Compte-rendu d’entretien préliminaire

Le sujet choisi pour l’entretien1 est strictement liée à mon projet de recherche, portant sur le rapport entre les journalistes et la vérité. Comme il s’agit du premier entretien effectué à ce propos, je l’ai qualifié et je l’ai traité en tant qu’entretien exploratoire : il m’a donné l’occasion de tester ma grille d’entretien, me convainquant de la changer par la suite, et de moduler mes tendances à l’entretien journalistique – déformation professionnelle due à ma pratique du métier – avec les exigences méthodologiques requises pour un entretient utile à la recherche sociologique.

 

L’interlocuteur et le contexte

Le choix de l’interviewé, un journaliste professionnel, s’est faite assez aisément grâce à une collègue de l’Ehess qui à été mon contact-relais, étant elle-même journaliste et conjointe d’un journaliste que je ne connaissais pas encore. Son conjoint s’est révélé être un bon interlocuteur de part son age et sa formation en école de journalisme française, ce qui m’aurait permis d’avoir des points de repère face à la profession telle que conçue en France, et d’arrondir ainsi les biais de ma connaissance du métier, issue du milieu des journalistes italiens (étant moi-même italienne et formée au journalisme dans une école italienne). Je l’ai estimé un bon sujet aussi car mon contact-relais m’avais indiqué son origine hispanique, ce qui m’aurait permis de dialoguer avec quelqu’un maîtrisant le décalage interculturel : cela c’est avéré par la suite négligeable, car il s’agissait d’un hispanique de deuxième génération, qui est né et a toujours vécu en France.

Le premier contact a eu lieu par courrier électronique, la réponse positive a été immédiate mais avec une demande de précision sur le contenu de l’interview : si je n’ai pas précisé d’être journaliste, par crainte d’une proximité excessive qui aurait mené à des sous-entendus ou à de non-dits dans les discours, je n’ai pas caché qu’il s’agissait d’un exercice pour valider un cours, j’ai précisé mon propos lui expliquant que le sujet portera sur la pratique du métier de journaliste, plus précisément sur la première phase de récolte de l’information, et que le discours sera assez libre. Nous nous sommes donc accordé pour un rendez-vous dans un bar proche du Beaubourg pas trop fréquenté dans l’après-midi.

Avant la rencontre je savais assez peu de la personne, sauf ses origines hispaniques, son age, son emploi actuel et sa spécialisation journalistique, et faute de sa moindre visibilité en ligne, je n’ai pas réussi davantage à en savoir plus avant l’entretien. Le petit échange de mail m’a donné l’impression d’une personne assez disponible.

Le jours de l’entretien mon interviewé est arrivé avec un léger retard, nous avons découvert que le café était fermé et nous avons aussitôt repliée sur celui d’en face, un peu brouillant car on y servait encore quelque déjeuner, mais suffisamment calme. L’accord à l’enregistrement de l’entretien m’a été donné sans problème.

 

La grille d’entretien

Pour mener cet entretien semi-directif, j’ai établi la grille suivante :

 

 

  • Info personnelles
    • nom/prénom
    • age
    • sexe
    • provenance
    • religion/croyances
  • parcours scolaire
  • parcours professionnel
  • école de journalisme oui/non
    • si oui, qu’est-ce qu’on y apprend ?
  • phase de récolte, comment ça se passe
    • y-a-t-il des procédures standards ?
  • phase de vérification, que se passe-t-il
    • y-a-t-il des procédures obligatoires ?
  • La confusion sémantique presse/journalisme/média est-elle un problème ?
  • Si je disais éthique du journaliste ?
  • Et si je disais éthique du journalisme ?

 

NB. Encourager à donner des exemples

 

 

Analyse méthodologique

Les limites de cet entretien exploratoire commencent à se voir dès la grille d’entretien : elle consiste en une feuille de route trop minimaliste qui présente, oui, les thématiques principales, mais ne montre pas une réflexion conséquente sur les questions clés ni, et surtout, sur leur formulation. Le manque d’une question ouverte introductive pour chaque thématique a conduit à l’incertitude dans la formulation des questions lors de l’entretien.

