Journalisme et vérité chez Walter Lippmann: une analyse à partir de son ouvrage Public Opinion (1922)

La question générale qui oriente mon travail de thèse porte sur le rapport entre vérité et discours journalistique au sein des sociétés modernes. La question ainsi posée demeure insaisissable si, la prenant, pour ainsi dire, d’en haut, on prétend l’englober dans sa totalité.
Plusieurs options de travail se sont présentées depuis le début de ma recherche: l’approche épistémologique, l’approche sociologique et enfin les approches de la philosophie politique et de la philosophie des sciences sociales.
L’approche épistémologique a été écartée d’emblée et on lui a préféré le chemin de la sociologie, qui a permis de préciser l’objet ainsi que de poser la question sous un angle différent, celui des pratiques: ainsi, l’attention à cette pratique sociale qu’est le journalisme invite à centrer l’intérêt sur les processus de vérification que les journalistes mettent en œuvre.
Pour ce qui est des approches de la philosophie politique et de la philosophie des sciences sociales, il me semble possible de dire aujourd’hui que, si la philosophie politique demeure l’horizon d’intérêt pour ce qui est des conséquences des réponses possibles à mon questionnement, c’est à partir de la philosophie des sciences sociales que j’aborde ce dernier en premier lieu.
Or, pour explorer mon questionnement de ce point de vue spécifique, à savoir ce point de vue qui s’intéresse au discours social sur la pratique du journalisme, il a fallu repérer un corpus de départ: c’est en réfléchissant à la meilleure entrée en matière, d’un point de vue qui ne soit pas celui de la pratique directe du journalisme ou de sa description sociologique, ni celle d’une épistémologie, que l’œuvre de Walter Lippmann, journaliste américain ayant vécu de 1889 à 1974 – et qui a donc traversé les événements principaux du premier vingtième siècle – est apparue comme l’une des plus pertinentes pour le sujet.1

Pourquoi donc Walter Lippmann, journaliste? D’abord, car ces ouvrages relèvent de ce qu’on pourrait décrire comme une réflexion qui a pour base la pratique du journalisme: Lippmann écrit en journaliste, en réfléchissant aux pratiques mises en œuvre par et pour sa profession, et aux scénarios politiques qui en découlent.
Ensuite, Lippmann m’intéresse également pour son influence sur les milieux intellectuels et politiques de son propre temps. Pour ce qui est de ses relations avec le milieu intellectuel d’abord, il est frappant de remarquer, alors que Lippmann n’a jamais eu un quelconque rattachement académique, que c’est en s’adressant directement à lui que Graham Wallas, psychologue social, socialiste et co-fondateur de la London School of Economics, a préfacé son ouvrage de 1914, The Great Society ; et que c’est encore en réponse directe à Public Opinion et The Phantom Public, ce dernier publié par Lippmann en 1925, que John Dewey rédigea son The Public and its Problems, paru en 19272.

Pour ce qui est des rapports politiques de Lippmann, la portée de son influence parmi ses compatriotes ne manque pas d’être soulignée dans les ouvrages qui lui sont consacrées3, mais il est important de souligner également que les rapports de Lippmann dépassèrent largement les frontières des États-Unis. Son rôle dans la rédaction des Fourteen Points du Président Wilson lors de la Première Guerre Mondiale et ses rapports avec Jean Monnet4 en sont des exemples parmi d’autres.
Les parcours des rapports entre Lippmann et les leaders européens sont en grande partie encore à retracer, mais pour pointer un autre signe de l’influence que Lippmann a pu avoir dans le vieux continent, il est certainement possible de citer le colloque qui porte son nom, le «colloque Lippmann», et qui fut organisé à Paris en août 1938: à l’occasion de la parution de la traduction française de son ouvrage The Good Society (titré en français: La Cité libre), cette rencontre réunit nombre de représentants de l’aile libérale, des intellectuels et des économistes, pour discuter de la capacité du libéralisme à faire face aux problèmes de l’époque5.
Pour ma recherche, en particulier, il serait intéressant de retracer également les rapports de Lippmann avec les milieux politique et intellectuel italiens, puisque l’ouvrage que je considère ici, Public Opinion, fut traduit en italien en 1963, année de l’approbation de la loi qui institua en Italie un Ordre des journalistes et qui inscrivit ainsi, dans le droit, le devoir de ces professionnels de respecter la «verità sostanziale dei fatti» 6.

Quel statut pour Public Opinion?

Toutes les ouvrages de Lippmann, touchant à des grands sujets contemporains comme l’opinion publique et la démocratie, sont généralement lus comme ceux d’un «grand intellectuel» tantôt rapproché des sociologues7, tantôt des politologues8, tantôt des philosophes9. Bruno Latour se demande même si The Phantom Public (1927), dont il a préfacé la traduction française parue en 2008, ne serait pas, au fond, Le Prince du vingtième siècle10. Or, comme le rappelle Ronald Steel dans la biographie «officielle» qu’il lui consacra, Lippmann, par choix — si l’on peut parler ainsi, ne fut ni politicien, ni professeur: il était fier d’être journaliste.11
C’est pour cela que j’ai lu Public Opinion non pas d’abord comme une «théorie» sur l’opinion publique, ni comme une enquête sociologique rigoureuse sur le processus de sa formation, mais plutôt comme une sorte de manuel de journalisme, que Lippmann adresse principalement à ses collègues: non pas donc un livre conçu pour éclairer un public externe aux journaux sur la façon interne de ces derniers de «fabriquer» l’opinion publique, comme le décrit Latour12, mais un ouvrage qui est d’abord à destination des journalistes pour les aider à comprendre comment, aussi en dehors et indépendamment d’eux, l’opinion publique se forme socialement, en grande partie à l’aide de ceux qui pour les journalistes sont des sources, à savoir les détenteurs du pouvoir.13

Suivant cet angle de lecture, Public Opinion ne serait donc pas un ouvrage tout public destiné à éclairer les masses, mais d’abord un outil de travail pour les journalistes qui ont affaire aux opinions. La description que Lippmann fait de la formation de l’opinion publique ne serait donc pas à interpréter comme une «théorie» à proprement parler, ni comme une enquête empirique rigoureuse, mais comme une description tirée de sa propre expérience à l’intérieur des lieux du pouvoir: une description du processus de formation des opinions vue de l’intérieur des sources.14
Mais Bruno Latour a raison de décrire Public Opinion comme un livre où Lippmann «s’attache à détailler sur quels objets réels et par quels moyens concrets, les citoyens se forment une opinion sur les affaires qui les concernent» 15. Les journalistes sont certainement inclus parmi ces citoyens, puisque pour lui aucun être humain n’est exclut des contraintes cognitives qu’il décrit dans le premier chapitre. Les journalistes sont pris, tout autant que les autres, dans les limites de la connaissance du monde. Parmi son matériau empirique, nous trouvons donc, notamment, des exemples de rapports des journalistes aux sources et de la fabrication et de la diffusion par les sources de premiers agencements des faits.

