Le rapport entre journalistes et vérité comme problème public

Est-il pertinent de parler du rapport entre journalistes et vérité en terme de problème public ? Mais, d’abord, est-il pertinent de parler de « vérité » en rapport à la pratique journalistique ?*

Robert E. Park, dans son article News as a form of knowledge, soulignait comme les nouvelles ne sont pas une connaissance systématique comme celle des sciences mais, sans pour autant l’être non plus, ressemblent à l’histoire du fait qu’elles ne constituent pas des relations entre les faits.1 Dans le sens de Park, la vérité d’un fait ne peut être que la correspondance entre une chose, un « fait », et ce qu’on en dit2. Pour qu’il aie nouvelle, quelque chose doit s’être passé : une nouvelle n’est pas une histoire ou un anecdote. Les nouvelles constituent une connaissance comme « donné » et se distinguent en cela d’une connaissance comme « vérité » ou connaissance « valide », que Park qualifie d’idéal.3

Paul Valadier aussi, dans un article de 1986 titré Presse, vérité, démocratie4, souligne la distance du journaliste à la conformité vers une vérité normative préalable religieuse ou politique : le sens donné ici au mot « verité » se rapproche de celui de « doctrine », un ensemble des donnés tenues pour moralement acceptables.

On voit déjà comme le recours au terme de « vérité » puisse devenir d’autant plus ambiguë des lors qu’on distingue une vérité « idéale » d’une vérité factuelle. Pourquoi donc ne pas écarter ce terme ambigü au profit d’autres, tel que réalité, vraisemblance, ou véracité ? Pourquoi se focaliser sur le rapport des journalistes à la vérité et non pas sur le rapport, par exemple, de confiance entre journalistes et lecteurs ? C’est que les acteurs eux-mêmes, les journalistes, font recours au terme « vérité » dans la déontologie de leur métier et en font aussi un des piliers de la mythologie, pour ainsi l’appeler, journalistique. Dans quelque pays européen, ainsi que dans le code international, la déontologie journalistique fait appel directement à un devoir du journaliste face à la vérité, dans d’autres pays, comme par exemple la France, la déontologie demande de fuir son opposé, le mensonge.

La vérité dont on parle est celle des faits, c’est la correspondance entre la réalité et ce qu’on en dit. Loin de vouloir faire une philosophie expéditive qui ferait comme si d’autres théories de la vérité et un débat complexe au sujet n’existaient pas, c’est pour autant dès la vérité-correspondance que je vais commencer, car c’est des faits réels que les journalistes prennent aussi le départ.

Pourquoi serait-il intéressant d’évaluer le rapport entre journalistes et vérité en termes de problème public ? Cela assume un sens dans la mesure où le journalisme est instrument de publicité et, en cela-même, véhiculateur d’un ordre politique, qu’il soit démocratique ou non. Paul Valadier aide à résumer cette idée acquise, et rarement contesté par ailleurs, et qu’on trouvait déjà chez des auteurs tels que Tocqueville et Hannah Arendt : « Le journalisme, métier récent sous sa forme actuelle, est né dans le contexte des démocraties parlementaires comme par une sorte d’exigence, celle de communiquer l’information à un public aussi vaste que possible, pour que le débat démocratique devienne réel, vivant, contradictoire »5. Selon Valadier, toutefois, et en cela il s’écarte de Tocqueville et Arendt, « la presse ne dit pas la (italique de l’auteur) vérité, elle donne des informations, un peu comme le comédien d’épreuve pas une passion amoureuse pour sa partenaire, mais simule la passion »6.

La presse n’est qu’une représentation et, de plus, trompeuse. Assumer une telle position écarte d’un coup la possibilité de voir dans le rapport entre journalistes et vérité un problème, du fait que le rapport n’existe tout simplement pas. Différemment Arendt, dans ses réflexions sur les documents du Pentagone7, postule que la possibilité pour le journalisme d’être instrument de la démocratie est le fait de véhiculer des informations vraies.

La presse relaie des informations pour les rendre publiques, et en cela même elle peut créer un public qui échange et discute sur les informations que la presse lui fait connaître, qui formule des hypothèses et des idées, aussi politiques. Selon la distinction faite par Daniel Cefaï et Dominique Pasquier dans l’introduction de l’ouvrage Le sens du public8, « Le public des médias, de l’art, du sport ou de la culture n’est sans doute pas totalement superposable au public politique. À ce public est assignée une place de destinataire dans un dispositif de représentation. Son exposition à l’œuvre, au spectacle ou à la partie vise à l’émouvoir, à le distraire ou à le séduire, rarement à le convaincre par l’usage de la raison. Par contre, le public politique, au sens fort, celui de Dewey, est un public associatif, enquêtant ou délibérant, visant à contrôler les conséquences d’un événement ou d’une action et à définir des modalités du bien public. Ce public n’est pas un simple destinataire d’une politique conçue ailleurs par d’autres : il cherche à prendre en main sa propre existence et son propre destin de public ». Le public de la presse est un public médiatique, dans ce sens que la presse essaie de l’émouvoir, de le distraire et de le séduire, ma il est aussi un public politique, car la presse essaie souvent de convaincre ses lecteur par l’usage de la raison. Robert E. Park écrivait que les nouvelles, pour autant quelles soient intimement liées à l’histoire et à la politique, ne sont ni l’une ni l’autre, mais constituent ce qui rend possible l’action politique9. Quid d’une action promue à partir d’une nouvelle fausse ? D’un faux témoin qui raconte le vrai ? J’essaierai d’esquisser des réflexions à partir de ces questions et à travers l’analyse des réactions d’un public « faible », le public virtuel surfant sur Internet, face à différents cas de figures autour du rapport des journalistes à la vérité.