Cette manque de précision avait néanmoins une raison : la volonté de ne pas utiliser visiblement la grille pendant l’entretien, de façon à lui donner une allure « naturelle », pour autant que possible. La souplesse d’une guide d’entretien ne comprenant que les thématiques s’est avéré par ailleurs utile dans des entretiens successifs, mais deux différences majeures par rapport à cette première sont à signaler : les entretiens successifs ont été effectués dans ma langue maternelle, l’italien, et les thématiques ont été sensiblement changés pour laisser la place à des questions portant plus spécifiquement sur les pratiques.

Lors de cet entretien exploratoire, dans la volonté de laisser libre cours à la parole de l’interviewé et ne pas inciter ou influencer son usage du mot « vérité », terme sensible pour mon objet de recherche, mes interrogations sont sortie trop flues, morcelées, parfois excessivement ambiguës.

Un autre limite dont je me suis rendue compte après-coup, c’est de n’avoir pas mis en place ce qu’on appelle, dans un langage un peu décontractée, le « modèle de l’entonnoir », qui propose de poser des questions générales au départ, pour finir avec des questions fermées concernant les caractéristiques sociales de la personne enquêtée : ne pas commencer par la biographie stricte aurait davantage permis à l’entretien de ne pas prendre une allure d’interrogatoire, et aurais mis à l’aise mon interlocuteur bien plut tôt. Dans les entretiens successifs, la première question est devenue « comment avez-vous commencé à faire du journalisme ? », ce qui paraît mettre assez à l’aise les interlocuteurs, du fait de pouvoir raconter leur histoire.

Enfin, j’ai pris trop des notes pendant l’entretien. Dès lors l’acceptation sans réserve de l’usage du dictaphone, j’aurais pu délaisser la prise de note et y gagner ainsi en attention vers mon interlocuteur : cela m’aurait davantage permis une réactivité majeure dans les relances. C’est la preuve que écouter ne peut pas se réduire à la dimension d’enregistrement des données, mais doit pousser le sociologue à mettre constamment en question les thèmes et les objectivations.2

Pour ce qui est de mon rapport à l’interlocuteur, je n’ai pas ressenti de problèmes majeurs dans la relation que nous avons établie lors de l’entretien. Assurément, la nature du rapport avec le contact-relais, pour lui la conjointe, pour moi une bonne amie, a facilité le contact, ainsi que nos ages respectives, pas si écartées, et le style vestimentaire très proche. En dépit d’une confiance mutuelle vite établie, je n’ai pas communiqué à mon interviewé que j’ai été moi-même journaliste, me réservant de l’annoncer pendant l’entretien, si l’occasion s’y prêtait : cette stratégie s’est révélé assez inutile. Jouer à « l’idiot du village », à travers aussi un style de locution morcelé et indécis, n’a pas été suffisamment maîtrisé et a ainsi plus nuit à l’entretien qu’autre chose. Il s’est avéré par ailleurs possible, dans les entretiens successifs, de dire davantage que je suis journaliste et d’obtenir quand même les réponses à mes questions : encore une fois a primé d’avoir changé les interrogations pour privilégier les pratiques, laissant de coté les questions « philosophiques » qui génèrent embarras et stress pour chercher la « bonne » réponse.

Si la pratique professionnelle du journalisme m’a permis d’être suffisamment à l’aise dans la gestion des questions, et dans une certaine mesure de contrebalancer les faux-pas méthodologiques grâce à l’usage des échos et des déclarations modales desquelles je demande souvent la confirmation, elle ne m’a en revanche pas mise à l’abri d’un usage excessif des interrogations modales par rapport aux interrogations référentielles, qui auraient permis une compréhension plus profonde des propos et des pratiques de mon interlocuteur. Autrement dit, le manque d’expérience par rapport aux exigences requises par l’entretien sociologique, ne m’a pas permis de traiter correctement en temps réel l’information qui m’était donné par mon interlocuteur : l’impression finale est qu’il m’aie reporté le code du bon journaliste appris à l’école, mais en avoir eu l’intuition ne m’a pas pour autant poussé à faire de relances appropriées sur le tas. J’ai rempli les cases de ma grille d’entretien, mais je n’ai pas su creuser plus au fond sa pensée.