Justement, les cinq premières parties du livre sont, selon Lippmann, la «section descriptive» de l’ouvrage. Il s’attache d’abord à lister ce qui peut limiter l’accès aux faits: la censure, les données privées, les contacts et les opportunités, le temps et l’attention que l’on peut donner pour avoir connaissance des faits, et enfin les mots employés et leur clarté. Ensuite vient l’un de chapitres fondamentaux, le troisième, où Lippmann introduit la notion centrale de «stéréotype». Dans ce chapitre il entend montrer, par le biais de cette notion, comment les «messages externes» sont affectées par les «images internes». Dans le chapitre IV, il entreprend de reconsidérer la notion d’intérêt en tentant de montrer comment se produit la liaison entre les images recomposées par le biais des stéréotypes et son propre intérêt personnel. Enfin, dans la dernière partie de ce premier cycle, il propose une explication de ce qui fait que les opinions diverses peuvent se cristalliser en une volonté commune («common will»). Dans cette partie, c’est la notion de symbole qui est mobilisée pour expliquer le ralliement à, plutôt que la formation par le bas de, une réponse commune à une «issue» mise en forme par ailleurs. Une «issue» (question, problème) est un biais indirect nécessaire, à travers lequel les citoyens peuvent s’exprimer. Les «issues» sont nécessaires et préalables à la formation d’une «common will» (PO, p. 231). Dans ce sens, la qualité des «issues» est, pour Lippmann, ce qu’il y a de plus important (PO, p. 223).

Après cette longue partie descriptive, dont matériaux et anecdotes, comme on verra plus loin, sont quasi exclusivement pris de son expérience non pas de journaliste, mais de responsable du travail de recherche de l’«intelligence» américaine lors de la première guerre mondiale, Lippmann propose une critique de la théorie démocratique classique de l’opinion publique, ainsi qu’une critique de la pensée socialiste. Sa conclusion est ensuite dédoublée en deux parties: une première réfute l’idée que la presse puisse se charger de réaliser l’utopie démocratique, puisqu’elle n’est qu’un miroir des opinions publiques. Selon Lippmann, en effet, les opinions publiques devraient être organisées pour la presse et non pas par la presse (PO, p. 32). Ce serait alors plutôt le rôle d’une science politique, à l’intérieur d’une «intelligence», que d’organiser les opinions publiques avant les prises de position. Et si ce rôle tient pour lui à une «science», s’il pense que c’est une «science» la mieux armée pour organiser les informations, c’est que c’est dans les sciences exactes que l’on se rapproche le plus, selon Lippmann, de l’idéal d’une communication à travers laquelle un même mot rappelle à l’esprit du récepteur exactement la même idée que celle exprimée par l’émetteur (PO, p. 66).

Au final, est-il une démocratie guidée par des «experts» que Lippmann propose? Une démocratie bien comprise guidée par une élite? L’on pourra répondre seulement en gardant à l’esprit, comme le souligne également Latour, que la distinction entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ne recoupe pas, pour Lippmann, la distinction entre les gouvernants et les gouvernés.16
Si je soutiens donc le point de vue selon lequel Public Opinion serait, d’abord, un manuel de journalisme — sans vouloir pour autant diminuer ou méconnaître la critique que Lippmann porte sur l’idéal démocratique, ni son ambition de produire un discours qui dépasse la seule sphère professionnelle — c’est parce que l’auteur lui-même semble en donner des indices dans son ouvrage. En effet, s’il ne déclare pas, ouvertement, s’adresser à quelqu’un en particulier, et si la dédicace de l’ouvrage va à sa première femme, Faye Albertson, épousée cinq ans auparavant, il y a trois éléments en particulier qui orientent vers cette lecture du livre: la référence à des «congenitals amateurs» — des «amateurs nés», le moment de l’écriture du texte et, enfin, l’usage du terme «stéréotype». Ce sont ces trois éléments qui amènent à penser que cet ouvrage est en premier lieu à destination de ses collègues journalistes: une sorte de restitution de ce qu’il aurait vu passant «de l’autre côté de la barrière», le côté des sources pendant la première guerre mondiale. Cela jette également une lumière plus circonscrite sur la mise en exergue d’un extrait de l’allégorie de la caverne de Platon au début du livre, une citation tronquée à la première moitié, à savoir avant que l’hypothèse que l’un des prisonniers puisse se libérer soit avancée.

Des amateurs nés

Dans le chapitre où Lippmann s’attache à comprendre comment un «common will» peut se cristalliser, en utilisant le «nous», il s’intègre dans un groupe qu’il qualifie de «congenitals amateurs», amateurs nés, amateurs par définition: «As congenitals amateurs our quest for truth consists in stirring up the experts, and forcing them to answer any heresy that has the accent of convinction» (PO, p. 224).
Dans cette expression est anticipé la distinction qui apparaîtra à la fin du texte dans une conclusion dédoublée qui pourrait être interprétée comme une claire et nette division du travail entre journalistes et «experts». En est-il vraiment une, puisque l’«intelligence» aussi collecte des faits, tout comme les journalistes sont lancés dans une «quest for truth»? Les journalistes, dans l’organisation qui émergera du texte de Lippmann, aurons cette «seule» tâche de distributeurs de connaissances produites par des autres, la tâche de médiateurs? Les journalistes, auront-ils seulement et toujours un rapport de deuxième main aux vérités, et aux faits, aussi?

