L’inondation goutte à goutte. Les villes rurales de Casalserugo et Bovolenta (Italie) au Tg1 Rai de 20 heures suite à l’inondation du 2 novembre 2010

Entre le 31 octobre 2010 et le 2 novembre 2010, des importantes précipitations s’abattent sur l’Italie, causant alarmes dans toute la péninsule, des inondations conséquentes dans cinq régions (Ligurie, Toscane, Frioul-Vénétie julienne, Calabre et Vénétie), quelques morts tragiques et plusieurs dizaines de milliers d’évacués dans l’ensemble des territoires concernés.

Le mardi 2 novembre, les médias nationaux1 montrent en première page une photo représentant quelques unes des conséquences : pour Il Corriere della Sera ça sera Lavacchio, dans le département de Massa Carrara (Toscane), où un éboulement a submergé des maisons et les habitants avec, causant la mort d’une mère et son enfant2, tandis que pour La Repubblica ça sera l’image d’un train déraillé à Bordighera, dans le département de Imperia (Ligurie), toujours à cause d’un éboulement mais sans conséquences graves pour les passagers3. Pour ce qui est des doubles pages centrales, le choix est fait de donner une vision globale des dégâts et des risques hydro-géologiques le long de la péninsule. Ainsi les images essaient de représenter le caractère national des inondations et les deux journaux choisissent des clichés pris dans les villes de Bordighera, Milano, Vicenza, Verona pour le nord de l’Italie, Massa Carrara et Rome pour le centre, Messina pour le sud.

Le journal télévisé de la première chaîne publique nationale, le Tg1 Rai de 20 heures du 2 novembre 2010, propose la nouvelle de « L’Italie noyée » comme quatrième titre d’ouverture après la politique : sur des images aériennes de Caldogno (département de Vicenza, Vénétie, Nord-Est de l’Italie) le présentateur cite le sud, en particulier la Calabre, l’homme disparu dans le département de Vicenza, l’enquête ouverte pour homicide involontaire à Massa Carrara. Les reportages sur le sujet commencent à la minute 8”28 : le présentateur annonce que le mauvais temps se déplace au sud laissant dégâts et victimes au centre-nord, la parole est passée à l’envoyé à Vicenza, qui parle début et en premier plan des dégâts dans la ville et du retraité porté disparu. Suit le reportage dédié à Vicenza d’une deuxième journaliste : aux images du centre ville sous l’eau, suivent celles des pompiers au milieu des rues dans un canot pneumatique, et l’interview au chef de la Protection civile, Guido Bertolaso, qui pointe un manque de prévention. À la fin du reportage les prévisions météo sur des images du sud de l’Italie sous l’eau, annoncent précipitations au sud et du soleil au nord.

C’est pendant la nuit entre le mardi 2 et le mercredi 3 novembre 2010 que les conséquences de la pluie incessante et extraordinaire éclatent aussi à Casalserugo et Bovolenta, deux villes rurales se trouvant une dizaine de kilomètres au sud de Padoue : une masse d’eau qui sera encore là au bout d’une semaine, et qui dans certaines maisons a atteint les deux mètres de hauteur, a réveillé vers 4 heures les habitants évacués par la suite en nombre de quatre-cent (sur les deux-mille estimé dans l’ensemble des campagnes autour de Padoue), mais il faudra attendre pour que cette information rejoigne les média nationaux : c’est le 5 novembre quand le Tg1 de 20 heures cite pour la première fois ces villes. En revanche, le 6 novembre le Tg1 dédiera un reportage à la seule Bovolenta et le 7 novembre sera le tour de Casalserugo ; il faudra attendre le 8 novembre pour que les images de Bovolenta soient publiées, avec mention précise du lieu, aussi dans les pages nationales de Il Corriere della Sera.

Que s’est-il passé, entre-temps ? Ce cas de la mise en visibilité d’une inondation survenue dans une zone « périphérique » de l’Italie, peut être analysé sous les trois angles de l’activité des journalistes, de l’activité des sources d’information et du développement d’espaces contre-médiatiques. Suivant l’idée que la visibilité d’un événement est un processus social qui provoque la modification de la disposition d’autrui à voir4, suivre pas à pas les événements des premiers jours de novembre 2010 peut rendre intelligible la progressive montée en visibilité des zones inondées au sud de Padoue. Revenons donc au récit médiatique des inondations.