Par ailleurs, l’entretien a été fluide grâce à un interviewé bienveillant et ouvert au dialogue. Si je suis à la fois étudiante et apprentie sociologue, je détiens par ailleurs une maîtrise de philosophie et je suis journaliste de profession, des acquis académiques et professionnels qui se combinent avec mon statut d’étrangère, quoique communautaire, qui maîtrise assez bien la langue et la culture française, et qui se combinent aussi à mes origines modestes liées à un petit village de campagne du département de Padoue, au Nord-Est de l’Italie : pour le dire comme Chamboredon et alii, je me trouve à être « multipositionnelle »3, mais lors de l’entretien je n’ai pas été contrainte à faire valoir telle ou telle autre facette de mon identité.

 

Analyse sociologique

L’objectif de ma recherche est d’enquêter le rapport entre les journalistes et la vérité : cela passe par une compréhension des étapes de la formation au journalisme, de l’accès à la profession et de la déontologie professionnelle, ainsi que par une analyse des pratiques réelles dans leur contexte productif et économique. D’où la place que j’ai donnée à la formation professionnelle et à l’accès à la profession lors de l’entretien.

Étant données les limites de cet entretien déjà exposées dans le contexte et dans la critique méthodologique, il s’avère aussi que, analysant l’entretien en lui-même, il ne me semble pas possible de déduire des interprétations générales au sujet du rapport entre journalistes et vérité, ni il est pour moi possible de le mettre en perspective, à travers une analyse thématique, avec d’autres entretiens réalisés par la suite, faute d’avoir changé la grille d’entretien.

En revanche, cet entretien me dit quelque chose sur le lien directe entre la formation suivie et le modèle du journalisme qui est mis en valeur. Prenant au sérieux la mise en scène de l’acteur, autrement dit ce qu’il veut qu’on sache de lui, la correspondance entre le modèle professionnel promu par l’école et par la déontologie et les croyances confiées au sociologue saute aux yeux, ainsi que le rapport entre la théorie et la pratique exposé dans les écoles et l’idée qu’une excessive réflexion sur le métier n’est pas de mise pour un journaliste.

Mon interlocuteur est officiellement rentré dans la profession depuis juin 2010, mais il rêve d’être journaliste depuis le collège. Toute sa formation universitaire n’a été entamé que dans le but d’intégrer une école de journalisme reconnue par la profession et même le choix de suivre un cursus l’histoire ne s’est fait que parce que « c’était un bon socle pour continuer sur du journalisme » et que « de toute façon, pour rentrer en master il faut une licence ». Il souligne à plusieurs reprises que être sorti d’une école de journalisme donne un accès plus rapide aux « privilèges » de la professions et que tout ce qu’il a appris « d’utile » pour faire le journaliste, il l’a appris au master du CELSA. Son parcours « vocationnel » peut expliquer en partie la fascination et l’adhésion pour une profession dont il arrive à relativiser certains défauts.

Comme mon interviewé le rappelle à différents moment de l’entretien, les écoles de journalisme telles que le CELSA sont principalement orientées à la pratique professionnelle, sans laisser une vraie place curriculaire à la réflexion sur les pratiques-mêmes. Cohérentes à ce critère, les écoles choisissent la plupart des enseignants en fonction de leurs parcours et de leurs réussite professionnelles4 :

 « Je pense qu’on a plus de pratique, quand même, que de théorie, parce que c’est un master Pro, c’est un master qui est sensé nous insérer dans la vie professionnelle en tant que journalistes et de toute façon nos enseignants sont en grande majorité des professionnels et non pas des maîtres de conférence ou, voilà, des intervenants universitaires. Il y en a, mais il y en a moins »

D’accord. De toute façon, pour le coté universitaire, c’est plus droit, économie…
« C’est ça. Mais le droit, par exemple, c’est un avocat du barreau de Paris qui vient nous le faire et qui est spécialiste du droit de la presse, donc ce n’est pas un enseignant non plus. En histoire de la presse oui, c’est un maître de conférence du CELSA qui nous fait cours. Ehm.. en Relations internationales, en première année, on a eu une enseignante du CELSA qui nous a donné cours, en deuxième année on a eu Antoine Sfeir, qui est celui qui dirige Les Cahiers de l’Orient. Voilà, donc c’est pareil, c’est plutôt un professionnel que un universitaire. C’est généralement plutôt des professionnels.