En effet, même si on peut souvent se faire l’idée qu’un patron de presse est un véritable leader, comme le rappelle Lippmann (PO, p. 243), le rôle que lui, Lippmann-même, attribue en première instance aux journalistes, le rôle auquel il préconise que les journalistes doivent d’abord se tenir, semble coïncider avec celui que Tocqueville attribue à la presse dans De la démocratie en Amérique: pour Tocqueville, les journaux sont les seuls outils qui puissent «déposer au même moment dans mille esprits la même pensée» 17. Ce sont des distributeurs de pensées. Un pont de communication entre personnes qui, d’une façon ou d’une autre, sont distantes.
Et pourtant, pour établir le pont, le journaliste doit bien faire des opérations spécifiques. D’un côté, il détecte des «issues»: il rend proche utilisant, par exemple, des symboles ou des personnes «autoritative», dotées d’autorité, nécessaires pour instiller dans les esprits un symbole qui leur est proche (PO, p. 222) 18. De l’autre côté, et cela spécifiquement par rapport aux experts, il «stir up» – il provoque, stimule, incite, bref, il instille le doute.
Cela commence à fêler le cadre qui verrait dans la pensée de Lippmann une simple «démocratie des experts». Ces experts qui, appelés par ailleurs aussi «social(s) analyst(s)», se voient assigné à leur tour par Lippmann un rôle précis: celui de comprendre comment l’environnement politique est conçu et comment il pourrait être mieux conçu19. Mais leur objet d’étude n’est pas, directement, le monde, mais plutôt le pseudo-environnement, cet «espace» dont parle Lippmann et qui est le lieu, le milieumême, du politique.

L’expérience de l’«intelligence»: un pas en dehors de la caverne?

Le deuxième élément qui amène à lire le texte, d’abord, comme un manuel de journalisme, est le moment d’écriture du livre. On l’a rappelé, Lippmann précise que les premiers cinq chapitres constituent la «section descriptive» du texte: le matériel qu’il utilise et la quasi-totalité des exemples et des anecdotes choisies font largement référence à la première guerre mondiale. Ils relèvent plus précisément de son expérience de travail pour le président Wilson entre 1917 et 1918, puis à Paris entre 1918 et 1919.

Pour le président Wilson, entre septembre 1917 et janvier 1918, Lippmann était le responsable de la recherche dans l’équipe nommée «The Inquiry», un groupe d’études dont la tâche était de collecter et préparer le matériel pour les négociations de paix. Dans les mots de Lippmann, le travail du groupe était non seulement «a study of the facts, but of quiet negociation, especially with the neutrals, so that America could enter the peace conference as the leader of a great coalition of forces» 20. Celui qui présidait alors le groupe était le Colonel Edward M. House, pour qui Lippmann travailla encore entre fin juin 1918 et début février 1919, aux quartiers généraux de l’American Expeditionary Force en France, pour le service des renseignements («intelligence section»). Selon Edward Saïd, Lippmann — pour le quel, au passage, il ne manifeste pas la moindre sympathie — était l’«éminence grise» du Colonel House.21

Lippmann a-t-il mis, à cette occasion, un pied en dehors de la caverne? L’allégorie de Platon placée en exergue de cet ouvrage, ouvrage qu’on pourrait qualifier aussi d’essai de vulgarisation philosophique à usage des journalistes, est, rappelons-nous, tronquée: pour les citoyens, pour tous les citoyens, il n’y a pas de dehors de la caverne. Pour Lippmann, tout le monde pâtit des limites de la connaissance, qui ne peut atteindre cet espace «plus grand» de ce que l’on peut observer. Experts et gouvernants inclus.

Juste après cette expérience au sein de l’action politique qui, si je me tiens à sa biographie «officielle», le fit beaucoup souffrir22, Lippmann revint au journalisme. Public Opinion fut publié trois ans après cette expérience et deux ans après la publication de son Liberty and the news (1920), recueil de trois articles (un article inédit et deux publiés l’année précédente) dans lesquels il argumentait que la liberté politique n’est plus garantie par la liberté d’expression seule, mais par «the completeness, the accuracy, the fidelity with which the news-papers report the news» 23.

La stéréotypie comme analogie

Mais l’indice le plus marquant qui permet d’affirmer que Lippmann s’adresse en première instance à des confrères, est l’usage même du concept phare du livre, la notion de «stéréotype».
The historical Thesaurus of English et le Online Etymology dictionary attestent l’usage du terme, pour la première fois dans un sens «psychologique», dans Public Opinion de Lippmann24. Si cela est vrai, le fait qu’il ne prenne pas la peine d’expliciter l’usage décalé qu’il fait du terme, laisse supposer que Lippmann s’adresse à des interlocuteurs qui peuvent aisément voir de quoi il parle. Par ailleurs, même si un certain nombre de comptes rendus de son ouvrage, parus dès 1922, lui attribuent une approche psychologique25, probablement, Lippmann ne serait pas d’accord avec cette qualification, puisque c’est justement une approche qu’il écarte dès l’introduction. En effet, dit-il, si l’on veut comprendre l’opinion publique, on ne peut prendre les opinions comme point de départ: «While the psychoanalyst as physician may perhaps assume them, the sociologist may not take the products of existing public opinion as criteria by which to study public opinion» (PO, p. 28–29).

D’où tire-t-il le terme «stéréotype», donc? Ce mot indiquait — surtout et depuis au moins 1798, quand le célèbre imprimeur français Firmin Didot diffusa le procédé — un terme technique lié à l’imprimerie. Cette technique de la «stéréotypie» avait, à l’époque de Lippmann, retrouvé un nouvel essor avec l’usage des rotatives, qui ne pouvaient fonctionner avec des caractères mobiles. Il s’agit d’une technique de fabrication de formes imprimantes en relief, en vue d’imprimer des textes, des images, ou leurs combinaisons, en impression typographique. Le résultat, une plaque gravée, obtenue par coulage de plomb dans un flan ou une empreinte, et constituant une forme imprimante en relief, généralement montée sur une planche de bois qui lui donne la hauteur voulue, s’appelle un stéréotype (ou cliché, son synonyme). Dit autrement, le stéréotype était une composition de texte et/ou d’images assemblés pour être reproduits massivement et rapidement grâce, dans le cas de la presse, aux rotatives.

