La foule et le public. Interêt de la thèse de R. E. Park et résumé des parties I et II

Dans la cinquième partie du chapitre II de sa thèse (La foule et le public, 1904. Titre original: Masse und Publikum: Eine Methodologische und Soziologische Untersuchung), Park propose une distinction entre foule et public qui tire parti de conceptions – contre-imitation chez Tarde, opposition chez Baldwin, différenciation sociale chez Simmel – qu’il considère comme façons différentes de dire la même chose. L’étude de cette distinction entre foule et public se fait en ayant en toile de fond la différence – si subtile ou floue, c’est à comprendre – entre sociologie et psychologie sociale.
Dans le chapitre II, déjà très dense, on voit apparaître également la notion d’opinion publique, qui est entendue comme “comportement critique” et qui reposerait sur la notion de “fait”: un concept “nouveau”, dit Park, qu’il définit comme un “élément de la vérité concrète”.
Si on suit la trajectoire professionnelle de Robert E. Park, il semble justifié de considérer les réflexions qu’il enchaîne dans sa thèse comme un préalable pour comprendre la sociologie qu’il pratiquera à Chicago ensuite, et surtout pour comprendre mieux ses études successives dédiées au journalisme. Comme Park s’appuie sur une littérature qu’il donne comme évidente, il est donc important d’identifier correctement les différents plans de son discours et bien saisir les définitions qu’il donne ainsi que les usages qu’il fait des différentes notions citées.
Après quelque mot rapide sur son parcours, je tâcherai d’expliciter pourquoi s’intéresser à Park me paraît si important.1

Le parcours de Robert Ezra Park

Né en Pennsylvania en 1864, Robert Ezra Park a fait ses études supérieures à l’université du Michigan avec John Dewey. À la fin de ces études, il a travaillé comme journaliste dans plusieurs grandes villes américaines (Detroit, Denver, New York, Chicago, Minneapolis). En 1899 il retourne à l’université pour étudier la philosophie, et il le fait à Harvard avec William James. Suivra la parenthèse allemande: pour réaliser sa thèse, Park déménagera à Berlin avec toute la famille. Il suivra pendant une année les enseignements de Simmel, “ses uniques études formelles de sociologie”, dira-t-il dans la note biographique dictée à sa secrétaire et retrouvée après sa mort.

Or, il n’est pas rare de trouver des textes affirmant que son directeur de thèse a été Simmel, et il est probable qu’il ait véritablement commencé son travail avec Simmel, mais, officiellement, il discutera sa thèse sous la direction de Wilhelm Windelband à Heidelberg en 1903, après avoir quitté Berlin pour suivre, justement, Windelband, d’abord à Strasbourg et ensuite à Heidelberg.
Si on croit encore une fois à ces pages autobiographiques qu’il aurait dictées vers la fin de sa vie, s’il a décidé de suivre Windelband c’est grâce à la rencontre à Berlin avec un étudiant russe, Bogdan Fiodor Kistiakowski, auteur de “Logic of the social science”, un texte que Park définit comme “le premier texte qu’il ait croisé qui ait à faire avec le problème qui le concerne, et qui l’exprime dans les termes dans lesquels il a commencé à le penser”.

En 1903, il terminera de rédiger sa thèse, qui sera publiée en 1904, et il reviendra aux États-Unis. Après une première année comme professeur assistant à Harvard, il changera encore de chemin pour aller travailler comme attaché de presse avec le leader noir Booker T. Washington al Tuskegee Institut: ici, il travaillera pendant 10 ans sur les questions raciales dans les sud des États-Unis.
En 1914 il intégrera enfin l’université de Chicago et ici il travaillera comme sociologue. Parmi ses oeuvres majeures, il y a la “bible verte”, comme l’appelaient les étudiants de Chicago, écrite avec Ernest Watson Burgess: Introduction to the science of sociology, publiée en 1922. En 1925 il assure aussi la présidence de l’American Sociological Association. Il restera à Chicago jusqu’en 1933. Les dernières onze années de sa vie, il le passera à la Finsk University, dans le Tennessee.