[…]

Mais, les profs qui viennent là, les pros, eux aussi ils ont eu un parcours plutôt professionnel, ou ils ont fait des licences ou des maîtrises ou je ne sais pas quoi ?
« Je pense qu’ils ont eu un parcours plutôt professionnel. Que je sache, c’est en général des professionnels qui sont assez confirmés, du coup qui ont 15 ou 20 ans de métier, et du coup, moi je connais surtout leur parcours professionnel »

Et ils ne mettent pas en avant [leur parcours scolaire], de toute façon, même s’ils l’avait.. ce n’est jamais mit en avant
« Non, non non, ce qu’ils mettent en avant c’est qu’ils sont journalistes depuis 15 ans pour Libération, pour Radio France, pour Tf1… depuis 15 ans ou depuis 5 ans, peu importe la durée, mais c’est ça qu’ils mettent en avant, c’est leur expérience en tant que professionnels et leurs compétences en tant que professionnels. [pause] Et à aucun moment on nous a dit que tel prof a fait Normal, ou il a fait CFJ, ou il a fait le CELSA »

Le métier du journaliste n’inclut pas une réflexion sur le métier lui-même, ainsi que la possibilité d’un journalisme « idéal » ne fait pas vraiment de sens pour une pratique ancrée dans le concret. Comme les écoles le reproduisent en atmosphère contrôlée, aussi dans le travail réel le journaliste ne pense pas à des théories « idéales », sa préoccupation porte plutôt sur le « bon » journalisme, une pensé d’ordre morale encrée dans une société qui se trouve « sur le terrain » :

« Mon métier c’est d’être journaliste et pas tellement penser les médias, voilà.. moi je les vis, parfois je les subis les médias, médias en tant que médias de presse, j’ai peu de recul par rapport à leur activité, à notre activité, du coup, voilà… je vois ce que ça donne au quotidien, mais j’ai peu de recul pour te donner une analyse vraiment avec du recul et de la hauteur »

« Moi, il est claire que je le vois concrètement, le journalisme, parce que je suis journaliste, parce que je vais sur le terrain, parce que je rencontre des gens, mais ça ne m’empêche pas de penser à ce que c’est du bon journalisme, parce que j’en vois tous le jours du mauvais, j’en vois tous les jours de plutôt bon aussi. Après, le journalisme idéal, selon la formule que tu as employée… je ne pense pas au journalisme idéal, je ne pense même pas que ça existe vraiment.. et voilà, il y a des bonnes pratiques journalistiques et des mauvaises pratiques journalistiques, moi je le vois comme ça »

C’est quoi les bonnes ?
« Et les bonnes pratiques journalistiques pour moi c’est de, comme j’ai dit, pouvoir s’informer librement. Et librement veut dire… je ne pense pas forcement à des pressions politiques, quand je dis ça, moi, je ne pense pas à la pression politique ou économique de son patron, je pense aussi… librement dans le sens qu’on est pas obligé de suivre l’agenda, dans le sens où on est pas obligé de suivre les sujets à la mode. Voilà. Les bonne pratiques : quand je vois un sujet à la télé, à la radio, dans la presse, et je me dis que j’ai appris des choses. Et je fais confiance à la personne, je me dis que ce sont des choses vraies, hein ! Je ne parle pas de fiction, évidemment. Je me dis que j’ai appris des choses, donc là, je me dis que c’est du… déjà du… des choses qui en plus ont un intérêt pour moi. Voilà. Parce que moi, je pense que le bon journalisme ce n’est pas de répondre aux attentes des lecteurs, ce de répondre aux intérêts des lecteurs, et ça c’est une vision un peu idéale, un peu romantique du journalisme, mais bon… j’ai envie d’y croire »