Cette analogie entre le processus de la stéréotypie et celui de la formation des «images dans nos têtes», me semble devoir être gardée à l’esprit comme une des clés de lecture de Public Opinion. L’intérêt de choisir ce terme tiré du monde de la typographie, alors que d’autres concepts, tels que «fictions», «pictures» ou «facts in consciousness» — que par ailleurs il utilise — ou même «idée» étaient disponibles, lui permet de mettre en évidence en effet les actions impliquées dans la formation des «stéréotypes» et de distinguer ces derniers des dispositions26: ces «images dans nos têtes» y sont imprimés depuis l’extérieur, et c’est encore à l’extérieur qu’elles sont ensuite destinées.
Il est tout autant important de souligner, enfin, que «stéréotype» n’a pas pour Lippmann une connotation négative: relevant d’une pratique créative27, ils sont pour lui la base profonde de tout processus de perception (PO, p. 90) et ils provoquent un «mouvement vital» (PO, p. 114) des théories.

Il me semble clair, donc, que Public Opinion est, d’abord, un manuel de journalisme. C’est un livre premièrement adressé aux journalistes. Mais, est-il aussi autre chose? Peut-on suivre la suggestion de Bruno Latour qui rapproche Lippmann de Machiavel? Peut-être, sans oser nous lancer dans une telle comparaison, qui impliquerait aussi de choisir parmi les multiples interprétations du Florentin, pourrions-nous seulement nous demander comment, ou en quoi, même adressé à ces collègues journalistes, ce livre peut-il nous intéresser? Et nous intéresser aujourd’hui?
Si cet ouvrage a une portée politique autre que celle pointée par les critiques le ramenant à une vision élitiste28, ce n’est qu’à travers sa définition de l’opinion et la description du «milieu de vie» de celle-ci, le pseudo-environnement, notre caverne, que Lippmann entend donner la clé pour que les pratiques de décision, des gouvernants comme des citoyens, soient éclairées.

Le «pseudo-environment»: espace d’ajustement, espace du politique

À la fin de l’ouvrage, c’est une conclusion dédoublée que propose Lippmann, parce que dédoublée est la tâche de production et distribution des connaissances nécessaires à l’exercice des droits et devoirs des citoyens dans une démocratie telle qu’il l’entend. Si on a bien affaire à un manuel de journalisme, la double conclusion prends un sens «pédagogique» et pragmatique: d’abord il faut montrer aux journalistes qu’il ne vaut pas la peine de poursuivre un idéal que la presse ne peut pas porter sur soi, étant donné les limites intrinsèques de l’entendement humain ; ensuite, il faut expliquer quelles seraient les tâches de cette «intelligence», de ce pool de social analysts nécessaire au gouvernement démocratique, et en quoi son travail côtoie celui de la presse.

D’une opinion à l’autre

La critique de l’idéal démocratique, chez Lippmann comme chez Dewey, pose ses fondements dans le constat de l’impossible omni-compétence de tout citoyen. La formation de toute opinion publique, censée être à la base du fonctionnement du régime représentatif, est dérangée par un grand nombre d’interférences provenant de l’environnement «interne et externe» et que Lippmann détaille dans la deuxième partie de son ouvrage («Approaches to the world outside»). En conséquence, l’opinion publique est affectée par la qualité de l’attention de celui qui la formule (PO, p. 74-75), une limitation qui s’ajoute à «l’obscurité et à la complexité des faits eux-mêmes»: il résulte donc compliqué de remplacer le misleading — ce qui est trompeur, égarant — par des idées opératoires (PO, p. 76). Enfin, nos opinions traitent d’un espace plus grand, d’un plus long écart temporel, d’un nombre supérieur de choses par rapport à ce que nous pouvons directement observer (PO, p. 79).

Néanmoins, l’une des difficultés majeures, dans cet ouvrage de Lippmann, est justement celle de distinguer, contextuellement, les différents acceptions d’opinion qu’il mobilise. S’il offre des définitions, celles-ci bougent tout au long de l’ouvrage.
D’abord en général, l’opinion publique, ces opinions que nous proférons vers l’extérieur, a donc affaire avec des faits indirects, non-vus (unseen) et morcelés (puzzling): «the situations to which public opinion refer are known only as opinions» (PO, p. 27).
Ensuite, l’opinion publique de chacun, quant à elle, est définie d’abord ainsi: «The pictures inside the heads of these human beings, the pictures of themselves, of others, of their needs, purposes, and relationship» ; tandis que «Those pictures which are acted upon by groups of people, or by individuals acting in the name of groups, are Public Opinion with capital letters» (PO, p. 29).
Enfin, vers la fin de la troisième partie, qui porte sur les stéréotypes (chapitre IX: «Codes en their ennemies»), Lippmann présente une ultérieure définition de l’opinion publique: «The theory I am suggesting is that, in the present state of education, a public opinion is primarly a moralized and codified version of the facts. I am arguing that the pattern of stereotypes at the center of our codes largely determines what groups of facts we shall see, and in what light we shall see them. That is why, with the best will of the world, the news policy of a journal tends to support its editorial policy» (PO, p. 125).

Comment peut-on passer d’une définition à l’autre? Revenons pour un instant à cette notion de «stéréotype», ayant à l’esprit que, pour Lippmann, la façon de percevoir (to see), c’est la combinaison de «what is there» et «what we espect to find» (PO, p. 115).
Les stéréotypes, dans l’analogie de Lippmann, se placent dans un «espace d’ajustement», un «intervalle», une «distance», entre l’environnement qui nous entoure et notre connaissance (knowledge) de cet environnement.
Ces stéréotypes sont des images du monde pré-moulées en dehors de nous — donc, pourrait-on dire aujourd’hui, socialement — et qui ont ensuite des conséquences pratiques encore une fois en dehors de nous — pourrrait-on dire aujourd’hui, dans le monde social: «while they governed and fought, traded and reformed in the world as they imagined it to be, they produced results, or failed to produce any, in the world as it was» (PO, p. 5). Les stéréotypes sont donc opératoires dans le monde réel.
Nous retrouvons ce thème des stéréotypes décliné aussi sous les notions de «fictions» («a representation of the environment which is in lesser or greater degree made by men itself» [PO, p. 15]) et de «symbols»: «Our first concern with fictions and symbols is to forget their value to the existing social order, and to think of them simply as an important part of the machinery of human communication» (PO, p. 12). Les fictions, les symboles, les stéréotypes font donc partie intégrante du dispositif de la communication humaine, mais aussi de la vie pratique, de l’ordre social. Et, d’ailleurs, il n’est pas question pour Lippmann de s’en priver, puisque cela appauvrirait la vie humaine (PO, p. 90) et parce que les stéréotypes provoquent un «mouvement vital» (PO, p. 114). Ils sont donc des truchements à travers lesquels on a accès à des expériences autres celles que nous pouvons «directement» (i.e. sans intermédiation) percevoir. Chacun mêle ces éléments «dans sa tête» et en fait des images qui créent des attentes. C’est dans ce mélange — qui n’est «interne» que dans la mesure où l’on garde à l’esprit l’analogie de la stéréotypie et, en conséquence, le processus qui «traverse» la tête en venant de, et en allant vers, l’extérieur — que l’opinion publique change de définition pour passer d’une «image dans la tête» à «une version des faits qui est moralisée et codifiée» 29.

