Doveritas: sur le statut des validations de M2 dans ce carnet

Au printemps dernier, je me suis enfin résolue à ouvrir un carnet sur Hypotheses.org. «Enfin», car, depuis 2014 déjà, je tiens régulièrement des formations au blogging scientifique, et je discute donc souvent du sujet, en mettant en avant les grands avantages de cette pratique dans le cadre d’une recherche académique, y compris doctorale. Concernant les avantages, je cite dans mes formations des chercheurs-bloggeurs et des doctorants-bloggeurs qui l’ont dit avant moi, et mieux, comme par exemple Arthur Charpentier (Chercher, et bloguer, 2013) ou Benoît Kermoal (Seulement la partie visible de l’iceberg, 2011). Dans les réflexions de ces carnetiers, comme on les appelle sur Hypotheses.org, on retrouve des raisons comme la mise à l’épreuve de ses hypothèses, la mise en place d’une certaine discipline d’écriture et son exercice régulier, le décloisonnement de ses réflexions pour les ouvrir à un contexte plus ample que celui de ses collègues directs (Sur ce dernier point, lire Jacob Halford, No Academic is an Island, 2012).

Et puis, je dis que je m’y suis «résolue», parce que, même quand on est convaincue des bienfaits de la démarche, la décision de passer à l’acte n’est pas si simple lorsqu’on porte la casquette de doctorante depuis six ans, et que, par ailleurs, on porte aussi celle d’ingénieur d’études contractuelle dans un milieu, celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche, où le positionnement statutaire est un élément constitutif des échanges et des prises de parole, et des droits et règles qui y sont associés.
J’ajoute que j’ai réintégré le parcours universitaire en 2010, après une parenthèse de quatre ans dans l’univers professionnel du journalisme, ce qui avait considérablement et indéniablement rouillé mes compétences et connaissances de l’état de l’art de ma discipline, la philosophie, et des codes du milieu où je mettais les pieds. Et tout cela dans un pays différent de mon pays d’origine. Bref, à chaque faux débutant sa part de peine.
Mais le statut ne dit pas tout, la difficulté est relative aussi aux attentes qu’on a face à soi-même (arriverai-je vraiment à écrire? Vais-je écrire des choses «intéressantes»?), qui finissent par déboucher sur ce qu’on appelle un writer’s block, dont les composantes ne tiennent pas exclusivement à un perfectionnisme qui nous appartiendrait (et qu’il faut, quoi qu’il arrive, surmonter, comme le dit bien Geneviève Belleville, autrice de Assieds-toi et écris ta thèse).

Au printemps dernier, disais-je, je me suis donc résolue – pour passer ce cap et par là tenter une sortie de mon propre writer’s block – à intégrer dans ce blog aussi les validations que j’avais rédigées lors de mon Master 2 en sociologie à l’Ehess, en antidatant la date des billets à celle du dépôt de ces travaux.
Les publier, c’est regarder en face l’autre difficulté: accepter de mettre en ligne, à l’épreuve de lecteurs plus ou moins “inattendus”1, des textes dont le niveau n’est sans doute pas celui des travaux de celle qui était alors une aspirante au parcours doctoral, et qui serait déjà sûre et certaine de la direction qu’elle prend, consciente de son questionnement et de la méthode qu’elle va mettre en oeuvre, et qui s’exprimerait dans une langue dont elle maîtrise depuis son plus jeune âge les règles linguistiques et sociales.
Ces textes ont certes reçu des notes parfois bonnes, parfois moins, mais ils restent des travaux d’étudiant, et c’est dans le contexte de leur production qu’ils doivent être compris, si jamais il vous arrive de les lire. Ces validations de M2, tout comme les autres communications antérieures à l’ouverture du carnet que j’ai ici publié, sont pour moi, et pour mon travail de rédaction actuel, les témoignages d’une recherche qui se cherche, et ils me servent à moi, aujourd’hui, pour objectiver ce parcours de réflexion et en tirer les fils qui m’intéressent.

La récente lecture de l’impressionnante enquête de Helen Sword, Air & Light & Time & Space. How successful academics write, m’a conforté dans ce choix: démystifier le travail d’écriture, signifie pour elle rendre visible le processus, parfois très pénible, long, demandant une certaine capacité à encaisser des coups de tous ordres, qui mène à ces produits finis qui sont les articles de recherche, les monographies, les thèses… Si on y arrive et quand on y arrive. Cela est vrai pour tout le monde, à tous niveaux de la hiérarchie de la recherche, et dans tous les coins de la terre.
Nombreux sont et seront les écrivains et chercheurs qui regrettent un jour d’avoir publié un texte où ils ne se reconnaissent pas ou plus. J’en fait déjà partie, alors que je ne suis ni l’un ni l’autre. Mais l’invitation que je tire de son livre, est que chacun contribue à ouvrir cette boîte noire, à son propre niveau. En rendant ainsi plus confiants les aspirants chercheurs, il y a des fortes chances qu’on ait non seulement des recherches mieux menées, mais également des résultats qui soient, effectivement, écrits.

  1. Sur cette notion de “lecteur inattendu” (unexpected reader) voir le récit du “cas Meredith” rapporté par Pierre Mounier sur Blogo-numericus, ainsi que Kevin Smith, J.D, The unexpected reader, 2011 []

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.