L’idéal, où on en parle, est ramené à des attitudes concrètes, comme par exemple l’intérêt. Pas trop de surprise, alors, si le même déni de « prise de hauteur » se retrouve aussi dans le traitement d’un concept, celui de vérité, qui est centrale dans la pratique journalistique au niveau international5. Le mot est contourné comme un tabou, et a sa place on trouve une plus humble reconnaissance de l’usage de la raison :

Qu’est-ce que ça veut dire qu’il n’existe pas une vérité ?
« Parce que pour moi, là, on est au niveau des concepts, de réflexion et des concepts et que… et qu’en fait, moi, si j’ai la conviction que je préfère répondre aux intérêts des lecteurs plutôt qu’à leurs attentes, je ne prétends pas détenir la vérité, enfin. Peut-être que j’ai raison, peut-être que pas.. la question ne se pose même pas à ce niveau là, c’est que moi, j’estime que [le ton devient plus calme] c’est bien de le faire et il y en a d’autre qui se disent voilà, moi je vais plutôt répondre aux attentes de mes lecteurs, mes lecteurs ils attendent un sujet sur… sur la météo, parce que ça les concerne directement, parce que ce matin ils se sont levées et ils se sont pris de la neige sur la tête et que du coup, bah, ça les intéresse de savoir ce qui se passe sur les routes et c’est normal, parce que c’est le quotidien de tout le monde. [pause] Pourquoi pas, c’est pas critiquable si c’est bien fait, pourquoi pas, enfin, c’est… voilà, je pense que comme on est à un niveau d’un concept [pause] voilà, on essaie de définir une activité qui est quand même très large, le journalisme ça veut dire plein des choses… bah, ouai, moi je… il y a certainement pas de vérité, en tous cas moi j’en vois pas une, et j’estime encore moins la détenir, et alors j’ai ma vision, personnelle, [pause] et je pense quand même avoir un peu raison [rire] mais je suis super ouvert au dialogue. Et voilà »

Mais tu vois une différence entre détenir la vérité et avoir raison quoi !
« [Ton plus sérieux] Oui, oui, bien sur. Ça serais prétentieux dire de détenir la vérité. Avoir raison c’est prétentieux aussi mais.. un peu moins, je pense ! [rire] »

Bah, en quoi.. sans essayer d’être trop philosophique, ce n’est pas ça qui m’intéresse, mais c’est quoi la différence que tu vois entre les deux ?
« [pause] Bah, quand j’estime avoir raison il y a la possibilité que je me trompe, en fait, ou il y a la possibilité que des alternatives existent. Et que j’ai raison, mais dans une certaine mesure, que c’est vrai dans certains cas et pas dans d’autres. Si je détient la vérité, ça veut dire que j’estime que je ne veux pas avoir tort, quoi. Voilà. Alors que là, je pense que je peux complètement me planter. Puis en plus, bah voilà, j’ai 26 ans, je suis jeune, il y a simplement pleins des choses que je n’ai pas vu et plein d’autres à voir encore, mais ça m’empêche pas d’avoir mon avis sur la question ».

Toutefois, le raisonnement de mon interlocuteur s’avère cohérent avec la déontologie du journalisme française6, qui ne fait pas un appel direct au respect de la vérité comme il en est dans le droit international, mais méprise avec force le recours au mensonge et à la manipulation (« [un journaliste digne de ce nom] tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique ; tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des documents, la déformation des faits, le détournement d’images, le mensonge, la manipulation, la censure et l’autocensure, la non vérification des faits, pour les plus graves dérives professionnelles »). Mon interviewé adhère complètement à ce modèle, une adhésion qu’il exprime quant il stigmatise, par exemple, la tromperie :

« Par exemple, l’interview : je pense que c’est plus difficile de faire dire n’importe quoi à la personne en face [peu avant il avait parlé d’interviews filmées] que à l’écrit. Parce que le montage.. même si ça peut se faire, s’est vite grossier quoi. Et il y a plein de… fin, il y a plein.. il y a des affaires des grosses interviews qui ont été dévoilées : Patrick Poivre d’Arvor et Fidel Castro7 c’est peut-être la plus connue, mais il y en a d’autres, alors qu’on accuse rarement la presse papier d’avoir transformé une conférence de presse en interview, par exemple »