À ce point, néanmoins, il ne faut pas demander à l’ouvrage d’être ce qu’elle n’est pas: si elle tire parti de différentes théories de la connaissance, elle n’en est pas une, ni Lippmann entend offrir une ontologie cohérente qui dirait sans faille ce que l’opinion publique est. Le point qui intéresse l’auteur, qui écrit un manuel pratique, est ce que l’on peut faire avec ces opinions, et quelles seront les conséquences dans le «existing social order».

Les gouvernants, non plus, ne sont pas philosophes

Lippmann, on l’a vu, met en exergue l’allégorie de la caverne, tronquée. Il y a aussi un deuxième moment où il fait intervenir Platon: c’est dans le dernier chapitre, où il cite le bien connu passage des philosophes-roi dans le V ème livre de La République.
Dans ce passage, pour Platon, il est question de montrer le changement sans lequel les cités ne sauraient recevoir leur meilleure constitution politique, changement qui consiste dans la mise en coïncidence de la philosophie et du pouvoir politique. Dans la traduction de Lippmann, la question qui se pose est celle d’amener l’État vers une forme plus vraie («truer»). Mais qu’est-ce que Lippmann appelle philosophie? Il l’avait dit bien avant, dans le chapitre IX qui porte sur les «codes»: la philosophie serait une «more or less organized series of images for describing the unseen world. But not only for describing it. For judging it as well» (PO, p. 119).

Selon Lippmann, le jugement précède toute évidence (PO, p. 120) et c’est la qualité (dans le sens de modalité – s’ils sont «friendly», par exemple) des jugements qui fait la différence: «as we adjust ourselves to our code, we adjust the facts we see to that code. Rationally, the facts are neutral to all our views of right and wrong. Actually, our canons determine greatly what we shall perceive and how. For a moral code is a scheme of conduct applied to a number of typical instances» (PO, p. 120). De là il conclut que, ce qui compte, c’est à quels faits le code est appliqué, d’où l’intérêt de réexaminer la vision des faits (au lieu de comparer des idéaux) (PO, p. 121). Ces faits qui, pour Lippmann, naissent «libres et égaux» («free and equal» [PO, p. 70]).

Le point à rappeler maintenant, c’est que les élites au pouvoir, pour l’auteur, ne portent pas en soi le savoir: comme tous les citoyens, les élites ne sont pas non plus omni-compétentes, les gouvernants ne sont pas eux-mêmes les philosophes-roi. Ils peuvent en revanche être éclairés par deux services distincts: celui des «experts», que Lippmann appelle aussi «social analysts», et celui des journalistes.
Il s’agit d’une séparation des sphères qui tire parti de la description des processus de production des opinions publiques, ces produits de la pensée qui sont opératoires dans la vie réelle. Mais il importe de souligner que les deux, les journalistes et les experts, ne sont pas complètement séparés et que le social analyst, en premier, doit reconnaître cette relation triadique entre la scène de l’action, l’image que l’homme se fait de cette scène, et la réponse que l’homme oppose «to that picture working itself out upon the scene of action». C’est un peu comme si on avait affaire, précise Lippmann avec une métaphore, à une pièce suggérée aux acteurs par leur expérience-même, dans laquelle le scénario est translaté dans la vie réelle des acteurs, pas seulement dans la mise en scène (PO, p. 16-17).

Les experts, les journalistes et la nouvelle science politique

Si l’enjeu, pour les citoyens d’une démocratie bien comprise, est celui de connaître autant que possible le monde distant (unseen), et qu’il est donc nécessaire de s’approcher autant que possible de ces faits «born free and equal», la solution repose sur la réalisation de bonnes enquêtes puisque, pour Lippmann, sans avoir mené une enquête spécifique, il n’est pas possible de comprendre quelle relation précise a affecté une opinion donnée (PO, p. 183). Selon Robert Ezra Park, ancien journaliste et en 1922 lecteur en sociologie à l’Université de Chicago, qui fera un compte rendu de Public Opinion dès sa publication, il y a là le point plus important de l’ouvrage: l’avoir compris que «the greater accuracy in the news depends upon the advancement of social science» (PO, p. 234). Comme on a rappelé plus haut, en effet, pour Lippmann ce n’est que dans les sciences exactes que l’on se rapproche le plus de l’idéal d’une communication à travers laquelle un même mot rappelle à l’esprit du récepteur exactement la même idée que celle exprimée par l’émetteur (PO, p. 66).
Donc, donnée la difficulté intrinsèque aux prémisses de l’idéal démocratique et le travail spécifique qui est demandé pour se rapprocher aux faits, un discours journalistique qui chercherait un rapport direct avec la «vérité» serait tout aussi illusoire que l’idéal démocratique lui-même. Aux journalistes donc, en premier lieu, la tâche de relayer les informations obtenues par leurs sources.

Néanmoins, en disant que «as congenitals amateurs our quest for truth consists in stirring up the experts, and forcing them to answer any heresy that has the accent of convinction» (PO, p. 224), Lippmann nous signale que la tâche du journaliste devient aussi celle d’instiller le doute, de questionner. Ce caractère modeste des «congenitals amateurs» devient alors la posture socratique.
C’est donc un complexe dispositif de création-émergence-partage de connaissances sur le monde distant (unseen) au service d’une démocratie bien comprise, que propose Lippmann. C’est la seule clé pour que la démocratie en soit vraiment une, et qu’il soit possible pour tout citoyen de pratiquer l’art de la décision, qu’il soit du côté des gouvernés ou du côté des gouvernants.