 

La vérité est sur la ligne éditoriale

Tommaso Debenedetti est aujourd’hui connu en Italie comme le faussaire d’interviews. Fils de Antonio Debenedetti, écrivain et critique littéraire fils à son tour de Giacomo Debenedetti, écrivain et critique littéraire réputé ainsi que traducteur de Un amour de Swann de Proust, Tommaso Debenedetti enseigne italien et histoire dans un établissement public de Rome, a un rapport assez compliqué avec son père, comme lui-même a affirmé lors d’une interview à Il Fatto Quotidiano10 et a été inconnu du grand public jusqu’en 2010, quand dix ans de carrière de faussaire ont été découverts.

Poussé par le désir d’écrire plus que par l’argent, car souvent il n’était pas payé pour ses articles, déclare-t-il, depuis les années 2000 Tommaso Debenedetti a réussi à publier dans des journaux locaux et nationaux des fausses interviews à personnages de pointe de la littérature internationale tels que Philip Roth, Gore Vidal ou John Grisham. Dans cette facilité de publication, déclareront plus tard deux responsables des quotidiens nationaux, son nom de famille n’y est pas pour rien11 : au fond, qu’il puisse avoir des contacts avec des écrivains internationaux, était vraisemblable. Pour sa part, Debenedetti signale que pour se faire accepter l’interview il faisait dire à ses « interlocuteurs » des déclaration cohérentes à la ligne éditoriale du journal.

Tommaso a été découvert en février 2010, quand une journaliste de La Repubblica, Paola Zanuttini, interviewant Philippe Roth lui a demandé des retours sur les déclarations tièdes vis-à-vis d’Obama qu’il aurait rendu novembre 2009 à Debenedetti. Roth déclare alors n’avoir jamais parlé avec tel Debenedetti, et encore moins d’avoir fait des considération politiques autour du président des États-Unis : la boite de Pandora commence à s’ouvrir. Une journaliste du New Yorker, Judith Thurman, se passionne du cas : suivant l’affaire elle découvre des dizaines des fausses interviews signées Debenedetti, environ 70 étalées sur dix ans. Tommaso nie et arrive jusqu’à déclarer de vouloir porter plante à Philippe Roth, mais face à l’enquête de Thurman, qui a appelé un par un tous les « interviewés » célèbres de Debenedetti ne trouvant que des dénis, il fini par avouer.

Quelque mois plus tard, Tommaso donne deux interviews : à un quotidien italien, Il Fatto quotidiano12, et à El Paìs13. Debenedetti se change en critique du système journalistique, comme il déclarera dans une interview à La Repubblica un an plus tard14, et dénonce l’effacement total de la différence entre vérité et mensonge. Si d’un autre coté le New Yorker lui-même avait lancé un concours pour les meilleurs fausses interviews15, Debenedetti n’avait pas réussi à faire débat en Italie. Le faussaire avait quitté la scène pour ne revenir qu’en 2011, avec une nouvelle méthode : envoyer aux rédactions des mails signés par des grands auteurs. Ses victimes connues aujourd’hui sont The International Herald Tribune16 et l’Avvenire, quotidien catholique italien17 et les deux actions se sont révélées plus déflagrantes.

C’est notamment le mail envoyé à l’Herald Tribune, signé Umberto Eco et publié sur la version papier internationale du quotidien ainsi que sur le site internet, qui a soulevé le plus le débat, qui est sorti des blogs et des commentaires internet pour rejoindre la presse écrite « traditionnelle », dans une rubrique d’opinion assez suivie : Umberto Eco lui-même répond à l’acte de Debenedetti dans sa La bustina di Minerva, publiée chaque semaine dans l’hebdomadaire L’Espresso. D’autre part, le directeur d’Avvenire se voit aussi contraint de répondre depuis les colonnes de son journal, tandis qu’il effacera par ailleurs toute trace de l’erreur depuis le site internet de son quotidien. The international Herald tribune s’excuse pour l’erreur dans la version papier du journal et sur son site.18

A la réprimande de Umberto Eco suivent les réponses d’autres journalistes, travaillant notamment sur internet, et qui font remarquer au philosophe et romancier que les informations qu’il a trouvé pour construire son argumentaire sur la frontière entre le vrai et le faux, menacée par internet, il les a trouvées justement sur internet, où les internautes n’ont fait que reprendre des nouvelles publiées sur des supports « traditionnels » (journaux et agences de presse).

Le cas de Tommaso Debenedetti est-il devenu un problème public ? Il n’a pas donné lieu à une mobilisation, ni à une agrégation en associations, mais il a fait débat et obligé un certain nombre d’acteurs à donner des réponses. Commencé par « nécessité » individuelle (rendre un papier alors qu’il n’avait pas pu joindre son interlocuteur), Tommaso trouve ses fausses interviews un jeu, jusqu’à ce qu’il soit découvert. Choisissant en suite de continuer, il prend à fur et à mesure une décision qui assume un sens public. Si les déclarations de Tommaso de vouloir dénoncer le système n’étaient parvenues qu’après un aveux forcé qu’il n’aurait jamais voulu donner, on pourrait apparenter son acte à de la désobéissance civique. Ses actes constituent un problème dès la découverte de l’imposture pour la journaliste du New Yorker et les quelques journalistes web et blogueurs qui se demandent si cette pratique peut miner la crédibilité des journalistes, mais il assume une porté majeure quand interviennent « des grands noms ».

S’il y a eu revendication des droits et des devoirs de la part de quelque professionnel et de quelque lecteur, et des principes de vérité et de justice ont été invoqués, le public, y compris le public professionnel, n’a pas réclamé des explications ni critiqué outre mesure les justifications données par Debenedetti. L’exploit de Tommaso semble alors demeurer aujourd’hui plus dans l’ordre du jeu que du problème public.