Le Tg1 Rai du mercredi 3 novembre ne dédie aucun titre aux conséquences des inondations des jours précédents, ni aux nouvelles inondations dues au débordement du fleuve Bacchiglione autour de Padoue survenu dans la nuit. À la minute 10”30 une série de deux reportages commence : le premier parle des alentours de Vicenza, de l’eau qui se retire, propose une interview à un volontaire de la Protection civile qui pointe le manque de prévention et la réponse d’un homme, dont le statut n’est pas précisé, qui minimise les cause structurelles et met plutôt l’accent sur les pluies exceptionnelles, le ruissellement de la neige fondue, la présence des ragondins le long des berges. Le reportage qui suit fait le point sur les éboulements et les morts à Massa Carrara (Toscane), une des images montre une maison en train de s’écrouler, le texte est sur le registre de la tragédie, le ton grave faisant des pauses, sur les images des dégâts le journaliste parle des pertes, retrace le contexte autour des morts, annonce l’enquête pour homicide involontaire. Les prévisions météo suivent et font d’ouverture pour les images de la Calabre : le journaliste parle d’eau et de boue partout, couvrant tout, des pompes de drainage insuffisantes, de la « fureur » de la pluie, les images montrent les gens en bottes de pécheur qui déblaient la boue essayant de récupérer ce qu’ils peuvent. Pour ce troisième reportage le journaliste rentre dans les maisons, dit de l’eau qui a tout détruit, montre les gens qui marchent dans cinquante centimètres d’eau.

De ces reportages traitant du nord et du sud, rigoureusement séparés, je surligne les deux registres du récit : le premier plus distancié, parlant d’un événement désormais au dos et cherchant des responsables, les deuxièmes traitant du sud sur un ton plus dramatique, montrant les gens et leur biens en dehors des maisons au milieu de la boue.

Pour ce qui est de Il Corriere della Sera et La Repubblica, le mercredi 3 novembre ils auront publié vers la fin des chroniques, autour des vingtièmes pages, un récapitulatif de l’état des lieux notamment à Vicenza, en Toscane et en Calabre, sans citer Padoue. Le débordement du fleuve Bacchiglione a eu lieu vers 4 heures du matin : s’il est fort improbable qu’un blocage des rotatives aurait pu être envisagé la nuit même du 3 novembre, en conséquences des coûts et des problèmes logistiques de distributions qui en seraient suivis, les journaux ne diront pas plus sur les dégâts, ce lac d’eau visuellement impressionnant qui persiste et les évacués le lendemain, jeudi 4 novembre : des articles seront dédiés, en revanche, aux déclarations politiques de l’ancien président de la Région Vénétie, Giancarlo Galan, en réponse au chef de la Protection civile, Guido Bertolaso, et à celles du président de la région actuellement en charge, Luca Zaia.

Le 4 novembre 2010 un éditorialiste de La Repubblica, originaire de Vicenza et qui est aussi sociologue et politologue, publie une analyse de la médiatisation des événements dans son espace sur le site web du quotidien, une sorte de blog personnel :

« C’est peut-être parce que Vicenza, le Nord-Est, ce sont de terres lointaines. Loin de Rome, mais aussi de Turin et de Milan. Ce sont des périphéries pour Rome et pour la Padania5. Et puis, rien à voir avec les déchets de Naples ! Ainsi, les cris sont peu entendus. Des échos lointains. Et quelque reprise. Quelques images. Perdue parmi les photos de Ruby, les aventures érotiques et les blagues obscènes de Berlusconi, les polémiques de l’opposition, les enquêtes infinies depuis Avetrana. L’inondation de Vicenza. Le jour où ça se passe, un reportage en page vingt des quotidiens et une nouvelle à la minute dix du JT. Après, ça disparaît. Au fond, il s’agit d’une tragédie moindre qui se passe dans un département moindre. Ça ne mérite pas une enquête. Au mieux une chronique. Moindre »6