Tu veux dire par là que c’est un pratique courante, mais que on ne s’en soucie pas ?
« C’est une pratique que j’ai déjà vue, que j’ai déjà croisée. Et c’est pas qu’on ne s’en soucie.. ouai.. on ne s’en soucie pas trop, je pense. On ne s’en soucie pas trop parce que les lecteurs ne voient pas, ne savent pas, il ne savent même pas trop voir, à la limite, ils se font tromper et puis.. je ne sais pas [ton fatigué] les journalistes qui font ça, certainement, ça les arrange de présenter les choses plus sous la forme de l’interview que sous la forme de la conférence de presse, je ne sais pas »

La Charte d’éthique professionnelle des journalistes française pose aussi une différence essentielle et insurmontable entre les journalistes et les experts de la communication, comme le sont par exemple les attachés de presse (« [un journaliste digne de ce nom] Refuse et combat, comme contraire à son éthique professionnelle, toute confusion entre journalisme et communication »). Se distinguer de la communication c’est le minimum qu’un journaliste doit faire : c’est le souci plus grand de mon interlocuteur, qui voit dans la confusion entre journalisme et communication la tromperie la plus grande qui puisse être faite au public. C’est une tromperie parce que on cache au lecteur une partie de l’information et parce que cette démarche communicative impose au travail des journalistes une sorte de censure préventive :

« Là [dans la confusion entre journalisme et communication], je pense, on peut tromper les personnes à qui on écrit. Je peux donner un exemple concret pour illustrer mon propos : Europe1, c’est une radio que, voilà, qui a des journalistes sérieux, qui font souvent bien leur travail. Ils ne peuvent pas parler de tous ce que fait le groupe Lagardère. Et le groupe Lagardere en France c’est énorme, ça veut dire plein d’activités. Ou alors quand ils en parlent c’est pour communiquer dessus, ce n’est pas pour informer et du coup, là, ça m’embête vraiment, parce que au sein d’un même journal on va entendre de l’information, des reportages de ce qui se passe en Tunisie, de l’actualité économique et tout ça, et on va donner par exemple les résultats, positifs, de telle activité de tel groupe, enfin, du groupe Lagardere Active. Mais on ne va pas dire : attention, Europe1 fait partie du groupe Lagardere. Voilà, on ne va pas dire ça, alors que si les résultats étaient mauvais, je sais très bien qu’ils ne le diront pas, parce qu’ils sont dans une démarche de communication à partir du groupe Lagardère. Alors là, ça me gène, parce que j’ai l’impression qu’on trompe l’auditeur, le lecteur, le téléspectateur »

La logique commerciale « n’a pas lieu d’être » dans un journal, dit-il. S’éloigner de la communication veut dire aussi, alors, prendre du recul par rapport à cet autre grand démon du journalisme qui sont les intérêts commerciaux internes aux entreprises de presse. En même temps, toutefois, il reconnaît que, par sa nature, le journalisme ne peut être vraiment indépendant des intérêts commerciaux :

« Éthique des journalistes… comme je t’ai dis moi je suis, ehm… ça ne tiens que à moi hein ?, mais l’objectivité des journalistes j’y crois que moyennement. En revanche, pour moi il y a quelque chose qui est essentielle à l’éthique des journalistes et qui est l’honnêteté. Je préfère qu’un journaliste se vende d’être honnête plutôt que objectif, parce que objectif, j’y croirais pas, pas vraiment. Voilà. Et je crois qu’il faut être honnête, retranscrire ce qu’on a vu, ce qu’on a entendu, ce qu’on a pu compter, ce qu’on a pu… tout ça. Et voilà, l’éthique des journalistes est pour moi liée aussi au fait d’être plus ou moins indépendant d’intérêt commerciaux. Alors, on ne l’ai jamais totalement à partir du moment où il y a des la publicité dans un journal, ou à partir du moment où on est subventionné. Voilà, moi, je ne me porte pas en héros [il marque le mot « héros »] aucun organisme de presse, public ou privé… j’admire, j’aime le travail de certains journalistes, mais pour moi ce ne sont pas des héros, c’est des gens qui font correctement leur travail. Voilà [pause] et donc, éthique des journalistes c’est pouvoir se défaire des différentes pressions, qu’elles soient personnelles, qu’elles soient institutionnelles, commerciales, à fin de pouvoir informer sur ce qu’on a vu, sur ce qu’on pense, sur ce dont on peut témoigner »