La scène publique concernée par ce cas reste essentiellement celle des médias, animé par les professionnels de l’information (la journaliste du New Yorker qui a mené l’enquête, les représentants des journaux « victimes » qui se défendent) et quelque blogueur spécialiste du rapport médias/internet qui en a profité pour relancer le débat sur ce thème. Les auteurs tels que Roth et Grisham n’ont pas porté plante, ni l’Ordre des journalistes italien a entamé une quelconque action disciplinaire vis-à-vis de Tommaso Debenedetti (avec les regret d’un certain nombre de blogueurs19). C’est d’ailleurs Tommaso lui-même à avoir « dénoncé » que aucune action disciplinaire ne lui avait été adressée20. Bref, depuis qu’il a été découvert, Tommaso essaie sans cesse d’attiser les braises, mais le vent ne souffle pas pour allumer le feu.

Si, comme le dit Cefaï, les problèmes publics « sont l’enjeu d’opérations de sélection et de focalisation, d’argumentation et de dramatisation, qui les hissent à un certain « degré de généralité », leur confèrent un poids de réalité ou de légitimité »21, il me semble possible de conclure que le processus entamé par Debenedetti n’atteint pas un degré de généralité suffisant pour être arraché à sa particularité et acquir ainsi valeur d’illustration ou de preuve. Si le thème a été rendu public à travers une activité collective, il est resté confiné dans l’arène des professionnels sans atteindre un public plus large, qui n’a donc pas entrevu les conséquences possibles d’une telle dérive du journalisme.

 

Se fier à un faux témoin

Après avoir été viré au but de 15 ans de service aux parlementaires, Spider Truman, soi-disant ancien collaborateur à la chambre de députés italiens, a décidé de dévoiler « les secrets » des parlementaires-mêmes. Le 16 juillet 2011 Spider Truman ouvre une page Facebook dont le nom est « Les secrets de la caste de Montecitorio » (du nom du palais où siège l’assemblé nationale italienne). Succès immédiat, la page à comptabilisé environ 300.000 contacts en trois jours. Les doutes commencent néanmoins à surgir assez tôt, faute de l’anonymat derrière lequel il se cache (la masque de V pour Vendetta, le héros du film réalisé par James McTeigue et sorti en 2006), mais aussi faute des dénonciations qu’il dévoile et que nombreux jugent déjà connues22, ainsi que du temps qui lui a pris (15 ans) pour soulever le scandale. Deux camps alors s’esquissent : ceux qui tentent de démasquer Spider Truman, car ils soutiennent que la crédibilité d’une protestation se fonde sur la véracité de ses témoins, et ceux qui affirment « qu’il faut regarder la lune et non pas le doigt qui l’indique », car au fond ce qui compte et s’avère méprisable se sont exclusivement les contenus de ses dénonciations.

Le problème paraît se profiler alors dans ses termes : la véracité de l’identité de SpiderTruman doit-elle primer sur la vérité de ses dénonciations ? Les journalistes, doivent-ils s’occuper de l’une et de l’autre ?

Selon une partie du public, profondément indignée par les privilèges des politiques, surtout en période de crise économique, les journalistes ne devraient pas se préoccuper de la véracité du témoin, mais de la vérité des dénonciations : c’est un souhait récurant dans les commentaires aux articles sur Spider Truman et dans les blog personnels qui parlent de lui.

La réponse donnée par l’autre camp de la controverse, composé en bonne partie par des professionnels de l’information et par quelque bloguer, repose sur l’assomption que Spider Truman ne dévoile rien qui n’était déjà connu : c’est pourquoi se pencher sur son identité signifie comprendre quels sont ses intérêts cachés derrière la masque du vengeur. C’est ainsi que, dans cette deuxième scène, des opérations de démasquement sont mises en œuvre par les internautes, qui pointent trois possibles identités : un ancien parlementaire de l’extrême gauche, qui n’a pas été réélu aux dernières élections23 ; le Popolo Viola, mouvement anti-berlusconien qui organise une grande manifestation pour septembre 2011 et dont « Spider Truman » ne serait que l’« entrée » (« l’antipasto »)24 ; un homme qui a vraiment travaillé à l’Assemblé, et dont la femme a commencé à combattre pour sa cause25.

Dans l’espace de deux semaines, les discussions sur la toile varient entre l’évaluation de la « stratégie de com » que Spider Truman aurait mis en acte et l’accusation faite aux journalistes de ne pas s’occuper de la « bonne » vérité : à savoir les méfaits des politiciens et non pas l’identité du vengeur, qui entre-temps a gagné aussi quelque minute aux JT des chaînes nationales. Les politiciens, de leur coté, envoient des lettres et des communiqués à la presse soit pour démentir certains privilèges, soit pour annoncer des imminents changements.

Pour le public qui ne fait pas partie de la scène des médias – au delà de la possibilité qu’il s’agisse d’une opération de communication en vue d’un événement ciblé26 – ce qui compte est que la cause collective d’abolir les privilèges de la caste politique devance la question de l’identité du témoin : d’autres émules ont pris le relaie sur le « vrai » Spider Truman, des petites manifestations ponctuelles sont organisées sous le masque de V pour Vendetta. C’est autour de l’expérience de l’indignation vis-à-vis des privilèges gardés par la classe politique en temps de crise économique, que ces gens se sont ressemblé, acceptant de laisser de coté le doute sur l’identité de Spider Truman.

Il en a été autrement pour le cas international de la fausse blogueuse lesbienne Amina, qui s’est avéré être en réalité un homme de 40 ans et habitant d’Édimbourg27. Les nouvelles diffusés depuis le blog A gay girl in Damascus (aujourd’hui fermé28), écrit en anglais par la soi-disant Amina, couraient sur la toile depuis février 2011, jusqu’en juin, quand une fille a dit se reconnaître dans la photo utilisé pour les profils d’Amina. La photo avait fait le tour du monde depuis que dans le blog, une « cousine » avait annoncé l’enlèvement d’Amina en Syrie. Tom, l’auteur, se défend disant que la situation était fausse, mais les informations données vraies : ainsi, dit-il, il ne pense avoir fait du mal à personne. Entre temps, le public s’était mobilisé non seulement sur la toile mais aussi dans la vie réelle avec des manifestations en faveur d’Amina.