Les recherches de Park peuvent être classées en trois grandes parties:
– ses études sur la presse
– ses études sur la race et la “culture” (conflits et changements)
– ses études sur “l’écologie humaine”, où il applique sa méthode d’enquête de terrain qui deviendra caractéristique de la sociologie faite à Chicago, suivant l’idée que le sociologue est, au fond, un super-reporter – dit-il toujours dans ses pages autobiographiques où il fait le bilan de sa vie de travail.

Pourquoi s’intéresser à la thèse de doctorat de Park?

La difficulté d’accès au contenu de la thèse que Park présenta en août 1903 à l’université de Heidelberg est sans doute en partie due au fait que Park la rédigea en allemand, langue qu’il ne maîtrisait pas entièrement. Une deuxième difficulté tient probablement à l’encadrement de sa thèse, dont il n’est pas très clair s’il a été double (Simmel et Windelband) ou pas.
Quoi qu’il en soit de la difficulté de lecture, pourquoi s’efforcer de comprendre ce texte qui, somme toute, pourrait sembler de peu d’importance pour les enquêtes successives qui feront le succès de Park à l’École de Chicago? (Par ailleurs, la première traduction anglaise n’arrive qu’en 1972, une traduction en italien est disponible depuis 1996, tandis que la traduction française dont nous disposons date de 2007).

Si je m’intéresse à Park c’est pour déceler, dans son travail, la part du journaliste qui demeure dans le sociologue. Son expérience journalistique a-t-elle travaillé, et non seulement orienté, ses réflexions sur la bonne façon de mener une enquête sociologique? Mais encore, pourquoi se poser cette question d’un point de vue de philosophie des sciences sociales qui flirte avec la philosophie politique? Comment Park fait-il, s’il la fait, de la politique à travers ses rôles de journaliste et de sociologue? À quoi tient son envie “de voir le monde”, de connaître la “nature des hommes”, à travers à la fois le journalisme et la sociologie? La réponse tient à un tout petit mot, encore dans ces lignes autobiographiques déjà citées. Ce mot n’est pas inclus dans la phrase de conclusion où pourtant il nous apprend que son ambition, au final, avait été celle de détecter la “Big News” – la tendance de longue haleine qui enregistre ce qui se passe vraiment, et non pas ce que, sur la surface des choses, on a simplement l’impression qui se passe – puisqu’encore faut-il comprendre à quoi bon détecter la Big News. Ce mot se trouve quelque paragraphes avant: pour lui, un reporter qui a à disposition les faits, est un réformateur plus efficace d’un éditorialiste qui prêcherait depuis son pupitre.

Si on m’accorde que la notion de Park de ce qu’un journaliste devrait faire et de ce qu’un sociologue devrait faire, ses notions de journalisme et sociologie, s’imbriquent constamment tout au long de sa vie de journaliste-sociologue, le défi est de les comprendre l’une dans l’autre (au passage, ça pourrait donner aussi un nouvel éclairage sur l’École de Chicago).
Dans cette thèse, qui ne parle pas vraiment de “news”, mais au mieux de “faits”, je cherche les fondements de ce qui construira son analyse du produit journalistique par excellence, la “news”, la “nouvelle”, justement, et qu’il défendra comme une “forme de connaissance” dans ses écrits ultérieurs.

Tâcher de saisir donc les bases de sa pensée sur la foule, le public, l’opinion publique et les faits, c’est accorder de l’importance aux bases qui précèdent les écrits qu’il consacrera à la presse. Sachant que la presse était devenue son problème, sa question de recherche, et pour cela il avait remis les pieds à l’université. Via la philosophie d’abord, avec William James notamment, il a voulu plonger – dit-il – dans la nature e la fonction de cette forme de connaissance que sont “les news”, il voulait trouver un point de vue – un point de vue au sens de la vision – un point de vue depuis lequel décrire le “behaviour”, le comportement, de la société, sous l’influence des news. Certes, il aura réintégré les études aussi pour des raisons économiques et de prestige, comme Suzie Guth ne tarde pas de souligner dans l’introduction à la traduction française et comme lui-même le laisse entendre, mais si nous accordons la possibilité d’existence aussi à de mobiles qui ne relèvent pas exclusivement de la rationalité économique, il s’avère important de comprendre sa Big News à lui, cette tendance de longue haleine qui permet à un individu qui choisit la voie du journalisme et de la sociologie d’être réformiste. Je m’efforce donc d’étudier Park non seulement, et non principalement, comme un sociologue dont il s’agirait de déceler l’épistémologie plus ou moins explicite, mais comme un “acteur” de son temps, qui s’inscrit dans le moment historique qu’il vit en tant que journaliste-sociologue et qui produit un savoir à visée politique.