C’est à la fin de la section descriptive, et plus précisément au début de la partie V, dans laquelle Lippmann s’attache à comprendre la constitution d’une volonté commune («common will»), que l’on comprend mieux la visée de ce dispositif. Ici, Lippmann se demande comment la théorie démocratique peut répondre au problème de savoir comment une opinion publique peut-elle se cristalliser à partir des sentiments privés autour d’images abstraites (PO, p. 193). Pour cela, il n’y a point besoin pour lui de recourir à l’idée d’une âme collective ou de l’esprit du temps (PO, p. 197), puisque ce sont des hommes qui se chargent de réaliser ce qu’on a tendance à attribuer à l’oversoul (PO, p. 229). Dans la recherche de la réponse à cette question, l’une des erreurs principales des théories politiques classiques — ce que pour Lippmann revient à dire les théories d’Aristote, Rousseau, Montesquieu… — a été de se concentrer sur la quête de ceux qui possèdent «naturellement» l’art de gouverner, sans se demander comment ces «législateurs» arriveraient à acquérir la connaissance du monde nécessaire à la tâche de gouverner (PO, p.258). Certes, il n’était pas possible pour eux de voir que les inventions «clé» dont nous disposons aujourd’hui — «measurement and record, quantitative and comparative analysis, the canons of evidence, and the ability of psychological analysis to correct and discount the prejudices of the witness», à savoir la méthode scientifique, qui accompagne «the modern newspaper, the world-wide press services, photography and moving pictures» (PO, p. 260) — ont été conçues dans le but, dit-il, de ramener l’environnement distant (unseen) dans le champ du jugement. C’est cela qui a fait que ces théoriciens n’ont pas pu voir que «the range of attention was the main premise of political science» (PO, p. 260).

Il est clair que Lippmann, alors, ne fait pas que mobiliser et déplacer des catégories empruntées à la philosophie et aux sciences psychologiques et sociales naissantes, il tourne le prisme à travers lequel on regarde le problème: la connaissance du monde — et l’opinion est une expression de cette connaissance — ce n’est pas, depuis son point de vue, question d’épistémologie ou de psychologie, mais il la regarde comme un problème politique central de la société et qui concerne en particulier le régime démocratique. L’on comprend alors que les journalistes et les experts, ne travaillent pas séparément, mais ensemble, dans le même dispositif, pour permettre la science politique.

D’un côté — puisque un «moral code» contient une idée de la nature humaine, une carte de l’univers et une version de l’histoire (PO, p. 123) (c’est-à-dire «a particular view of the facts») — si le but d’une éducation morale est celui de préparer les gens pour toutes les situations dans lesquelles ils pourraient se retrouver, alors il faut faire des bonnes enquêtes pour établir une bonne morale: «Clearly then, it depends for its success upon the sincerity and knowledge with which the environment has been explored. For in a world falsely conceived, our own characters are falsely conceived, and we misbehave» (PO, p. 179). De l’autre, pour que l’on s’intéresse à la politique, il faut que l’on puisse comprendre ce dont on parle soit dans les termes d’une lutte (fight), soit dans les termes d’une «issue»: dans les deux cas il faut que l’on puisse s’identifier à ce dont on parle (PO, p. 164-166).

À l’aide de la connaissance du monde produite par les social analysts, questionnée et rendue proche par les journalistes, la politique peut alors s’engouffrer dans cet espace d’ajustement, dans le pseudo-environnement, et produire un «mouvement». Parce que le travail politique est celui de s’ajuster aux faits oui, mais dans leur version moralisée et codifiée, soit, en fait, socialisé. Et nous pouvons dire alors que oui, en écrivant un manuel de journalisme, Lippmann a écrit, aussi, un manuel politique: à travers le dispositif qu’il propose, il s’agit de favoriser l’ajustement de la politique dans le pseudo-environnement, ce milieu dans lequel nos opinions «vivent».

§§§

Pour ce qui est de ma question du départ, quel rapport entre la vérité et le discours journalistique dans les sociétés modernes, du point de vue de Lippmann tel qu’il l’a présenté dans Public Opinion, la «vérité» semble se dessiner comme une sorte d’horizon, mais certainement, dans cet ouvrage, il s’agit d’un concept parfois difficile à distinguer de celui d’«opinion publique», au moins dans certaines des acceptions utilisées par Lippmann. La seule chose que je peux tirer avec certitude de ce texte, c’est qu’il distingue clairement et catégoriquement «vérité» et «news» (PO, p. 358).

On l’a vu, ce qui l’intéresse prioritairement c’est de décrire les différentes opérations de création des opinions, d’émergence de news et de production de connaissances, à travers des enquêtes scientifiques, qui soient le plus possible proches du monde distant (unseen). Tout cela est orienté vers un gouvernement qui, s’il s’appuie sur le dispositif proposé par Lippmann, pourra enfin être une démocratie bien comprise.

Le journaliste ne peut pas, tel le scientifique, s’appuyer sur une «méthode». Par contre, il lui est possible et nécessaire, dit Lippmann, d’apporter aux gens le «caractère incertain de la vérité sur laquelle ses opinions se basent» ; à travers la critique, il lui est possible aussi d’inciter les sciences sociales à produire des formulations des faits qui soient plus aisément utilisables ; il lui est possible enfin d’inciter les hommes des institutions à rendre ses dernières plus «visibles». Voilà le rapport que Lippmann voit entre les journalistes — ces amateurs nés tels que Socrate — et la vérité: «the press, in others words, can fight for the extension of reportable truth» (PO, p. 361).

***

Cite this article as: Alessia Smaniotto, "Journalisme et vérité chez Walter Lippmann: une analyse à partir de son ouvrage Public Opinion (1922)," in Doveritas, 4 February 2015, https://doveritas.hypotheses.org/274.

***

Ce texte a bénéficié de la lecture attentive de Antoine Bocquet et Stefania Ferrando: qu’ils soient ici remerciés.