Cette fois-ci, l’indignation face à l’imposture ne touche pas seulement les professionnels des médias, mais aussi les vrais homosexuels qui vivent en Syrie et en générale tous les bloguers ou informateurs qui écrivent sur internet de leur difficultés dans les pays sensibles29.

Reporters sans frontières, dans un communiqué publié sur son site, a souligné comme cette affaire est « désormais instrumentalisée par les autorités syriennes et leurs partisans afin de décrédibiliser l’information diffusée sur la Toile par les opposants syriens »30. Dans ce même communiqué, Reporter sans frontières explicite l’enjeu de ce problème public : « Cette affaire illustre parfaitement le défi auquel sont confrontés les journalistes lorsqu’il s’agit de vérifier des informations fournies par des médias sociaux ou des blogueurs, dont certains s’improvisent parfois journalistes citoyens. Cependant, lorsque la presse est empêchée de faire son travail, ce sont souvent ces mêmes blogueurs et net-citoyens qui sont les seuls à faire sortir l’information ».

Différemment du cas de Spider Truman, ici les conséquences d’un rapport des journalistes à la vérité qui soit manqué ou biaisé sont plus claires, et ainsi les discussions se font plus ciblés : la plupart des articles qui reportent l’histoire pointent les risques qui s’ouvrent à la crédibilité des vrais reporteurs, même si les professionnels des médias n’arrivent pas jusqu’à faire mea culpa du fait qu’ils ne sont pas, par exemple, coincés dans l’erreur comme ceux qui avaient publié les fausses interviews et les fausses lettres de Tommaso Debenedetti. Sans se demander encore si les médias qui ont suivi pendant des mois le blog d’Amina auraient-ils pu éviter le piège, la constatation à la fin de ce deuxième problème public est le confinement de la question, encore une fois, sur la toile. Si le cas d’Amina en lui-même a atteint l’opinion publique et aussi quelque assemblé parlementaire31, si la plume d’Amina-Tom MacMaster a fait l’objet de fort reproches et d’articles ironiques, la discussion sur le problème général des conséquences de la diffusion virale et incontrôlée d’un faux témoignage se sont resserré dans les rangs des directs intéressés, à savoir les professionnels des medias. Encore une fois le problème n’a pas été d’une suffisante « porté générale ».

 

Le mensonge qui fait descendre dans la rue

Selon les procureurs Alfredo Robledo et Fabio De Pasquale, qui avait entamé une procédure judiciaire en mars 2005, Silvio Berlusconi aurait versé en 1997, via sa société Fininvest, 600.000 dollars à l’avocat britannique David Mills en échange de faux témoignages et de la destruction de documents lors de deux procès intentés contre lui en 1997 et 1998. Le 30 octobre 2006, le juge des audiences préliminaires de Milan, Fabio Paparella, renvoie devant la justice Silvio Berlusconi ainsi que David Mills, pour « corruption en matière d’actes judiciaires ». Mills a été condamné en premier dégrée le 17 février 2009 pour avoir été corrompu et avoir donné les faux témoignages. La Cour d’Appel confirmera la sentence le 27 octobre 2009, mais Mills recoure à la Cour de Cassation. Le 25 février 2010 a eu lieu la sentence de cassation qui, confirmant que délit a eu lieu, déclare néanmoins le délit prescrit.

Toutes les procédures judiciaires impliquant Silvio Berlusconi attirent l’intérêt naturel à la fois des ses adversaires que de ses alliés, non seulement parce qu’il est le président du gouvernement italien, mais aussi car, depuis sa montée au pouvoir en 1994, il a été à maintes reprises soupçonné d’avoir abusé de sa fonction pour changer en sa faveur les lois concernant la justice, et ainsi échapper aux sentences défavorables. La sentence de l’affaire Mills était donc, aussi, très attendue.

Le 26 février 2010, dans l’édition de 13h30 du Tg1, le JT de la première chaîne publique nationale (RAI 1), la nouvelle est donnée de l’acquittement de Mills, alors que le délit avait été prescrit. Le Tg1 est dirigé par Augusto Minzolini, journaliste sous les lentilles des critiques des médias car, depuis de sa nomination en 2009, sa ligne éditoriale est jugé excessivement pro-gouvernement. Entre autres, pendant l’été 2009 il avait été accusé de ne pas avoir diffusé au JT les nouvelles relatives aux présumés scandales sexuelles de Silvio Berlusconi.

Arianna Ciccone, directrice depuis 2007 du Festival international du journalisme de Perugia, exprime son indignation sur son profil Facebook à travers une note qui est une lettre ouverte à l’Ordre des journalistes italien et au directeur de la Rai: après quelques heures, déclare-t-elle32, Arianna reçoit de centaines de demandes de pouvoir signer la lettre. Elle crée alors une page Facebook appelée La dignité des journalistes et le respect des citoyens, qui acquiert environ 154.000 contacts en six jours. Le 5 mars elle s’est alors symboliquement rendue à la siège de la RAI avec une valise bleu33, avec la lettre « signé » par le 154 mile contacts et depuis a ouvert un site, ValigiaBlu, qui affiche un compteur attendant toujours34 la correction de la nouvelle donné par le Tg1 de 13h30 du 26 février 2010.

Après presque un an ValigiaBlu, institutionnalisation d’un collectif qui s’était formé autour d’une indignation individuelle rendue publique, est devenu lieu d’échange autour, entre autres, de la véracité des nouvelles relayés par les média : non seulement pour les professionnels mais aussi pour les lecteurs, qui postent leur commentaires et discutent avec la rédaction.