Comment se fait-il qu’on n’en aie pas parlé au Tg1 de 20 heures, alors qu’il s’agissait d’une actualité chaude, que ces nouveaux événements étaient médiatiques, newsworthy (nouveaux, conséquents dans leur gravité pour les habitants et l’économie, aptes à la mise en images), alors que la Rai aurait eu le temps et les moyens pour atteindre les lieux via la rédaction régionale de la troisième chaîne, qui siège à une heure de voiture ? Pour répondre à ces premières questions c’est l’angle de l’activité des journalistes qu’il serait bien d’enquêter : accéder aux discussions internes des rédactions nationales, par exemple à travers des entretiens avec les journalistes7, ainsi qu’au matériel en leur possession (dépêches d’agence, journaux locaux, communiqués de presse). La non-médiatisation au niveau national est-elle conséquente à une caractéristique de l’information italienne pointé par Carlo Sorrentino8, à savoir le mouvement de l’information du niveau national au local et non pas l’inverse ? Est-elle due à une économie organisationnelle ? À un choix politique ?

 

Les premières images des campagnes et des villes rurales inondées au sud de Padoue ont été montrées au Tg1 de 20 heures du 4 novembre, mais sans préciser les noms des lieux et indirectement : en fait, le sujet du reportage n’était pas les conséquences de l’inondation ou les conditions des évacuées, mais l’intervention des forces armées, le 4 novembre étant la journée qui leur est dédiée. Le reportage a été ainsi centré notamment sur les interventions avec l’hélicoptère, images spectaculaires de l’aide fondamentale apportée par les forces armées dans les campagnes inondées. En clôture de reportage un des cadres militaires sur place déclare qu’il n’y a rien de mieux que de fêter les forces armées aidant la population dans le besoin.

Ce reportage autour de la journée des forces armées montre la complexité des logiques de mise en visibilité médiatique d’un événement et surligne l’importance, pour évaluer ce processus, de prendre en compte aussi les stratégies des sources. Dans ce sens, pour retracer le chemin qui a rendu possible la visibilité des images de l’inondation qui a frappé les localités mineures de la Vénétie, et aller plus loin dans l’analyse, il serait bien d’identifier les liens entre les acteurs institutionnels (par exemple la Région Vénétie, la Protection civile, l’armée, les administrations locales) et les journalistes, d’établir un corpus comprenant les communiqués de presse envoyés et suivre leur « carrière » au sein des rédactions, ainsi qu’évaluer l’impact des lettres ou courriels électroniques envoyés par les habitants aux administrations ou aux organes de presse nationaux.

Les actions éventuellement menées par les habitants, néanmoins, pourraient être enquêtées aussi sous le troisième des angles possibles pour analyser le processus de mise en visibilité d’un événement, celui du développement d’espaces contre-médiatiques.

Pour parler dans le langage de la sociologie des mobilisations9, qu’est-ce qui a fait que le trouble initial soit devenu une revendication portée sur l’arène publique ? Qui ont été les « entrepreneurs de cause », les porteurs de revendications ? Peut-on parler d’une forme de mobilisation collective ?

Le 4 novembre 2010 un groupe a été créé sur Facebook, sous le nom de « Alluvione Veneto 2010 – Flood Veneto 2010 (Italy) »10, pour « témoigner et faire connaître les réelles conditions de la Vénétie. Merci ». Leur mission, telle que présentée sur Facebook, est expliquée ainsi par les administrateurs du groupe :

« Faire connaître les problèmes que la Vénétie rencontre à cause de l’inondation. Ce groupe naît le 4/11/2010, son but est de donner une réponse concrète d’aide et solidarité aux Vénitiens intéressés par l’inondation. Même si le premier objectif de ce groupe, comme c’est pour d’autres, était celui d’ôter le couvercle d’une sorte de silence médiatique qui nous enveloppait, nous faisant sentir comme complètement abandonnés, et oubliés. Alors merci à tous ceux qui ont rendu possible cette mission, et à tous les internautes qui l’ont partagées »

L’objectif premier, donc, est celui d’« ôter le couvercle d’une sorte de silence médiatique » qui les « enveloppait », et ce besoin serait partagé avec « d’autres ».