On pourrait avoir l’impression, dans le résumé des parties I et II de sa thèse qui va suivre, qu’il ne s’agisse au fond que de faire de l’histoire des disciplines: il m’a paru important, en prenant ce risque, d’essayer de bien identifier, dans cette histoire des disciplines que Park nous livre, ce qui intéresse son propre mouvement de recherche. Ce qui oriente ces choix spécifiques.

“La foule” et “Le processus sociologique”: résumés des parties I et II de la thèse de Robert E. Park

La première partie de la thèse de Park est consacrée à la détermination du concept de foule. Nous y trouvons dès le départ une oscillation entre les termes “psychologie” et “sociologie”. La plupart du temps, la psychologie dont il parle est la psychologie “actuelle”, à savoir celle qui se développe au tournant du XXe siècle et qui se distingue de la psychologie individuelle. Même s’il ne demeure pas clair à mes yeux s’il fait un usage distinct de “psychologie sociale” et “psychologie collective”. Il faut savoir en tous cas, comme le rappelle S. Guth dans son introduction, que Park prépare sa thèse à un moment où le débat scientifique sur les méthodes bat son plein. Le discours du rectorat de Windelband, qui date de 1894 et dont le titre parle d’histoire et sciences de la nature – mais où il s’agit de philosophie et sciences de la nature – s’oppose à une division disciplinaire basée sur les objets d’étude pour en prôner une basée sur les méthodes. Windelband soutenait notamment que la philosophie devait engager un dialogue avec les sciences naturelles au lieu de s’approprier acritiquement de leurs méthodes – argument o combien d’actualité de nos jours aussi. Au passage, la thèse de Bogdan Fiodor Kistiakovski porte également sur le conflit des méthodes (Methodenstreit) dans les sciences sociales.

Pour revenir à Park, étant donnée la conception qu’il a de la science – celle-ci, pour pouvoir déterminer les faits, doit préalablement déterminer les termes qu’elle emploie, puisque les concepts devront être validés par le matériel factuel – la détermination du concept de foule est pour lui un préalable à toute psychologie des foules. Sauf que, d’après Park, le concept de foule n’est pas vraiment déterminé dans les différents courants qui s’occupent de la psychologie des foules et qu’il va passer en revue.

Il commence par les travaux de Scipio Sighele, qui l’intéressent en ce que ce juriste et criminologue italien a essayé de “réunir ces manifestations des épidémies sociales sous des concepts” (p.27), justement. Autre élément qui intéresse Park, Sighele conçoit la foule comme une unité, un agrégat, différent de la somme de ses parties, ce qui implique la possibilité d’une âme collective, que Park appelle aussi “esprit”. Ensuite, Sighele, conçoit le problème de la foule comme une question sociopsychologique. Enfin, dans son ouvrage “La delinquenza settaria”, Sighele opère un ultérieur déplacement qui intéresse Park: il utilise le terme “foule” comme une notion générique, la désignant comme la forme la plus ancienne et la plus générale des groupes humains. Forme, celle de la foule, qui peut progresser jusqu’à l’État.

Deuxième auteur qui s’est intéressé à la psychologie des foules, et qui en 1895 en a fait le titre de son ouvrage majeur, Gustave Le Bon ajoute à l’analyse, selon Park, l’idée d’une certaine dépendance mutuelle des individus en foule: l’interaction entre les éléments individuels est ainsi le “moment psychologique” (p.33) de la formation en foule. Park en tire que l’environnement psychologique est un “facteur pertinent” du concept de foule. Point ensuite non secondaire, Le Bon introduit la nécessité de l’existence d’un but déterminé.

Pasquale Rossi enfin – médecin, sociologue, socialiste, intéressé par le problème de l’éducation des masses – dernier auteur analysé par Park dans cette première partie, expliciterait plus que les autres que la foule est une forme typique de la société: pour Rossi, tel que résumé par Park, “les types de foule constituent, en une série ascendante, les différentes formes de la société” (pp.35-36).