Le modèle qui s’est produit correspond à celui de Dewey, tel que exposé dans de The public ans its problems (1927) et résumé par Pasquier et Cefai dans l’introduction de leur ouvrage Le sens du public : « Le point de départ est la confrontation à une situation problématique où des personnes éprouvent un trouble indéterminé et perçu initialement comme relevant de la vie privée. Le public n’est pas donné d’avance avec la positivité d’un corps civique ou d’une audience médiatique. Il émerge à travers le jeu des interactions entre ces personnes qui se constituent comme un collectif d’enquêteurs, d’explorateurs et d’expérimentateurs qui vont monter des dispositifs de mobilisation pour définir leur trouble, l’ériger en problème d’intérêt public et interpeller les pouvoirs publics en vue de le résoudre ».

S’il est vrai que « la mise en scène et la mise en récit des problèmes publics présupposent par exemple la maîtrise pratique des règles rhétoriques et dramaturgiques qui les rendent compréhensibles, acceptables cognitivement et recevables normativement »35, dans la « réussite » de ce problème public, et dans la mise en récit de l’enchaînement de l’histoire, a compté l’expérience d’Arianna Ciccone dans le monde de la communication et la gestion des grands événements.

 

A quoi bon la vérité dans le journalisme ?

Ces cas de figure simplement esquissés à partir des recherches effectués sur la toile, mériteraient une analyse bien plus approfondie : non seulement un traçage plus efficace des débats en ligne, mais aussi le suivi des éventuelles « fugues » du débat hors internet, sur les média traditionnels et dans d’autres arènes publiques tels que les assemblés politiques, les associations de catégorie ou de consommateurs. Le peu d’informations que j’ai pu ressembler pour cet esquisse montrent déjà combien le contexte de l’expérience compte dans le déroulement d’un problème public : une analyse plus fine demanderait aussi un travail majeur sur la temporalisation et la contextualisation des exemples cités.

Pour tirer maintenant les fils de ce qui est le sujet principal, je commence par un rappel : les « dérives » vraies ou présumés du journalisme sont ce que au début du siècle a poussé les législateurs à placer des frontières définies à la profession. Aujourd’hui, le débat sur la légitimité du travail journalistique face aux blogueurs et aux « journalistes citoyens » émergentes, ne se place pas forcement sur la vérification des faits, mais plutôt sur la « qualité » globale, et indéfinie, du service fourni.

Même dans les quatre cas présentés il est difficile de dire que le problème public ciblé par la plupart des acteurs soit réellement le rapport des journalistes à la vérité : celui-ci prend plutôt l’allure d’un problème qui reste confiné dans le cercle professionnel. Il demeure un problème pour un public spécifique, mais il trouve dur à percer la boule des professionnels des média et atteindre l’indignation d’autres publics. Pour autant, le travail des journalistes se fonde sur la vérifications des faits avant leurs publications : c’est ce qui en fait ce que Louis Quéré appelle « dispositif de confiance ».

Comme Quéré l’a rappelé dans un article de 2005, nous ne pouvons pas être témoins de tous les événements ni être compétents dans tous les domaines36, « aussi sommes-nous obligés de nous en remettre à d’autres – à d’autres personnes, mais aussi à des institutions ou des organisations, pour effectuer ces contrôles, vérifications et participations en notre nom ». Mais ces « dispositifs de confiance » marchent seulement, souligne-t-il, si on leur accorde confiance. A ce premier « paradoxe », que je qualifie plutôt de définition tautologique, il en ajoute un deuxième : c’est la méfiance à être ainsi institutionnalisé37, sous la forme de procédures et de dispositifs pour s’assurer de la crédibilité des engagements de ceux qui exercent le pouvoir. Elle va donc de pair avec la vigilance et l’exercice du jugement. Si je reporte cette considération aux cas de figure présentés, cela revient à dire que, au fond, même si personne ne croyait à ce qu’il lisait dans la presse, il y prêtait confiance jusqu’à preuve contraire. Et ainsi de suite dans le risque d’une régression à l’infini des dispositifs de contrôle.

Dans les formes démocratiques de la confiance, dit Queré, on retrouve les tensions des rapports de confiance quotidiens : il y a ainsi une sorte d’équilibre qui doit être atteint, dans la confiance, entre la délégation et le renoncement à interférer, d’un côté, le contrôle et la vigilance, de l’autre. Cet équilibre protège la confiance de la suspicion.38

Or, le cas de Tommaso Debenedetti, journaliste qui n’est pas conforme aux attentes39, pose le problème de la confiance en une institution : pourquoi alors les dénonciations de Tommaso ne soulèvent pas l’indignation générale de tous lecteur qui se confient à la presse ? De dire que au fond personne ne donne crédit à la presse, serait une façon un peu trop expéditive de dégager le problème. Il serait bien, plutôt, de creuser la définition tautologique du dispositif de confiance : Debenedetti est un individu qui n’est pas conforme aux attentes, il n’est donc pas reconnu comme partie du système et il est ainsi relégué aux marges de l’histoire tel un boulet. C’est dans ce sens, à mon avis, qu’on pourrait comprendre le manque de procédure disciplinaire entamé contre lui par l’Ordre des journalistes, alors qu’il en fait partie. Le faussaire n’est pas reconnu comme partie du dispositif : que la situation normale est celle d’un journaliste qui contrôle ses sources, c’est un fait qu’on ne discute pas. Encore une fois, approfondir l’étude de ce cas de figure, permettrait peut-être de comprendre à travers quels mécanismes le problème central, à savoir des rédacteurs en chef qu’en vertu du nom de Tommaso on pris sans vérifier ses travaux, a pu être mis de coté.