Le lendemain, vendredi 5 novembre 2010, le Tg1 de 20 heures montre des interviews des locaux se plaignant « d’avoir été abandonnés ». Toujours le 5 novembre je reçois un mail ayant pour objet « la situation de Casalserugo », il m’est envoyé par une connaissance11 qui y habite et il s’ouvre ainsi : « ce que les JT ne disent pas ou minimisent ». En pièce jointe de ce mail quarante-une photos qui montrent l’état de cette ville rurale de six-mille habitants qui, se trouvant avec la voisine Bovolenta (environ trois-mille habitants) entre six et huit mètres sous le niveau de la mer, a particulièrement ressenti le débordement du fleuve Bacchiglione qui traverse Padoue.

« Ce que les JT ne disent pas ou minimisent comme ”des inconvénients aussi à Casalserugo”….. les photos sont prises depuis le premier étage de ma maison…. les dernières montrent Bovolenta…. chez moi, Dieu merci, l’eau n’est pas rentrée, elle s’est arrêtée au jardin… mais sur la route devant la maison comme montre la photo l’eau était à un mètre de hauteur et il y avait une telle pression qu’aujourd’hui que le niveau est descendu, on s’est retrouvé avec le portail complètement érodé… l’eau avec sa pression et sa violence a importé les cailloux et la terre… mais de ceci les JT ne se sont pas occupés… et ne parlons pas des toutes les maisons couvertes d’eau et de boue et de tous les gens évacués qui depuis mardi dorment et vivent dans un gymnase avec seulement un lit de camp et leur pyjama… car elles ont étés réveillées à 4 heures du matin !! Voici l’information, merci le télé !!!! » [mail envoyé par une habitante de Casalserugo le 5 novembre 2010 à 22h]

« Les télévisions nationales, avec leurs journalistes, ont du mal à rejoindre les lieux atteints. Et ce n’est pas pour des raisons logistiques. Rete Veneta, Antenna 3, Telenuovo, Telepadova, TVA, Triveneta12 et beaucoup d’autres acteurs locaux sont sur place depuis des jours, Il Mattino di Padova a transformé les premières pages de son quotidien en une vitrine virtuelle, où les mairies peuvent demander denrées alimentaires et pompes de drainage. Dans les journaux télévisées nationaux peu d’espace, et tard, à l’inondation de Vénétie » [post de blog, 7 novembre 2010]13

 

Les photos, vidéos, reportages des médias locaux – qui ont abondamment couvert l’événement depuis le début offrant suivi en temps réel, analyses et enquêtes – ne leur suffisait pas, c’était le JT de 20 heures qui était visé, c’était à la nation entière et en première soirée que devait être montrée l’inondation de Casalserugo et Bovolenta, et pas que celle-ci. En outre, c’était un registre du récit précis qui était demandé, pas seulement des vagues citations mêlées dans d’autres sujets, ou confondues aux déclarations politiques.

Suivant ces pistes repérables sur internet, il semblerait possible d’esquisser un mouvement local présent dans toutes les villes « mineures » touchées par l’inondation, d’où l’intérêt d’accéder aux archives des publications locales pour les confronter aux revendications des « espaces contre-médiatiques ». Mais dans le web, ce sont aussi des camps opposées qui commencent à s’affronter : à coté des groupes en soutien des évacués de Vénétie14, sur Facebook d’autres sont nés qui se réjouissent de la situation15 et, dans les commentaires aux articles en ligne dans les médias locaux, il n’est pas rare de trouver des commentaires allant dans le même sens. C’est pourquoi, pour trouver des clés supplémentaires pour l’analyse, il me semble important de faire un détour par le climat politique national.