Park revient enfin sur une des caractéristiques de la foule listées par Le Bon: la notion de suggestion. Ce qui l’intéresse dans cette notion, c’est encore une fois l’idée d’une influence mutuelle: “l’état de suggestibilité doit être considéré comme un phénomène collectif […] parce qu’il est conditionné par l’influence mutuelle des individus les uns sur les autres” (p.39). Ce sont donc les relations réciproques et dynamiques entre les parties de l’unité réelle qu’est la foule qui en constituent la “nature”: ces relations peuvent ainsi être l’objet d’une science explicative.

Le but de la psychologie des foules doit être donc celui de forger un nouveau concept de foule: “une conception où elle apparaîtra comme un être déterminé par les rapports nécessaires de ses parties constitutives” (p.41). Néanmoins, l’interaction seule ne permet pas d’identifier la nature de la foule, il faut ajouter, selon Park, la nature téléologique de l’unité (le processus concerne un seul et unique but).

Je note ici que pour Simmel, “si l’on veut donc qu’il y ait une science dont l’objet soit la société et rien d’autre, elle ne voudra pas étudier autre chose que ces actions réciproques, les modes et les formes de la socialisation” (cf. Le problème de la sociologie, 1894). Marc Sagnol, dans son article de 1987 sur la sociologie de Simmel et Durkheim, souligne ce qui suit: “Tandis que Durkheim s’intéresse au fait social comme objet statique, sous forme cristallisée, qui existe dans le tout (la société) avant d’exister dans les parties et qui s’impose de l’extérieur à l’individu, Simmel recherche les processus dynamiques qui font qu’une société devient société, veut découvrir «dans tout être le processus historique de son devenir», étudier la naissance d’une société d’un point de vue non pas historique, mais logique, interne, synchronique, éclairant le processus d’auto-production quotidienne de la société. Or ce processus ne peut être étudié qu’à partir de l’étude des différentes interactions ou actions réciproques”.

Dans la deuxième partie de la thèse de Park, titrée “Le processus sociologique”, c’est le terme sociologie à se retrouver d’emblée sous le réflecteur. Park s’interroge sur les conditions de possibilité qui permettent de la considérer vraiment comme “l’incarnation des sciences descriptives et explicatives” (en écartant dès la première ligne une autre façon de la concevoir: celle qui en ferait une philosophie de l’histoire). Il y a sans doute ici une référence à Rickert, où il dit que la sociologie peut mériter le nom de philosophie de l’histoire dans la mesure où elle traite le même matériau que les disciplines historiques, tout en cherchant “une connaissance qui dépasse les descriptions historiques ponctuelles attachées au particulier, pour pénétrer jusqu’à l’essence générale de toute évolution historique”, cf. (Cf. “Le problème de la philosophie de l’histoire» Presses universitaires du Mirail, 1998, p.126)

La possibilité de traiter la sociologie comme “science” implique pour Park la notion même de science, au sens des sciences de la nature, dans leur évolution vers la biologie. Mais une science a justement besoin d’une unité réelle, alors que la première difficulté “logique” que la sociologie rencontre est le fait que son objet, le groupe social, ne donne pas lieu à une perception matérielle. La sociologie doit donc créer cette unité réelle: le groupe social doit être transformé en unité réelle puisqu’il n’est pas donné comme tel.
Les individus ne pouvant pas constituer cette unité, on a cherché dans le cerveau une “disposition physiologique commune” (appelée aussi “système moteur commun”). Park soutient cette idée: il n’est pas possible de définir le groupe social comme une unité physique, il faut le décrire et expliquer par des concepts physiologiques. Mais il faut savoir que, pour lui, dès que la sociologie cesse de décrire uniquement les formes de relation dans lesquelles la vie sociale s’exprime, mais qu’elle essaye de l’expliquer, elle se transforme en psychologie sociale.