Par ailleurs, les citoyens suivant la vie politique italienne n’avaient aucunement raison de douter de la vérité des propos de Spider Truman, justement car ils entendait depuis des années la presse alerter des privilèges d’une caste politique qui demande à ses citoyen de se serrer la ceinture, sans le faire elle-même. Spider Truman s’insère donc dans un débat qui lui préexiste, et auquel il rajoute le folklore du super-héros, de l’image qui peut être réutilisé par quiconque, car Spider Truman est n’importe quel chômeur, ouvrier exploité, jeune sans futur, etc.. comme il écrit dans son blog après les premiers jours de la chasse à son identité.40 Parce qu’il se défini « un, personne et cent mille », la véracité de son identité ne fait plus de sens et l’acharnement des journalistes et quelque blogueur pour retracer son vrai visage est jugé hors contexte et devient signe, au contraire, à travers le dénigrement souhaité de Spider Truman, que eux aussi font partie de la caste à abattre. Ce qui compte pour ces citoyens c’est la dénonciation de la classe politique, le public favorable à Spider Truman est affecté et affligé par le même problème, celui de la dérive de la classe politique : Spider Truman, sous le visage de V pour Vendetta, se fait l’image de l’indignation et du désir de vengeance. Comme dit plus haut, la question de la vérification de son identité se resserre alors dans le cercle des professionnels, le rapport à la vérité se posant comme problème en amont de l’usage que les citoyens font de la presse, il est pris en charge par les journalistes eux-mêmes. Ceux-ci, de leur coté, essaient d’investiguer autour de la stratégie de Spider Truman, pistent ses mails et ses posts sur Facebook, Twitter, le blog, ils essaient de repérer des chaînes de causalité et de prévoir les effets pour les actes du vengeur, et enfin ils publicisent les résultats dans la tentative d’entamer une libre discussion.

Ce qui demeure difficile, c’est de montrer le rapport entre les journalistes et la vérité comme un problème public lié au déroulement de la vie démocratique. Il ne s’agit pas de dire que le comportement des journalistes est déviant par rapport à une normalité que moi-même, apprenti sociologue, j’impose comme le devoir souhaitable : mon point de départ reste la déontologie journalistique, dans sa formulation internationale que les journalistes se sont donné et qui impose « le respect de la vérité »41.

Étant donné la lecture qu’il a proposé de Le devoir et la grâce de Cyril Lemieux, Louis Quéré serait peut-être en désaccord avec un tel point de départ. Dans l’article dédié à l’ouvrage de Lemieux et qu’il a rédigé pour Annales, Quéré écrit que « une approche déontologique de la vie publique cadre mal avec le pragmatisme, qui place au cœur tant de l’expérience morale que de l’expérience publique la résolution, en situation, des problèmes et des conflits éthiques et politiques concrets, via les méthodes de l’enquête et de l’expérimentation »42. Mieux que la position « kantienne » de Lemieux, dont « le point de vue déontologique » serait « une sorte de parti pris commun en faveur d’une conception de la vie publique centrée sur la fixation, la révision ou la réaffirmation des règles et des normes », Quéré propose « le point de vue praxéologique du pragmatisme, qui en appelle à la formation de valeurs plutôt qu’à l’édiction de normes, aux jugements pratiques plutôt qu’à l’application de règles, à l’intelligence collective plutôt qu’à la raison publique, à la créativité de l’expérience plutôt qu’au suivi de standards et de fins ultimes, à des méthodes d’enquête et d’invention pour faire face aux problèmes plutôt qu’à des procédures discursives d’universalisation des intérêts ».

Or, pour préciser mon propos, il me semble essentiel de souligner que la déontologie journalistique, si bien qu’elle soit un « carnet de route » qui délimite la morale que la catégorie professionnelle en question estime bon de se donner, elle a des contreparties juridiques dans les lois des pays dans lesquels les journalistes opèrent. Si je pars d’elle, ce ne serait donc pas pour la considérer comme le fin d’une expérience publique, mais pour mettre en évidence comme tout déroutement de ce carnet puissent potentiellement bouleverser des acquis communs, et faire vaciller un dispositif de confiance sur lequel, entre autres, se fondent les institutions démocratiques. Que les journalistes sont de « watchdogs », de « fouille-merde », de gens qui « normalement » disent vrai, cela fait parti de la culture démocratique, et c’est pourquoi tout déroutement de leur déontologie peut être considéré comme un problème aujourd’hui. Dans les mots de Gusfield : « Les problèmes publics ne sont pas des dysfonctionnements d’un système social, mais des circonstances (conditions) qui sont perçues comme pathologiques à travers le prisme d’une culture publique. Les problèmes publics ne sont pas donnés en nature : l’alcool n’a pas été un objet de condamnation pendant une grande part de l’histoire de l’humanité. Ils apparaissent comme tels parce que certains de leurs aspects sont présentés comme contraires à l’intérêt public et par ce qu’ils sont supposés transformables ou éradicables par une action spécifique qui est celle des pouvoirs publics »43.

Cet écart entre la norme et la pratique qui peut porter les journalistes à ne pas vérifier les informations qu’ils vont publier, si elle semble suffisante pour pointer un problème au sein de cette catégorie socio-professionnelle, est-il vraiment un signe, aussi, d’un problème public de plus grande portée ? Si les cas de figures présentés ne montraient pas un dégrée minimum d’indignation et d’ébauche de débat de la part d’un public plus vaste, on pourrait classer le « problème » comme une objectivation abstraite, sans un ancrage réel dans l’expérience. Mais autre chose serait de dire, pour utiliser le langage de Daniel Cefaï, que un tel problème n’est pas encore suffisamment « construit et stabilisé, thématisé et interprété dans les cadres ou les trames de pertinence qui ont cours dans un horizon d’interactions et ďinterlocutions »44.