Cf. Joëlle Zask, «Pourquoi un public en démocratie? Dewey versus Lippmann. Présentation des textes de Walter Lippmann, “Le public fantôme” (1925) et de John Dewey, “Le public et ses problèmes” (1927)», Hermès, La Revue, 2001, vol. 3, no 31, p. 61‑66.

3 Parmi les principales: Ronald Steel, Walter Lippmann and the American Century, Boston – Toronto, Little, Brown and Company, 1980; David Elliott Weingast, Walter Lippman: A Study in Personal Journalism, New Brunswick, N.J, Rutgers University Press, 1949; Barry D. Riccio, Walter Lippmann: Odyssey of a Liberal, Transaction Publishers, 1994; Marquis William Childs et James Reston, Walter Lippmann and His Times, Books for Libraries, 1968.

4 Voir, à ce sujet, la thèse de Yoojoung Kim, Identité et conscience européenne à travers les relations de Jean Monnet et de l’élite américaine 1938-1963, Cergy-Pontoise, 2011 et l’article de François Denord et Antoine Schwartz, «L’économie (très) politique du traité de Rome», Politix, 2010, vol. 89, no 1, p. 35. À Jean Monnet, Walter Lippmann dédia son recueil d’articles Western unity and the Common Market (Boston, Little, Brown, 1962)

5 Parmi eux: Raymond Aron, Friedrich Hayek, Robert Marjolin, Ludwig von Mises, Michael Polanyi, frère de Karl, et Alfred Schütz.

Loi n° 69 du 3 février 1963, «Ordinamento della professione di giornalista», art. 2 («Diritti e doveri»): «È diritto insopprimibile dei giornalisti la libertà di informazione e di critica, limitata dall’osservanza delle norme di legge dettate a tutela della personalità altrui ed è loro obbligo inderogabile il rispetto della verità sostanziale dei fatti, osservati sempre i doveri imposti dalla lealtà e dalla buona fede./ Devono essere rettificate le notizie che risultino inesatte, e riparati gli eventuali errori. / Giornalisti e editori sono tenuti a rispettare il segreto professionale sulla fonte delle notizie, quando ciò sia richiesto dal carattere fiduciario di esse, e a promuovere lo spirito di collaborazione tra colleghi, la cooperazione fra giornalisti e editori, e la fiducia tra la stampa e i lettori.».

7 Mascia Ferri, Come si forma l’Opinione pubblica. Il contributo sociologico di Walter Lippmann, Franco Angeli, 2006.

Cf. Robert Ezra Park, «Public Opinion by Walter Lippman», The American Journal of Sociology, septembre 1922, vol. 28, no 2, p. 232‑ 234; Patrick Di Mascio, «Francesco Regalzi: Walter Lippmann – una biografia intellettuale», E-rea. Revue électronique d’études sur le monde anglophone, 11 septembre 2011, no 9.1, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 26 janvier 2015. URL: http://erea.revues.org/1897

J. Zask, «Pourquoi un public en démocratie? Dewey versus Lippmann. Présentation des textes de Walter Lippmann, “Le public fantôme” (1925) et de John Dewey, “Le public et ses problèmes” (1927)», art cit, p. 64.

10 Bruno Latour, «Le fantôme de l’esprit public. Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions» dans Le public fantôme, Paris, Demopolis, 2008, p. 6.

11 «Lippmann was proud to be a journalist». R. Steel, Walter Lippmann and the American Century, op. cit., p. xiv‑ xv. Nous qualifions cette biographie d’«officielle», car Ronald Steel, à notre connaissance, fut le seul, du vivant de Lippmann, à avoir droit d’accès à tous les documents privés du journaliste, avec lequel il a passé plusieurs des dernières années de sa vie (Ronald Steel, “The biographer as detective: what Walter Lippmann prefered to forget”, The New York Times, 21 juill. 1985). Mais toujours à propos de cette question du «statut» de Lippmann, le critique Edward Saïd écrivit: «Steel is surely correct to say that Lippmann was neither a philosopher nor a system-builder, but a sceptic who ‘could analyse situations with finesse and give off brilliant flashes of illumination’, Lippmann’s painstakingly cultivated public prominence tells an important story about the consistent social role he played» (Edward Saïd, “Grey Eminence”, London Review of Books, 3 mai 1981, vol. 3, no 4, p. 7). Sceptique sans être philosophe, pour Saïd, Lippmann se rapprochait de «l’intellectuel organique» décrit par Gramsci: «Il modo di essere del nuovo intellettuale non può più consistere nell’eloquenza, motrice esteriore e momentanea degli affetti e delle passioni, ma nel mescolarsi attivamente alla vita pratica, come costruttore, organizzatore, “persuasore permanentemente” perché non puro oratore – e tuttavia superiore allo spirito astratto matematico; dalla tecnica-lavoro giunge alla tecnica-scienza e alla concezione umanistica storica, senza la quale si rimane “specialista” e non si diventa “dirigente” (specialista + politico)» (A. Gramsci, Quaderni del carcere, Einaudi, Torino 1975, vol. III, pp. 1550-1551)

12 B. Latour, «Le fantôme de l’esprit public. Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions», art cit, p. 9.

13 Il est vrai que Lippmann lui-même qualifie l’opinion publique, dans l’une de ses définitions, de «théorie» («The theory I am suggesting is that, in the present state of education, a public opinion is…», [Walter Lippmann, Public Opinion, New Brunswick, N.J, Transaction Publishers, 1991, p. 125. Par la suite, j’abrégerai cette édition par PO suivi du numéro de page], mais ce que je veux dire par là, c’est que Lippmann n’entend pas constituer un «système de pensée». Dans ce contexte, «théorie» me semble à comprendre dans le sens large d’un ensemble d’explications, de notions ou d’idées sur un sujet précis, plus que dans un sens strict de théorie scientifique.