Depuis l’été 2010 une crise traverse le parti au gouvernement, Il popolo della Libertà : les divisions entre les deux fondateurs, Silvio Berlusconi et Gianfranco Fini, s’exacerbent jusqu’à la sortie de Fini du parti et à la naissance d’un nouveau groupe parlementaire, Futuro e Libertà per l’Italia qui, s’alliant à d’autres partis de centre, met en sérieux péril la stabilité du gouvernement. Cette crise est liée, entre autre, à l’affaire des fêtes érotiques qui se dérouleraient dans les résidences privées et institutionnelles de Silvio Berlusconi, président du Conseil des ministres, dans lesquelles seraient impliquées aussi des mineures (dont la marocaine appelés Ruby est devenue la synthèse dans le discours public) et dont les pages de quotidiens de novembre sont aussi riches. Les mois entre octobre et décembre 2010 sont fortement marqués par ces tensions politiques et les attentions des analystes politiques sont alors portées sur la Lega Nord, parti qui depuis sa naissance souffle sur les divisions entre le nord et le sud du pays et les envies de sécession : la Lega Nord est désormais le parti garant de la stabilité du gouvernement Berlusconi en échange de la réforme fédérale de l’Italie. Au moment de la crise la Lega compte trois ministres dans le gouvernement, le ministre de l’Intérieur (Roberto Maroni), le ministre pour la Simplification normative (Roberto Calderoli), le ministre pour la Réforme fédérale (Umberto Bossi, le leader fondateur de la Lega Nord). Jusqu’à avril 2010, un autre représentant de la Lega, Luca Zaia, était ministre de l’Agriculture avant qu’il ne laisse la charge pour assumer celle de président de la Région Vénétie, suite aux élections administratives régionales de fin mars 2010, qui l’ont vu prendre le relais sur Giancarlo Galan, leader du Popolo della Libertà en Vénétie depuis la naissance du parti en 1994 et président de la région pour trois mandats consécutifs entre 1995 et 2010.

Les positions de force de la Lega par rapport au gouvernement, et la présence à la tête de la région Vénétie d’un représentant du parti, ont-il dicté le registre du récit des inondations ?

Il y avait, aussi, d’autres news qui partageaient avec les conséquences des inondations l’espace de deuxième rang en première page et les chroniques internes des journaux : les déchets de Naples, la retraite du chef de la Protection civile, l’écroulement de la Caserne des gladiateurs dans le site archéologique de Pompei, un des sites symbole du patrimoine culturel du pays que le président en charge de la Région Vénétie a appelé « quatre cailloux » dans la querelle liée à l’envoi d’aides d’urgence pour les dégâts des inondations. Si la situation politique demeurait donc à la une, avec l’usage d’expressions qu’il serait par ailleurs aussi intéressant d’approfondir16, la contingence d’autres événements contemporains aux inondations a rendu possible intégrer aux discours des éléments à fort impact rhétorique.

C’est donc ainsi que le discours se structure au fil des jours, autour de deux camps opposés qui exacerbent les différences et les demandes du nord et du sud de l’Italie. Le 4 novembre La Repubblica publie une intervention de l’ancien président de la région Vénétie, Giancarlo Galan, qui demande à ce qu’il soit évité de confondre la Vénétie avec d’autres régions, ajoutant que des investissement avaient été faits pour l’aménagement du territoire17, il répond ainsi aux accusations de manque de prévention faites par la Protection civile le jour précèdent. Les autres déclarations du Président en charge, Luca Zaia, comptabilisent les dégâts et pressent parce que le Gouvernement réponde dans les plus brefs délais, des entrepreneurs vénitiens appellent à la « grève fiscale », menaçant de ne pas payer les impôts si des aides ne sont pas envoyées tout de suite. Mais ce n’est peut-être pas ce à quoi s’attendent les citoyens demandant à ne pas « être oubliés » :

« L’inimaginable, d’ailleurs, demeure obscure pour la plus part des italiens qui habitent loin. Car les journaux ”nationaux” en on peu parlé – à la page 20 des chroniques. Car les télévisions ”nationales” ont regardé la catastrophe avec une certaine stupéfaction. Mais sans rendre compte de l’effective intensité dramatique des événements » [Ilvo Diamanti, 4 novembre 2010]18