Avec peu d’écart critique, même par rapport à des compromis pratiques qui pourraient mettre un prix à l’éthique, mon interlocuteur raconte ce métier qu’il a entrepris par vocation et son adhésion au modèle appris dans une école de journalisme.

A l’effet performatif des guides d’orientation professionnelles, Juliette Rennes a dédié un chapitre de son livre Le mérite et la nature8, qui raconte de l’accès des femmes aux professions de prestige dans la IIIe République: dans le cas d’une profession à forte composante mythique telle que le journalisme, le relais du récit professionnel fait partie intégrante du développement d’un apprenti. Dans ce sens, l’adhésion cohérente à un parcours de formation et professionnel moulé, où est primée la pratique et laissée de coté la réflexion publique sur cette même pratique, dans un contexte qui pointe les contraintes productives comme un alibi en temps de crise économique, n’est peut-être pas si étonnant.

Quoi qu’il en soit, comme le soulignait Louis Quéré, nous ne pouvons pas « participer à tous les débats publics, ou à toutes les enquêtes sur tous les problèmes publics du moment. Or ce sont des aspects importants d’une société démocratique. Aussi sommes-nous obligés de nous en remettre à d’autres – à d’autres personnes, mais aussi à des institutions ou des organisations, pour effectuer ces contrôles, vérifications et participations en notre nom. Ceux-ci fonctionnent alors comme « dispositifs de confiance » : en réduisant l’incertitude sur les comportements des institutions et de leurs agents, et en dissolvant l’opacité de l’exercice des pouvoirs, ils créent les conditions d’une relative confiance dans les institutions sociales et politiques. Mais ces dispositifs de confiance ne jouent leur rôle que s’ils suscitent eux-mêmes la confiance, que si on leur accorde crédit. Et tel est le premier paradoxe de la confiance dans un régime démocratique. Il concerne en premier lieu les médias »9. Le souci démocratique et l’attention constante vers le citoyen, exprimés par mon interlocuteur lors de l’entretien, laissent entendre que le modèle professionnel promu par l’école essaie de contribuer à la permanence de ce dispositif de confiance, en dépit des complications induites par les processus de production des média, sans la nécessité de produire une définition de vérité et en dépit de quelque position éthique dont on ne saurait évaluer les conséquences publiques.

 

***

1 Texte présenté pour la validation du séminaire Formation à l’entretien, a.a. 2010-2011 (EHESS, M1 Sociologie, Mention Sociologie générale)

2 Formation à l’entretien, leçon du 26 juin 2011

3 H.Chamboredon, F.Pavis, M.Surdez, L.Willemez, S’imposer aux imposants, in Genèses, 16, juin 1994, p.116

4 Les extraits de l’entretien qui suivront ont été légèrement modifiés dans le seul but de permettre une lisibilité plus fluide.

5 Cf. par exemple le Code de principes de la Fédération internationale des journalistes: http://www.ifj.org/fr/pages/dontologie

6 Cf. la Charte d’éthique professionnelle des journalistes: http://www.snj.fr/spip.php?article1032

7 Patrick Poivre d’Arvor a toujours nié d’avoir dit que l’interview était réelle, il a affirmé plutôt que c’est la faute à un montage maladroit.

8 Cf. J. Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine, l’accès des femmes aux professions de prestige (1880-1940), Paris, Fayard, 2007

9 Cf. L. Quéré, « Les « dispositifs de confiance » dans l’espace public », Réseaux 4/2005 (no 132), p. 185-217.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.