En tout cas, pour ce qui est de la détermination comme science, il faut garder à l’esprit la méthode commune des sciences explicatives: analyser un objet en tant que divisé en ses différentes parties; expliquer le tout à partir des relations.
Il faudrait donc trouver pour la sociologie/psychologie sociale l’élément le plus petit qui compose le tout. Pour cela faire, il faudrait prendre le chemin des autres sciences de la nature et transformer le concept d’objet en concept de relation (excluant la possibilité que cet élément puisse être l’individu, choix fait par l’économie anglaise classique). La sociologie, selon Park, se doit d’étudier le système de relation: c’est justement cela qui mettra en lumière que l’individu ne reste pas semblable à lui-même.

Tout de même, l’économie nationale, dit-il, n’a pas entièrement faux avec son idée que la société est composée par des individus égoïstes, il est donc nécessaire de trouver une science qui réunisse l’économie classique et la psychologie collective: cette théorie, est la théorie de l’imitation, portée en France par Tarde et aux États-Unis par James Mark Baldwin (qui a travaillé avec James, Dewey, Peirce, Munsterberg, notamment pour le Dictionary of Philosophy and Psychology publié en 1902). Les deux théories sont en tous cas à amender, nous dit Park, puisque selon lui les faits sociologiques élémentaires sont en réalité les “will attitudes” (traduit en français par “comportements volitifs”) des individus.

Pour Park il est important de signaler aussi quels sont les précurseurs de ces théories de l’imitation, c’est pourquoi il dédie un chapitre à Hume et sa théorie de la sympathie. Définie comme une “résonance du sentiment de l’Autre”, la sympathie provient du fait que nous nous mettons dans la situation des autres et que nous reproduisons leurs sentiments.
Reprise par Adam Smith, cette théorie de la sympathie prend la voie de la psychologie sociale moderne: l’imitation, entendue comme “reproduction d’un mouvement volontaire ou d’une façon d’agir” devient la forme spécifique de la réaction sociologique.
Ce qu’intéresse Park ici, est que la nouveauté apportée par Hume tient au fait que la sympathie n’est plus considérée seulement comme un sentiment, mais elle est le processus par lequel le sentiment se réalise. Reste encore à expliquer la formation des affects et des pulsions.

Allant plus dans le détail des théories de l’imitation de Tarde et Baldwin, dans le chapitre IV de la deuxième partie, Park nous dit d’abord que l’imitation est entendue comme un processus de communication. Dans sa forme la plus triviale, c’est le réflexe (ce qui lui permet de parler de “processus sociologique” aussi pour les animaux: l’imitation est entendue dans ce cas comme “imitation suggestive” ou conformisme. NB. Elle existe aussi chez les hommes, mais il s’agit d’une conformité “purement formelle et extérieure”, dit-il), mais dans le cas des hommes il faut inclure aussi le rôle de la contrainte (”moment essentiel du processus sociologique”, et moment où il cite Durkheim). Ce qui nous signale que les hommes ne donnent pas suite à chaque impulsion et devrait nous faire conclure, suivant Park, que les actions sont dirigées par des mobiles “intellectuels”.

Si l’imitation chez Tarde correspondait à l’interaction primaire, chez Baldwin elle était entendue comme une fonction sociale: par l’intermédiaire du processus d’imitation, la vie intérieure d’un individu influe sur un autre. Tout tient dans la rétroaction de cette action répétée sur les sentiments des individus.
Cette forme d’interaction n’est pas orientée par un objet extérieur, mais vise uniquement à modifier des dispositions du groupe (c’est le cas par exemple du parlement ou d’une cour de tribunal): c’est un processus dans lequel le groupe social se manifeste de façon décisive. Il s’agit d’un processus d’attention, à savoir un ajustement (ou adaptation) du groupe en tant que tout à une situation.

La foule est intéressante, selon Park, car on peut y observer ce processus. Et il précise que certes, il n’entend pas la foule comme une troupe en marche, une cohue ou un troupeau, mais il l’entend au sens de la psychologie collective (donc la partie explicative de la sociologie, si on a bien compris ce qu’il a dit plus haut). La foule est même le résultat du processus d’attention sociale, ce processus qui fait que le groupe exerce une influence sur lui-même et prend position pour quelque chose dans son environnement. Quand l’attention de tous est dirigée vers un même objet se produit une interaction, dans un mouvement fait de rayonnement en retour réciproque des sentiments des uns et des autres.
Mais l’attention est aussi un processus d’inhibition, qui limite les “impulsions motrices” des individus pour accroître celles communes (ce qui augmente la suggestibilité du groupe).
Et on en vient au chapitre V de cette deuxième partie.