Pourquoi le problème du rapport des journalistes à la vérité n’est-il pas suffisamment thématisé et interprété ? C’est l’analyse que Emmanuel Henry propose pour le cas de la médiatisation de l’amiante qui me semble apporter une réponse possible. Écrit E. Henry : « Les maladies liées à l’amiante touchent dans leur écrasante majorité des professionnels, c’est-à-dire des personnes amenées à travailler à son contact dans le cadre de l’exercice d’un métier. Cette spécificité de l’épidémie de pathologies liées à l’amiante est importante à souligner, car elle entraîne plusieurs conséquences sur le plan de sa gestion et de sa carrière publique. Pour plusieurs raisons qui tiennent à la mise en place d’une gestion assurantielle du risque professionnel, aux catégories sociales dont sont issues les victimes et à des raisons socio-historiques, les maladies professionnelles sont l’objet d’une relative acceptation sociale. Celle-ci est fortement corrélée à un désintérêt et une méconnaissance de ces pathologies en dehors des cercles restreints formés par ceux qui sont soit physiquement touchés, soit amenés à travailler directement sur ces questions (comme les médecins du travail, certains syndicalistes ou des épidémiologistes). Un indice de ce désintérêt et de cette méconnaissance est la faible publicité donnée à ces problèmes de santé publique »45.

Or, le rapport des journalistes à la vérité n’est assurément pas un problème de santé publique, mais il constitue un problème de santé démocratique dont les conséquences restent méconnues en dehors du cercle des professionnels. Dans Du mensonge en politique, Hannah Arendt ne fait pas de doutes sur la fonction fondamentale que la presse assume dans un pays démocratique : le droit à une information basée sur les faits et non manipulée est pour elle une liberté politique fondamentale, sans ce droit « la liberté d’opinion devient un cruel canular ». Il reste à voir alors, dans la suite des cas de figure, si la querelle entre la presse « traditionnelle » et la nouvelle presse de la « blogosphère » portera des nouvelles réflexions et une visibilité accrue au sujet de la diffusion virale des nouvelles non vérifiées.

 

***

* Ce texte a été présenté pour la validation du séminaire Publics et problèmes publics, a.a. 2010-2011 (EHESS, M1 Sociologie, Mention Sociologie générale)

1 Cf. R.E. Park, « News as a Form of Knowledge: A Chapter in the Sociology of Knowledge », American Journal of Sociology, mars 1940 (45/5), p.675

2 « [A reporter] seeks merely to record each single event as it occurs ». R.E. Park, cit., p.675

3 Cf. R.E. Park, cit., p.682

4 Cf. P. Valadier, « Presse, vérité, démocratie. On ne doit pas tout dire », Études, 364/3, mars 1986, p.329

5 P. Valadier, cit., p.329

6 P. Valadier, cit., p.332. Il n’est pas anodin de rappeler que Paul Valadier est un jésuite, et en cela va comprise son acception de la vérité.

7 Cf. H. Arendt, « Du mensonge en politique : réflexions sur les documents du Pentagone », in Du mensonge à la violence, Pocket, 1972

8 D. Cefaï et Dominique Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, PUF, 2003

9 Cf. R.E. Park, cit., p.678

10 Cf. M. Pagani, « Sono una bomba nel cuore dei media », Il Fatto Quotidiano, 8 mai 2010. Consultable en ligne sur un blog tiers: http://blog.alibertieditore.it/2010/05/10/tommaso-debenedetti-sono-una-bomba-nel-cuore-dei-media-malcom-pagani-il-fatto-quotidiano/

11 Cf. J. Thurman, « Libero’s reply », Newyorker.com, 8 avril 2010, consultable en ligne: http://www.newyorker.com/online/blogs/newsdesk/2010/04/libero-reply.html

12 Cf. M. Pagani, « Sono una bomba nel cuore dei media », Il Fatto Quotidiano, 8 mai 2010. Consultable en ligne sur un blog tiers: http://blog.alibertieditore.it/2010/05/10/tommaso-debenedetti-sono-una-bomba-nel-cuore-dei-media-malcom-pagani-il-fatto-quotidiano/

13 Cf. M. Mora, “Me gusta ser el campeón italiano de la mentira”, Elpaìs.com, 6 juin 2010, Consultable en ligne: http://www.elpais.com/articulo/reportajes/gusta/ser/campeon/italiano/mentira/elpepusocdmg/20100606elpdmgrep_5/Tes

14 Cf. A. Gnoli, « La mia vita da falsario. I bluff di Debenedetti. ”Così invento le interviste” », La Repubblica, 17 mai 2011. Consultable en ligne: http://www.campusdemedia.it/public/debenedetti.pdf

15 Cf. I. Crunch, « The art of the mock interview », Newyorker.com, 25 juin 2010, Consultable en ligne: http://www.newyorker.com/online/blogs/books/2010/06/contest-the-art-of-the-mock-interview.html

16 Cf. « Editor’s note: April 16, 2011 », in Letter’s to the International Herald Tribune, Consultable en ligne: http://www.nytimes.com/2011/04/06/opinion/06iht-edlet06.html

17 Cf. Paco Ignacio Taibo II (sic!), « La mia laica commozione », Avvenire, 18 août 2011. Avvenire a effacé de son site toute trace de la fausse lettre, qu’on peut tout de même consulter en ligne : http://www.dongiorgio.it/scelta.php?id=1641

18 Voir note 16

19 Comme par exemple cet étudiant d’une école de journalisme : http://onlyon.splinder.com/post/22646540/ascesso-alla-protezione

20 Cf. M. Conti, « Assurdo, l’Ordine punisce Feltri ma non un impostore come me », Ilgiornale.it, 27 novembre 2010, Consultable en ligne: http://www.ilgiornale.it/interni/assurdo_lordine_punisce_feltri_ma_non_impostore_come_me/feltri-stampa-bavaglio/27-11-2010/articolo-id=489732-page=0-comments=1 . A travers ce communiqué envoyé à Il Giornale, Tommaso Debenedetti démontre sa capacité de suivre à la lettre la ligne éditoriale et les intérêts d’un journal : Vittorio Feltri, directeur de l’entête, avait été suspendu par l’Ordre des journalistes italiens pour avoir utilisé une information (vielle de cinq ans) au but de dénigrer un adversaire (l’affaire est connu sous le nom de « Caso Boffo ») et pour avoir continué à faire écrire dans le journal un ex-journaliste, Renato Farina, radié de l’Ordre pour avoir collaboré avec les services secrets italiens (SISMI) lors qu’il était vice-directeur de Libero, en publiant des fausses nouvelles pour leur compte et en étant rétribué.

