que jamais, le fait d’avoir ou ne pas avoir un emploi, le fait d’être stable ou précaire, marquent socialement les individus et stigmatisent les clivages sociaux »26. Dans son article Statut social et modes d’emplois, Maruani voudrait suggérer alors « l’importance des conséquences de la déstabilisation de l’emploi sur les rapports sociaux dans l’entreprise, sur les clivages qu’elle produit entre salariés »27, autrement dit, à travail égal et à niveau de formation égale, on n’a pas la même qualification. Cela semble compliquer d’établir la « formation égale » dans un groupe qui, d’où moins en France, garde plusieurs entrées possibles dans la profession, comme le montre la table ronde entre Denis Ruellan, directeur du Département information-communication de l’IUT de Lannion (Université Rennes 1) lors de cette interview, et Loïc Hervouet, directeur général de l’Ecole supérieure de Journalisme de Lille de 1998 à 2005 :

« A l’IUT de Lannion, nous ne recrutons pas par concours car nous voulons croire à la diversité. Les employeurs veulent de la diversité et il n’est pas bon qu’elle se fasse uniquement par des stratégies d’ajustement. Nos étudiants ont entre 17 et 19 ans et sont recrutés au niveau bac. C’est notre choix, avec en filigrane une critique d’un système où les gens sont très diplômés. Nous croyons que la diversité sociale est plus facile à obtenir quand les gens sont recrutés plus jeunes et nous voulons éviter les effets de capital social et financier dont usent plus facilement les individus plus âgés »28

 

« Plus largement, il semble important de préserver une diversité parmi les journalistes. Or les discours un peu simplistes du moment expliquent que pour avoir des gens variés, il faut les chercher en dehors des écoles. Mais c’est aux écoles de relever le défi de la diversité ! En ce sens, la formation au journalisme proposée par Science Po est un contre-exemple, réflexe de classe de certains dirigeants de médias parisiens »29

 

La formation inégale et la mixité des métiers au sein du même groupe statutaire, ce mélange – pour utiliser le langage de Bourdieu – des différents capitales économiques et culturels, est pour Rouellan une des caractéristiques principales du métier, et celle qui lui a permis de profiter de son horizon mouvant, annexant au fil du temps des nouvelles activités, digérant des métier inédits venus à conforter le groupe, comme le rappelle Erik Neveu dans sa Sociologie du Journalisme.30 Il reste à voir si, même dans un nouveau modèle d’organisation des entreprises de presse qui, comme le dit Cyril Lemieux, « est vu comme une détérioration du statut et une précarisation de l’emploi » par le fait que « les gens sont moins payés, moins protégés, peu capables de s’opposer à leur employeur »31, les individus sauront garder les moyens de renverser les conditions et le sens de leur expériences32.

 

***

1 Cf. Code du Travail français, consulté sur http://www.legifrance.gouv.fr le 28 février 2011. Ce texte que je propose ici a été présenté pour la validation du séminaire Théories et mesures du statut social, a.a. 2010-2011 (EHESS, M1 Sociologie, Mention Sociologie générale).

2 http://www.snj.fr/spip.php?rubrique10 , consulté le 28 février 2011

3 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.926

4 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.927 et Nisbet p.265

5 Denis Ruellan dans Loïc Hervouet, Cyril Lemieux et Denis Ruellan, Former pour un nouveau métier, Projet n°290, 2006, p.79

6 La dernière version de la convention collective date de 1987 (Cf. http://www.snj.fr/rubrique.php3?id_rubrique=13, consulté le 1 mars 2011

7 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.935

8 Florence Le Cam, États-Unis : les weblogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique, Réseaux n°138, 2006, p.142

9 Florence Le Cam, États-Unis : les weblogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique, Réseaux n°138, 2006, p.142

10 Cf. Florence Le Cam, États-Unis : les weblogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique, Réseaux n°138, 2006, p.143-144

11 Florence Le Cam, États-Unis : les weblogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique, Réseaux n°138, 2006, p.144

12 Ralph Linton, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris, 1986, p.64

13 Ralph Linton, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris, 1986, p.60

14 Cf. Ralph Linton, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris, 1986, p.68-69

15 Ralph Linton, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris, 1986, p.53

16 Ralph Linton, Le fondement culturel de la personnalité, Dunod, Paris, 1986, p.61

17 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.932

18 Dominique Schnapper et Michel Villac, Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux, Revue française de sociologie, 1989, n°30, p.3

19 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.926

20 Cf. Florence Le Cam, États-Unis : les weblogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique, Réseaux n°138, 2006, p.146

21 Cyril Lemieux, Critique du journalisme : comment repolitiser le débat ?, Mouvements, n°15/16, 2001, p.133

22 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.932

23 Cf. Max Weber, Economy and society ; an outline of interpretive sociology, vol. II, Bedminster Press, New York, p.927

24 Margaret Maruani, Statut social et modes d’emplois, Revue française de Sociologie, 1989, n°30, p.32

25 Cf. Margaret Maruani, Statut social et modes d’emplois, Revue française de Sociologie, 1989, n°30, p.37-38

26 Margaret Maruani, Statut social et modes d’emplois, Revue française de Sociologie, 1989, n°30, p.37

27 Margaret Maruani, Statut social et modes d’emplois, Revue française de Sociologie, 1989, n°30, p.33

28 Denis Ruellan dans Loïc Hervouet, Cyril Lemieux et Denis Ruellan, Former pour un nouveau métier, Projet n°290, 2006, p.82

29 Loïc Hervouet dans Loïc Hervouet, Cyril Lemieux et Denis Ruellan, Former pour un nouveau métier, Projet n°290, 2006, p.83

30 Cf. Denir Ruellan, Le professionnalisme du flou, Presse Universitaires de Grenoble, Grenoble, 1993, cité par Erik Neveu, Sociologie du journalisme, La Découverte, Paris, 2009, p.20

31 Cyril Lemieux dans Loïc Hervouet, Cyril Lemieux et Denis Ruellan, Former pour un nouveau métier, Projet n°290, 2006, p.78

32 Cf. Dominique Schnapper et Michel Villac, Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux, Revue française de sociologie, 1989, n°30, p.3 et p.25


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.