Foule, public, opinion publique, la presse et les faits: intérêt du travail sur le chap. V de la deuxième partie

Je ne vais pas résumer ce chapitre aussi, mais juste lancer quelque piste pour l’aborder, en allant droit aux points qui m’intéressent le plus.
D’abord la distinction entre foule et public qui marque le début du chapitre. La foule est caractérisée par l’inhibition des pulsions et des intérêts et, il dira à la fin du chapitre, par le fait que l’essence et les valeurs des choses coïncident.
Le public, qui est une forme de groupe qui a “le même niveau de conscience de soi que la foule” (d’au moins tant qu’il ne s’oppose pas à d’autres groupes, si je suis correctement le raisonnement de Park) est au contraire caractérisé par la manifestation des pulsions et des intérêts et en son sein l’essence et la valeur des choses diffèrent. Le comportement du public s’exprime dans l’opinion publique et ce comportement est le résultat d’une discussion où les individus s’opposent. Cette discussion se fonde sur la narration de faits.
Dans cette caractérisation du public, il y a trois notions clés: l’opposition, l’opinion publique et les faits.

La notion d’opposition, terme que Park emprunte à Baldwin et Royce, est pour lui l’équivalent de la contre-imitation chez Tarde et l’équivalent aussi de la différenciation sociale chez Simmel. Les trois sont pour lui équivalentes en ce qu’elles expriment une concurrence au sens biologique du terme, à savoir au sens d’un combat pour l’existence.

La notion d’opinion publique: celle-ci consiste en un mouvement collectif non réfléchi, guidé par des slogans; c’est un comportement étranger à l’individu et en conséquence un comportement critique de l’individu (quid de ce lien entre extérieur à l’individu et donc mouvement critique de l’individu?).

La presse, qui doit instruire et orienter l’opinion publique, se présente comme un mécanisme qui domine l’attention sociale (qu’il a défini dans le chapitre précèdent comme un ajustement/adaptation du groupe en tant que tout à une situation; un processus qui fait que le groupe exerce une influence sur lui-même et prend position pour quelque chose dans son environnement. Quand l’attention de tous est dirigée vers un même objet se produit une interaction, dans un mouvement fait de rayonnement en retour réciproque des sentiments des uns et des autres. Mais l’attention est aussi, et il est important de le rappeler, un processus d’inhibition, qui limite les “impulsions motrices” des individus pour accroître celles communes, ce qui augmente, selon Park, la suggestibilité du groupe).

Enfin la notion de fait: un concept “nouveau”, dit-il, qui est à comprendre comme une “méthode de communication” (alors que l’imitation était un processus de communication), méthode qui se base sur la nécessité de décomposer les objets ou les évènements (qui sont pris comme des objets donc) en leurs éléments constitutifs (ce qui coïncide avec son idée de science). Les faits doivent avoir la même signification pour tous les membres du groupe et en cela ils sont une construction “idéale” (puisque le “vrai” objet est imprégné de valeurs et de significations différentes selon les individus). C’est pourquoi il dira plus loin que les faits sont des “éléments” – c’est à dire, si j’ai bien compris, des éléments parmi d’autres – de la “vérité concrète”. Cette conception des objets et des évènements qui peut prétendre à une reconnaissance universelle est pour lui une exigence de la vie pratique.

Le public évolue donc dans un monde d’objets de “construction idéale”, qui doit être entendue comme un produit social. C’est pourquoi, probablement, les “considérations théoriques” (qui correspondent aux normes?) sont à la fois le fondement du comportement pratique du public et le fondement de sa “volonté” (qui l’exprime par délibération et discussion). Ces considérations théoriques sont la condition nécessaire à l’existence même du public, qui n’a pas, néanmoins, connaissance des normes pratiques (à savoir, le droit)2, et là est son problème.

  1. Texte communiqué à l’atelier des philosophes du LIER (Ehess, LIER/IMM), séance du 25/02/2016 []
  2. Les normes pratiques ne sont donc pas des “faits” et le droit n’est pas une “considération théorique” []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.