Sans rendre compte de l’intensité dramatique des événements, donc. Une intensité qui a été mise en valeur, au contraire, par les journalistes qui pour le Tg1 de 20 heures se sont occupées des inondations dans la région de Campane : depuis le début, le 2 novembre, leur récits des inondations au sud ont montré la boue dans les maisons, les gens qui nettoient, ont raconté la « souffrance », la « dévastation », les « victimes ». Les reportages différenciés et les déclarations politiques autour du nord et du sud ont ainsi reproduit, en les renforçant, les stéréotypes les plus recourant qui caractérisent les discours autours de l’Italie : le nord-est, et notamment la Vénétie, qui ne penserait qu’aux sous se vantant constamment des capacités de sa population de « se faire toute seule », opposé au sud qui ne ferait que se plaindre des drames inéluctables dont il est constamment victime. À partir de ce petit corpus de matériels récoltés, il me semble possible d’affirmer que c’est du récit de leur souffrance, de la mise en image publique des leur propre drame, que les gens de Vénétie se sont sentis privés. C’est dans ce sens que à mon avis il faut comprendre la description d’un des administrateur du groupe Facebook « Alluvione Veneto 2010 – Flood Veneto 2010 (Italy) », écrite pour l’album photo publié le 6 novembre 2010 :

« Toutes ces photos sont tirées de Il Gazzettino, et ont étés publiées entre le premier et le 9 novembre 2010. Pour beaucoup d’entre elles je n’ai pas signalé le lieu, c’est mon choix, dictée par la nécessitée de montrer la souffrance des Gens de Vénétie, sans références géographiques ou commentaires, qui seraient inutiles, les images disent déjà tout… la couleur non plus n’est pas nécessaire »19

Parce que les photos modifiées et publiées dans le groupe sont tirées de la version web d’un des quotidiens locaux les plus lus, Il Gazzettino, cet extrait n’en dit pas moins du rapport entre les médias et les autres moyens qui existent pour rendre un événement public : peut-on parler d’espaces nettement contre-médiatiques, ou Facebook et les blogs n’ont fait que traduire et relayer photos et analyses de la presse locale ? Ce qui revient à la question posée à l’ouverture de la dernière séance du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’internet, le 28 février 2011 à l’EHESS20 : Internet a-t-il un rôle suborné ou non par rapport aux autres médias ?

Pour comprendre s’il serait pertinent de parler d’espaces contre-médiatiques, réaliser des entretiens avec des acteurs de la population locale seraient importants, mais non moins nécessaire une analyse croisée des contenus présents dans le web, à la fois sur les réseaux sociaux et sur les sites des médias locaux : le trouble est-il surgit du « bas », en regardant le JT national, ou bien est-il venu du « haut », lisant les commentaires et les analyses de la presse « traditionnelle » ? La population locale, comment s’est-elle organisée ? Comment s’est-elle emparées de réseaux sociaux, des blogs ? Peut-on dire, pour emprunter l’expression au langage de Charles Tilly21, que la population a étendu ses « répertoires d’action » collective ?

Pour la population privée d’une visibilité immédiate, dans les jours suivants la médiatisation manquée, le travail devient celui de donner une allure épique au dépassement de la catastrophe : l’album photo proposé par le groupe Facebook cité en est un premier exemple, mais ce besoin s’est concrétisée aussi dans l’édition d’œuvres plus traditionnelles récoltant les photos et les déclarations des administrateurs locaux. « La grande alluvione – Novembre 2010 », achevé le 12 novembre 2010, imprimé et diffusé comme supplément à Il Giornale di Vicenza, est une opération qui renvoie, parmi d’autres et d’autres discours publics, à l’inondation du 1966 et encore une fois à une « manque de visibilité », résumé dans les mots du directeur de Il Giornale di Vicenza, qui ouvrent cet album photographique commémoratif : « Quarante-quatre ans sont passés depuis la terrible inondation du 1966. De ce drame ne restent que peu des photos en blanc et noir, et le temps en a estompé la mémoire. Un erreur que nous ne devons pas répéter ».

L’inondation du 1966, dans la mémoire nationale, renvoie quasi exclusivement à Florence et à ses « anges de la boue », les Angeli del fango, jeunes venus de toute l’Italie et depuis l’étranger pour sauver les œuvres d’art couvertes de boue suite à l’inondation de la ville du 4 novembre 1966. Une connexion plus explicite entre les deux événements sera faite par l’article de La Repubblica du 12 novembre 2010 au sujet de la visite du président de la République Giorgio Napolitano dans les zones inondées et titré « Napolitano aux anges de la boue / « Vous êtes l’Italie dans laquelle espérer »22.