21 D. Cefaï, « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 1996 (14/75), p.54

22 Un livre résumant les privilèges des politiques italiens était sorti en 2007. Co-écrit par deux journalistes renommés de Il Corriere della Sera, Gian Antonio Stella et Sergio Rizzo, La casta. Così i politici italiani sono diventati intoccabili (Editions Rizzoli), qui a vendu plus d’un million d’exemplaires en un an. « La casta » est devenu depuis le synonyme de la classe politique italienne.

23 Cf. L. Berberi, « C’è Caruso dietro Spider Truman », Corriere.it, 21 juillet 2011, consultable en ligne: http://www.corriere.it/politica/11_luglio_21/spider-truman-francesco-caruso-leonard-berberi_6306892e-b3c1-11e0-a9a1-2447d845620b.shtml

24 Cf. E. Bianchini, « Spider Truman, la rete prova a smascherarlo », Ilfattoquotidiano.it, 19 juillet 2011, consultable en ligne: http://www.ilfattoquotidiano.it/2011/07/19/caso-spidertruman-la-rete-prova-a-smascherarlo-capire-se-le-denunce-sono-vere/146308/

25 Cf. L. Berberi, « Spider Truman, giustiziere online, ha (quasi) un nome, Corriere.it, 19 juillet 2011, consultable en ligne: http://www.corriere.it/politica/11_luglio_19/Spider-Truman-giustiziere-online-ha-quasi-un-nome_e618863c-b1cd-11e0-962d-4929506ed0a9.shtml

26 Comme le souligne un blog informatique, Spider Truman essaie de démontrer d’être une identité collective et il utilise bien les points de repère de la toile, paraissant ainsi loin d’être l’analphabète informatique qu’il prétend (Cf. C. Tamburrino, « Spider Truman, caccia al precario ribelle », Punto-informatico.it, 20 juillet 2011, consultable en ligne: http://punto-informatico.it/3221940/PI/News/spidertruman-caccia-al-precario-ribelle.aspx

27 Cf. M. Bell et E. Flock, « ‘A gay girl in Damascus’ comes clean », Washingtonpost.com, 12 juin 2011, consultable en ligne: http://www.washingtonpost.com/lifestyle/style/a-gay-girl-in-damascus-comes-clean/2011/06/12/AGkyH0RH_story.html

28 Cf. en ligne : http://damascusgaygirl.blogspot.com/

29 Cf. C. Gouëset, « La fausse blogueuse syrienne indigne le web », Lexpress.fr, 15 juin 2011, consultable en ligne :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/la-fausse-blogueuse-syrienne-indigne-le-web_1002446.html

30 Cf. « Continuons à soutenir les vrais blogueurs syriens, en danger pour nous informer », Rsf.org, 14 juin 2011, consultable en ligne: http://fr.rsf.org/syrie-continuons-a-soutenir-les-vrais-14-06-2011,40446.html

31 Cf. « Blogger siriana scomparsa: venerdì 10 giugno ore 13 sit-in davanti ambasciata siriana a Roma. Appello per la sua liberazione », Radicali.it, 8 juin 2011, consultable en ligne : http://www.radicali.it/comunicati/20110608/blogger-siriana-scomparsa-venerd-10-giugno-ore-13-sit-davanti-ambasciata-siriana

32 Cf. en ligne: http://www.valigiablu.it/doc/4/perch-valigia-blu.htm

33 Dans un vidéo sur Youtube on voit la valise avec les paquets de noms. Arianna Ciccone souligne qu’il s’agit d’un geste symbolique, car la liste de nom n’a pas de valeur légal. Cf. vidéo en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=rvUYTJjoaXs

34 Depuis 548 jours à la date du 29 août 2011

35 D. Cefaï, cit., p.51

36 L. Quéré, « Les « dispositifs de confiance » dans l’espace public », Réseaux, 2005 (4/132), p.188

37 L. Queré, cit., p.189

38 L. Queré, cit., p.190

39 Cf. L. Queré, cit., p.202

40 Cf. « Io sono Spider Truman: oggi ho deciso di svelare la mia vera identità », Isegretidellacasta.blogspot.com, 18 juillet 2011, consultable en ligne : http://isegretidellacasta.blogspot.com/2011/07/io-sono-spider-truman-oggi-ho-deciso-di.html

41 Cf. à titre d’exemple: la Charte de Munich (http://www.snj.fr/spip.php?article2016), le Code de principes de la FIJ (http://www.ifj.org/fr/pages/dontologie), la Résolution 1003 du Conseil d’Europe (http://assembly.coe.int//MainF.asp?link=http://assembly.coe.int/Documents/AdoptedText/ta93/fres1003.htm

42 L. Quéré « Un biais déontologique dans l’analyse de l’expérience publique ? », Annales, 6/2010, p.1449-1455. En ligne : www.cairn.info/revue-annales-2010-6-page-1449.htm

43 D. Cefaï et D. Trom, « Retour sur la sociologie des problèmes publics. Un entretien avec Joseph Gusfield », [Secret / Public], numéro 0, 2005, p.215, en ligne : http://gaelleju.free.fr/secret-public/IMG/pdf/TEXTE_11_Cefai_Trom.pdf

44 D. Cefaï, cit., p.47

45 Cf. E. Henry « Du silence au scandale », Réseaux, 2003 (6/122), p. 237-272. En ligne : ww.cairn.info/revue-reseaux-2003-6-page-237.htm


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.