14 L’attention portée en grande partie sur les sources, si elle n’est pas relativisée en ayant à l’esprit les destinataires de l’ouvrage, pourrait faire penser que la tâche de ces sources, comprises dans le sens restreint du groupe des gouvernants, est proche de la tâche sémantique que Luc Boltanski attribuera aux institutions dans De la critique, à savoir l’autorité de dire «ce qu’il en est de ce qui est» [Cf. Luc Boltanski, De la critique. Une sociologie de l’émancipation, Gallimard, 2009]: mettre l’accent sur cet aspect «sémantique» risque d’ôter la lumière sur ce qu’il y a de politique pendant cette opération sémantique. Autrement dit, mettre l’accent sur la violence symbolique de cette action sémantique, revient à se placer depuis un point de vue qui constate déjà une différence élitiste entre gouvernants et gouvernés: cela ne semble pas être le point de vue depuis lequel Lippmann regarde.

15 B. Latour, «Le fantôme de l’esprit public. Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions», art cit, p. 9.

16 B. Latour, «Le fantôme de l’esprit public. Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions», art cit, p. 10.

17 Alexis Tocqueville [de], De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, 1981, vol. 2/2, chap. VI. Tocqueville, avec Platon, c’est l’un des grands classiques mis en exergue par Lippmann. De Alexis de Tocqueville, l’auteur prend cette citation qu’il mettra au début de la partie VI, dédiée à The image of democracy, à savoir, comment il faudrait bien comprendre la démocratie: «I confess that in America I saw more than America; I sought the image of democracy itself» [PO, p. 251].

18 Cette opération de «rendre proche» est une des opérations centrales que nous avons pu observer auprès des correspondants de la presse italienne à Paris lors de notre mémoire de Master en Sociologie [Cf. Alessia Smaniotto, L’atout de la présence. Compétences et justifications du travail chez les correspondants des médias italiens à Paris, Mémoire de recherche de M2, Ehess, Paris, 2012, sous la direction de Cyril Lemieux].

19 «Instead of taking for granted an environment that is readily known, the social analyst is most concerned in studying how the larger political environment is conceived, and how it can be conceived more successfully» [PO, p. 28].

20 R. Steel, Walter Lippmann and the American Century, op. cit., p. 129

21 E. Saïd, «Grey Eminence», art cit.

22 «Nor was he seriously tempted by government work after his painful experience with politicians during the First World War» [R. Steel, Walter Lippmann and the American Century, op. cit., p. xiv]

23 Robert Ezra Park, “Public Opinion by Walter Lippman”, art cit, p. 232.

24 Coté français, le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales [http://www.cnrtl.fr/] enregistre l’usage du terme, dans un sens figuré, par Balzac, en 1834, comme indiquant l’action de «rendre invariable, figé», ainsi que par Alphonse Daudet, en 1873, pour indiquer une «manière conventionnelle, figée, employée pour dire et faire chaque fois la même chose».

25 Cf. par exemple: B.F. Wright, Jr., “Public Opinion by Walter Lippmann”, The Southwestern Political Science Quarterly, septembre 1922, vol. 3, no 2, p. 169‑ 171; Kimball Young, “Public Opinion by Walter Lippmann”, The American Journal of Psychology, octobre 1923, vol. 34, no 4, p. 609.

26 Dans un passage où il critique la théorie socialiste, Lippmann affirme que ce serait une vision naïve de l’instinct, ainsi qu’un «faux déterminisme», de dire que certaines dispositions «unlearned» produirait fatalement et intelligemment un certain type de comportement [PO, p. 187].

27 «Few facts in consciusness seem to be merely given. Most facts in consciousness seem to be partly made. A report is the joint product of the knower and the known, in which the rôle of the observer is always selective and usually creative» [PO, p. 80]

28 Lire Public Opinion pour ce qu’il est en premier abord, un manuel de journalisme, permet de voir sous un autre angle la portée politique de ce texte, laissant de côté les critiques classiques qui l’écartent d’emblée. L’un des premiers articles de Zask [J. Zask, «Pourquoi un public en démocratie? Dewey versus Lippmann. Présentation des textes de Walter Lippmann, “Le public fantôme” (1925) et de John Dewey, “Le public et ses problèmes” (1927)», art cit, p. 64 et 66] se place sur cette lignée, tandis que la préface de Latour à Le public fantôme change cette perspective dans le sens que je viens d’exposer. Mais la ligne de crête de l’interprétation est certainement subtile: il s’agit au fond de comprendre la place de cette «intelligence» dont parle Lippmann. Est-elle entre les gouvernants et les gouvernés, comme conclut Zask, ou est-elle à côté des gouvernants et des gouvernés?

29 Peut-être le fondement de l’interprétation psychologisante est justement de dire qu’il n’y a pas de dehors de la caverne. Ici aussi, la ligne de crête de l’interprétation est subtile. Il est clair que Lippmann adhère à une position qui nie la connaissance fidèle du monde [elle est constamment perturbée, mais est-elle aussi forcement impossible?]. Pour cela, c’est risqué de dire que la politique se joue dans cet espace d’ajustement qu’est le pseudo-environnement. Mais Lippmann ne cesse pas non plus de rappeler les connexions constantes entre les opinions [et les stéréotypes qui aussi habitent cet espace] avec le réel.


One thought on “Journalisme et vérité chez Walter Lippmann: une analyse à partir de son ouvrage Public Opinion (1922)”

  1. C’est très intéressant. Tout particulièrement, la partie sur l’émergence du concept de stéréotype , qui permet de transformer le regard sur une notion aujourd’hui tellement diffuse. Concernant cette production-création intellectuelle, en étroit rapport avec la profession du journalisme et sa matérialité, tu emplois le mot de “analogie” (“La stéréotypie comme analogie” est le sous-titre de l’un des paragraphes). Pour développer davantage ce lien d’analogie, tu pourrais voir le livre de Luisa Muraro, “Maglia o uncinetto. Racconto linguistico-politico sull’inimicizia tra metafora e metonimia” (1981): les images et les analogies qui restent liés à la matérialité de l’expérience, de la pratique etc… sont des métonymies, qui n’effacent pas leur origine dans la généralisation conceptuelle que toutefois elles produisent. En cela, elles s’opposent à la métaphore, où l’analogie cacherait- briserait ces liens. Muraro développe la problématique à partir de la linguistique, sans négliger ses conséquences philosophiques et politiques. Pour une reprise de cette perspective, tu peux voir aussi, en français, l’article de Marta Equi Pierazzini et Linda Bretelle, “Le thème est l’authenticité”. Une analyse de Carla Lonzi à travers le processus d’écriture de Vai pure!”, L’Homme et La société , 2017/1.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.