Ce rapprochement entre deux événements qui dans le passé avaient été séparés, comme pour les inondations de 2010 ont été séparés les récits du nord et du sud, ne me semble pas moins la tentative de dépasser une sorte de complexe de l’ « éloignement » qui caractériserait les italiens du nord-est du pays : rapprocher dans un seul registre du récit d’abord, pour rapprocher dans un seul récit tout court en suite.

Amorcer un projet d’analyse du processus de mise en visibilité d’un événement ponctuel s’étant déroulé dans un territoire très circonscrit comme les deux villes rurales de Bovolenta et Casalserugo, dans la campagne de Padoue, désignée comme zone « périphérique » par les acteurs nationaux et locaux, nous a obligé à rappeler le fond duquel l’événement de l’inondation de ces deux villes s’est progressivement détaché.

Pour utiliser une métaphore chimique, c’est dans un milieu basique ou acide qu’un processus se déclenche enchaînant des réactions, c’est pourquoi je pointe l’importance de surligner les propriétés du milieu pour pouvoir aboutir à une analyse qui ne soient pas une simple description, tout en reconnaissant, par la suite, que rendre compte des trois angles de l’activité des journalistes, de l’activité des sources d’information et du développement d’espaces contre-médiatiques est la façon plus complète pour comprendre un processus social tel que la mise en visibilité médiatique. Une façon aussi d’éviter le média-centrisme, qui emmènerait à voir les médias comme seules et uniques catalyseurs de toutes analyses.

 

Texte présenté pour la validation du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet, a.a. 2010-2011 (EHESS, M1 Sociologie, Mention Sociologie générale)

Bibliographie et séances de séminaire citées

Cefaï Daniel, Trom Danny (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisation dans les arènes publiques, Éditions de l’EHESS, Paris, 2001

Granjon Fabien, « Les répertoires d’action télématiques du néo-militantisme », Le Mouvement Social 3/2002 (no 200), pp. 11-32

Lemieux Cyril, « Rendre visible les dangers du nucléaire », in Bernard Lahire, Claude Rosental (dir.), La cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2008, pp. 131-159

Lemieux Cyril, Auray Nicolas, Beuscart Jean Samuel, « Auto-entrepreneuriat et entretien de la notoriété sur Internet », leçon du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet, Paris, EHESS, 28 février 2011

Lemieux Cyril, Lagneau Eric, « L’Agence France Presse face aux défis de l’Internet », leçon du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet, Paris, EHESS, 10 janvier 2011

Sorrentino Carlo, I Percorsi della notizia. La stampa quotidiana italiana tra politica e mercato, Baskerville, Bologna, 1995

Tilly Charles, La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986

 

***

1 Pour cette ébauche d’analyse j’ai consulté auprès de la bibliothèque civique nationale de Turin les quotidiens nationaux Il Corriere della Sera et La Repubblica depuis le 2 novembre 2010 et jusqu’au premier jour sans aucune mention de l’inondation (le 13 novembre pour La Repubblica et le 14 novembre pour Il Corriere della Sera), j’ai aussi visionné les éditions de 20 heures du journal télévisé de la première chaîne Rai, le Tg1, à partir du 2 novembre 2010 et jusqu’au 7 novembre 2010, deuxième jour dans lequel un reportage a été dédié exclusivement aux villes de Bovolenta et Casalserugo.

2 Le fait remonte à dimanche 31 octobre, environ à 23h

3 Les photos étaient disponibles sur internet le 1 novembre au moins depuis 16 heures, par exemple sur le site de Sanremonews.it [source :http://www.sanremonews.it/2010/11/01/leggi-notizia/argomenti/cronaca/articolo/bordighera-deragliato-il-torino-ventimiglia-5-feriti-tutte-le-foto-e-le-dichiarazioni.html]

4 Cf. Lemieux Cyril, « Rendre visible les dangers du nucléaire », in Bernard Lahire, Claude Rosental (dir.), La cognition au prisme des sciences sociales, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2008, pp. 132-133

5 « Padania » est le nom utilisé par le partie régionaliste guidé par Umberto Bossi, la Lega Nord, pour désigner les régions du nord de l’Italie, autour de la vallée du Pô, par opposition aux régions du sud du pays.

6 Ilvo Diamanti, « L’alluvione a Vicenza / Una tragedia minore », dans son espace « Bussole » sur le site Repubblica.it [source : http://www.repubblica.it/rubriche/bussole/2010/11/04/news/l_alluvione_a_vicenza_cronaca_di_una_tragedia_minore-8748755/]

7 Sans négliger de prendre en compte le processus de décision des sphères plus hautes, à savoir les directeurs, comme prôné dans la cinquième séance du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet (Lemieux Cyril, Lagneau Eric, « L’Agence France Presse face aux défis de l’Internet », leçon du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet, Paris, EHESS, 10 janvier 2011), à la fois dans le but de comprendre le discours en terme d’audience (angle économique) qu’en termes politiques, la RAI étant soumise au contrôle de la Commissione di vigilanza Rai (l’intitulé officiel, moins connu, est Commissione parlamentare per l’indirizzo generale e la vigilanza dei servizi radiotelevisivi) composée de quarante membres représentant le parlement, désignés par les présidents de l’Assemblée (Camera dei deputati) et du Sénat (Senato della Repubblica) parmi les représentants de tous les groupes parlementaires (Loi n. 103 du 14 avril 1975)

8 Cf. Sorrentino Carlo, I Percorsi della notizia. La stampa quotidiana italiana tra politica e mercato, Baskerville, Bologna, 1995

9 Cf. Cefaï Daniel, Trom Danny (dir.), Les formes de l’action collective. Mobilisation dans les arènes publiques, Éditions de l’EHESS, Paris, 2001

10 [Source : http://www.facebook.com/pages/Alluvione-Veneto-2010-Flood-Veneto-2010-Italy/126244557432585?sk=info]

11 Amie d’une ancienne camarade de lycée, étant moi-même originaire de Cartura, ville rurale de six-mille habitants voisine de Bovolenta et Casalserugo.

12 Chaînes télévisées d’information locale. Parmi les média locaux qui ont suivi l’événement depuis le début il est important de signaler ici Il Corriere del Veneto, antenne locale de Il Corriere della Sera, et Il Mattino di Padova, récemment acheté par le groupe L’Espresso (qui édite aussi La Repubblica)

13 source : http://barbaragreggio.blogspot.com/2010/11/alluvione-in-veneto-e-sussurro.html

14 source:http://www.lastampa.it/_web/cmstp/tmplrubriche/tecnologia/grubrica.asp?ID_blog=30&ID_articolo=8299&ID_sezione=38&sezione

15 Des traces d’un groupe Facebook contre la Vénétie et qui a été fermé par la suite se trouvent dans plusieurs posts de blog (Cf., par exemple : http://it.paperblog.com/veneto-alluvionato-veneto-fortunato-gruppo-facebook-offende-le-popolazioni-alluvionate-150273/ un autre groupe contre la Campane était encore visible en ligne le 9 mai 2011 (Cf. https://www.facebook.com/pages/Alluvione-in-Campania-la-rivincita-del-Veneto-Ora-Vesuvio-tocca-a-te/169339946427778 )

16 En ces jours Silvio Berlusconi, pour se défendre des accusations dont il fait objet, utilise le mot « boue », fango

17 « Vediamo di non scambiare il Veneto con altre zone d’Italia » (La Repubblica, 4 novembre 2010, p. 21)

18 Ilvo Diamanti, cit.

19 source: http://www.facebook.com/media/set/?set=a.126674774056230.19656.126244557432585

20 Lemieux Cyril, Auray Nicolas, Beuscart Jean Samuel, « Auto-entrepreneuriat et entretien de la notoriété sur Internet », leçon du séminaire Médias et contre-pouvoirs à l’heure d’Internet, Paris, EHESS, 28 février 2011

21 Cf. Tilly Charles, La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542, cité par Granjon Fabien, « Les répertoires d’action télématiques du néo-militantisme », Le Mouvement Social 3/2002 (no 200), p. 12

22 « Napolitano agli angeli del fango/ Siete l’Italia in cui sperare » (La Repubblica, 12 novembre 2010, p. 16)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.